Suite à la bonne tenue de la conjoncture internationale et nationale: La BCC baisse son taux directeur de 20 à 14%

par -
0 169
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Le Gouverneur de la Banque centrale du Congo (BCC), Déogratias Mutombo Mwana Nyembo a présidé le mardi 10 avril 2018, la troisième réunion ordinaire du Comité de Politique Monétaire, qui a porté sur l’analyse de l’évolution récente de la conjoncture économique tant au niveau national qu’international, les perspectives macroéconomiques, ainsi que sur les mesures de politique monétaire à mettre en œuvre au regard du contexte actuel.

Sur le plan international, indique un communiqué de presse publié à cet effet, l’expansion économique mondiale continue de s’affermir grâce à la hausse des investissements, à l’accélération des échanges et au redémarrage de l’emploi. En effet, dans ses dernières perspectives économiques intermédiaires, l’OCDE table sur une progression de l’économie mondiale de 3,9% en 2018 et en 2019, soit une hausse de 0,2 point de pourcentage pour cette année et 0,3 point pour 2019 par rapport aux attentes initiales. Malgré cet élan positif, les risques du secteur financier et la montée du protectionnisme pourraient menacer la croissance durable à moyen terme. Parallèlement, dans bon nombre de pays, on assiste à une baisse des tensions inflationnistes. Dans ce contexte, les principales banques centrales sont demeurées prudentes quant à l’orientation de leur politique monétaire.

Par ailleurs, la dynamique de la demande mondiale semble être favorable aux principales: matières premières exportées par la RD Congo dont les cours poursuivent leur trend haussier. En effet, le cours du cuivre s’est stabilisé autour de 6.810 USD la tonne métrique pendant que celui du cobalt poursuit sa hausse exponentielle, atteignant 87.221,55 USD la tonne en mars, soit un accroissement mensuel de 4,08%. Le cours de la tonne de ce produit avoisine déjà 95 000 USD au début de ce mois d’avril.

Sur le plan intérieur, la reprise de l’activité économique se confirme avec une projection de croissance à 4,3% en 2018 contre des réalisations de 3,7% et 2,4% respectivement en 2017 et 2016. Ce dynamisme serait imputable principalement à la reprise observée dans la branche extraction, sous l’impulsion du redressement des cours des matières premières sur le marché mondial. Cette reprise de l’activité est également attestée par le bon comportement du solde brute d’opinions des chefs d’entreprises qui est ressorti à 17,6 au mois de mars 2018 contre 9,4% un mois plus tôt. La positivité de cet indicateur révèle l’optimisme qu’affichent les opérateurs économiques face aux perspectives à court terme de l’évolution de l’activité économique.

Sur le marché des biens et services, il est noté la poursuite de la décélération du rythme des formations des prix intérieurs au mois de mars 2018. En effet, l’inflation en glissement annuel a baissé pour s’établir à 50,41% contre 52, 74% à fin février 2018. En rythme mensuel le taux d’inflation a été porté à 0,836% venant de 0,713% un mois plus tôt, suite au réajustement à la hausse des prix des produits pétroliers il la pompe. En prolongeant la tendance actuelle, l’année devrait se clôturer avec un taux d’inflation de 12,34% face à une cible optimale d’inflation de 7%. En cumul annuel, l’inflation s’est établie à 2,95% à fin mars 2018 contre 5,89% à la période correspondante de 2017.

Les réservent de change frôlent le 1 milliard de dollars Us

S’agissant du marché des changes, le taux de change de la monnaie nationale a connu une parfaite stabilité sur Les deux segments du marché, attestée par des variations moyennes de près de 0,01%. Pour les trois premiers mois de l’année, la monnaie nationale a enregistré une dépréciation de 1,49% contre celte de 11,27% à la période correspondante de 2017. Toutes choses restant égales par ailleurs, la dépréciation de La monnaie nationale s’établirait à 9,09% à fin 2018, contre 2,65% en 2017. Les réserves de change frôlent le 1,0 milliard de USD, soit 4 semaines et 2 jours d’importations de biens et services sur ressources propres.

Cette accumulation des réserves résulte notamment des rachats automatiques des devises du Trésor provenant des paiements d’avances d’impôts sur les bénéfices réalisés par les miniers en 2017.

Pour ce qui est des finances publiques, l’exécution des opérations financières de l’Etat, intégrant l’amortissement de la dette, s’est clôturée avec un excédent de 91, 9 milliards de CDF. En cumul annuel, la situation financière de l’Etat est excédentaire de 246,6 milliards de CDF. Dans cette perspective, les recettes publiques devraient atteindre 4.976,5 milliards de CDF en 2018, soit une pression fiscale d’environ 11. Quant aux dépenses en capital, elles devraient s’établir à 90,0 milliards, représentant à peine 1,8% du total des recettes, niveau largement inférieur au critère de 20,0% fixé par la SADC.

Au regard de la bonne tenue de la conjoncture aussi bien au niveau international que national, des perspectives macroéconomiques favorables et en l’absence des risques imminents, le Comité de politique Monétaire a décidé d’assouplir les conditions monétaires via la baisse du taux directeur. Ainsi, le taux directeur la Banque Centrale est ramené de 20,0% à14, 0%.

(JMNK)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse