Suite à la gloutonnerie du Rassemblement: Pomme de discorde sur les 5% restants

Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

De la Conférence nationale souveraine (CNC), en passant par les négociations de Sun City en Afrique du Sud, pour terminer avec le dialogue politique national de la Cité de l’Union africaine, toutes ces discussions se sont soldées par le partage équitable et équilibré entre acteurs politiques de la République démocratique du Congo. La particularité des pourparlers du Centre Interdiocésain consiste au fait qu’ici, les parties prenantes, surtout celles de l’opposition ont avoué qu’elles n’étaient pas intéressées par le partage de postes. Toutefois, cette idée n’a pas résisté à la convoitise, voire aux appétits gloutons de ceux qui ont boudé le dialogue politique national et inclusif sous la facilitation d’Edem Kodjo, pour réclamer à cor et à cri d’autres négociations inclusive. Mais quelle n’a pas été la surprise de constater que ceux qui participent aux travaux de la CENCO n’ont rien proposé de nouveau, si pas leur intention d’opérer un chambardement à tous les niveaux.

A ce jour, il est permis de constater que si tout le monde est d’accord que les 95% du travail ont été abattus, avec notamment la possibilité pour le président du Comité de sage du Rassemblement de gérer la Haute autorité de la transition, etc., l’attention reste par contre focalisée sur les 5% qui divisent encore les deux camps, notamment les signataires de l’accord du 18 novembre dernier et les non signataires. Et si ce bras de fer persiste, c’est la preuve que la donne partage du pouvoir à tous les niveaux n’est pas perçue de la même façon.  Dans ce sens, ce sont les élections, le cadet de soucis du Rassemblement,  qui risquent d’être sacrifiées sur l’hôtel des ambitions politiciennes,  partisanes, égoïstes et personnelles. C’est la remise en cause de l’édifice battue à la Cité de l’Union africaine, après des débats enrichissants et des moyens financiers énormes.

Une période de marchandage de postes

A cette allure, inévitablement le pays se prépare une fois de plus à entrer dans une zone de turbulence, celle du marchandage de postes. S’il est proposé que le Rassemblement gère le Comité de suivi de l’accord, la Primature reste non négociable pour plusieurs raisons. D’abord, il a été prouvé que jusqu’à ce jour, le Premier ministre Samy Badibanga est membre de l’UDPS, donc de l’opposition politique en Rd Congo. D’ailleurs, il n’y a pas longtemps, il était toujours président du Groupe parlementaire UDPS et Alliés. En plus, l’actuel Premier ministre a été dans tous les rendez-vous préludes au dialogue. Il s’agit par exemple de l’Ile de Gorée au Sénégal, de Genval en Belgique, etc. Partout où il a été, il n’a cessé d’arborer les couleurs de son parti politique. Enfin, suite à l’urgence, Samy Badibanga mérite d’être maintenu pour lui permettre de bien affronter les défis de l’heure : l’organisation des élections et l’amélioration du social des Congolais.

L’Abbé Nshole se positionne

En dépit de ce que l’on peut qualifier d’offre publique d’achat (OPA) pour la refonte totale du bureau de la CENI, et où la tête de Corneille Nangaa est mise à prix, des échos en notre possession renseignent que certains responsables de l’Eglise catholique accorderaient leur préférence à l’Abbé Donatien Nshole, Secrétaire général adjoint de la CENCO, pour remplacer l’actuel président de la CENI à la tête de la Centrale électorale. L’on se rappellera que les Evêques membres de la CENCO avaient menacé de clôturer les travaux s’il n’y avait pas d’accord entre acteurs politiques. A l’occasion, ils avaient même menacé d’exécuter le plan B, dont le contenu commence petit-à-petit à être divulgué. Aligner l’Abbé Nshole en ce moment, un illustre inconnu et dont la maîtrise des questions électorales reste à démontrer, serait un grand coup porté au processus électoral.

Et pourtant, Corneille Nangaa fait à ce jour l’unanimité tant à l’interne qu’au niveau de la Communauté internationale, à cause de sa maîtrise des questions électorales. Fils maison, il a obtenu les suffrages de sept confessions religieuses sur 8, lors de l’élection du président de la CENI. Dans son parcours, l’on peut facilement se rendre compte qu’avant sa nomination le 28 septembre 2013 en qualité de Secrétaire Exécutif National Adjoint de la CENI, Corneille Nangaa était jusque là, directeur des programmes de l’Ecole de Formation électorale en Afrique Centrale (EFEAC).

Facilitateur, Expert BRIDGE ‘’Building Resources In Democracy, Governance and Elections’’ ou ‘’Bâtir des Ressources en Démocratie, Gouvernance et Elections’’ depuis 2010, fonctionnaire international et consultant par  moment, Corneille Nangaa a travaillé dans le domaine d’assistance technique électorale en tant que Consultant respectivement auprès des Institutions : la Fondation Internationale pour les Systèmes Electoraux ‘’IFES’’,  l’Institut International pour la Démocratie et l’Assistance électoral ‘’IDEA’’, le Programme des Nations Unies pour le Développement ‘’PNUD’’ en Côte d’Ivoire, au Niger, au Gabon, en République de Guinée, au Ghana, au Kenya, au Burundi, au Cameroun et à Madagascar.

Corneille Nangaa a occupé en 2005 le poste de Superviseur Technique National (STN) à la Commission Electorale Indépendante (CEI). A ce titre, il a eu à coordonner les opérations électorales sur terrain dans toutes les provinces de la République Démocratique du Congo.  Nommé Coordonnateur du Réseau du Savoir électoral en Afrique Centrale en 2007, Corneille Nangaa a conduit sous l’autorité de M. l’Abbé Apollinaire Muholongu Malumalu, alors Président de la Commission électorale indépendante (CEI), l’installation de ce réseau au sein de tous les Organes de Gestion des élections ‘’OGE’’  des 9 pays de la région d’Afrique centrale.

Voilà un parcours élogieux qui devrait convaincre les pourfendeurs de Corneille Nangaa et pousser tout le monde, afin de se tourner vers l’organisation des élections telle que prévu dans l’accord politique sur l’organisation des élections en Rd Congo.

L’Avenir

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse