Stromae où t’es? Les vraies raisons de l’annulation du concert de Kinshasa

par -
0 754
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Un peu inquiet, dans ce 9ème niveau du Pullman Hôtel, ce vendredi 12 juin, Alain Yav annonçait avec regret l’annulation du concert de Stromae, affirmant que l’artiste belge aurait eu un malaise avec sa santé qui a exigé son rapatriement en urgence en Europe pour des examens médicaux.

Initialement prévue à 11heures, ensuite décalé à 13heures pour enfin commencer vers 14heures, la conférence de presse dès l’entame a démontré que les nouvelles n’étaient pas bonnes. Déjà l’emplacement des administrateurs et l’un des représentants de ce label en Afrique du Sud créaient déjà des incertitudes sur la tenue de ce concert au Théâtre de verdure décoré comme jamais auparavant.

Après avoir lu cet email dans son Smartphone annulant le show de Paul Van Haver son vrai nom, vite, une consœur de la Rfi a posé la question de savoir s’il y aurait une reprogrammation. Pygma Communication ne s’est pas mordu les doigts pour répondre qu’il venait là de lire un communiqué de Auguri Production, producteur du chanteur de la chanson Formidable.

« Nous ne sommes pas en mesure de rassurer les mélomanes d’une autre date. Ce qu’Alain a oublié de dire, ce qu’on mettra un dispositif pour rembourser ceux qui ont acheté les billets », a déclaré Willy Yav, l’autre administrateur, juste après la conférence de presse.

Des signes qui ne trompent pas!

Vu l’engouement, le matraquage médiatique, la communication à outrance et le succès dans la vente des billets à Kinshasa, la nouvelle de l’annulation n’était pas prise au sérieux. Débutée depuis le mois de mai dernier au Sénégal, la tournée Stromae Tour Africa devrait se dérouler sur huit villes africaines dont le clou c’est à Kigali. « Il a joué à Brazzaville, mais chez nous, il rentre sans dire un mot? », s’est exclamé une jeune fille sur place au Grand Hôtel.

« Kin ba kosaka te! », « A Kinshasa, on ne ment pas », dixit le musicien Blaise Bula. Pendant que l’information prenait des allures sérieuses, les langues se sont déliées. Des sources maîtrisant le dossier ne se sont pas tût. Un des charges de suivi de l’artiste dans cette tournée a regretté, « on était avec lui, il était en bonne santé dans toutes ses prestations jusqu’à Brazzaville. Mais… Je n’ai pas compris qu’est-ce qui lui est arrivé ».

Le programme prévoyait que l’artiste arrive à Kinshasa via le Beach Ngobila le jeudi 11juin dans l’après-midi pour une caravane sur quelques artères. Mais rien n’a été signifié malgré la mobilisation de la presse audiovisuelle. Les journalistes et caméramans ont quitté cette frontière de Kinshasa et Brazzaville avec assurance de le voir le suivant.

Problème de visas !

A notre arrivée au Pullman Hôtel vers 10 heures, le réceptionniste nous a flashés déjà le couac. Après lui avoir dit que nous venions pour la conférence de presse, il me dira que l’artiste n’est pas encore là. Après insistance, il va lâcher que lui et son équipe ont eu un problème de visa Rdc. Avec les mesures draconiennes prises dans les ambassades pour l’obtention du visa, l’artiste a eu ce frein-là. Pour lui, il aurait dû faire la demande du visa depuis Bruxelles. Et de conclure qu’il est difficile qu’ils traversent avec tout ce qu’il y a comme problème entre les deux Congo.

Revenons à la rencontre avec la presse, juste après sa clôture, les gardes commis à la sécurité de l’entrée de l’hôtel murmuraient en lingala, « il fallait ba senga depuis kuna » entendait par là « il fallait qu’ils le demandent depuis là-bas ».

Contactée, une source bien informée vers 16 heures nous relatera une version de faits qui parait non négligeable. Selon lui, toute l’équipe de la tournée avait leur visa, sauf sept techniciens belges qui devraient prendre le visa volant à partir de Brazzaville.

Alors que, a-t-il souligné, depuis un temps le gouvernement congolais a fait signer une note circulaire dans toutes les ambassades congolaises (RDC) stipulant que, non seulement la demande du visa doit se faire dans le pays d’origine, mais également trois semaines avant. Ce qui veut dire que les sept belges devraient rentrer en Belgique, leur pays d’origine et non au Congo Brazzaville pour faire cette demande.

L’administration publique n’est pas restée loin

Constatant que la situation prenait d’autres ampleurs, la Maison de production du Maestro (Stromae en verlan) a vite saisi Pygma Communication, qui est du reste bien assis en Rdc pour user de ses relations en RD Congo pour que la situation soit décantée. Malgré le raté du jeudi 11juin au beach Ngobila, l’agence kinoise gardait tout son espoir sur la venue à Kinshasa de l’auteur de « Papa ou t’es ». Mais hélas ! Tous les contacts n’ont pu rien faire.

L’administration publique congolaise, à en croire cette source crédible, a rendu la monnaie de la pièce aux belges en disant que, « si c’était un artiste musicien congolais qui demandait de visa pour ses artistes ou ses techniciens à la vas-vite pour un concert à Bruxelles, la Belgique allait-elle les octroyer aussi facilement ? ». En effet, les gestionnaires de ses services publics ont exigé aux belges de suivre les procédures de l’obtention du visa normalement.

La presse belge met en doute la version médicale et avance le problème d’argent !

Devenue une épineuse affaire des médias étrangers, l’annulation de la prestation de l’artiste d’origine rwandaise a accrue les questionnements dans des rédactions suscitant des regrets du public congolais.

La première à se prononcer, c’est la presse belge. Tôt le matin, le samedi 13 juin, le jour du show, www.jeanmarcmorandini.com publiait sur son site, « la presse belge met en doute la version officielle de l’annulation du concert ».

En citant le site d’information belge Sud Info, il affirme que « le chanteur belge est en parfaite santé et qu’il est rentré chez lui suite à un désaccord avec le producteur de la tournée ».

Pour cette version, «Auguri Productions» et «Mosaert», sa firme de disque, ont envoyé un communiqué de presse : «Nous sommes au regret de devoir annoncer l’annulation du concert de Stromae à Kinshasa (…) L’artiste a dû rentrer d’urgence en Europe pour y subir des examens médicaux et ne peut de ce fait assurer la prestation prévue, ni annoncer une date ultérieure pour le moment».

Selon le même site qui cite lui aussi des sources policières, politiques et judiciaires sur place, Stromae serait en parfaite santé ! La star serait rentrée en Belgique parce que son staff n’aurait jamais été payé par la société de production congolaise. Questionné à ce sujet, un membre de l’équipe reste discret mais ne dément pas ».

Après toute cette litanie des versions, qui dit vrai ? Si seulement il est malade, pourquoi l’annulation concerne seul le concert de Kinshasa et non celui de Kigali ? Si le site belge parle du désaccord entre Auguri Production et Pygma Communication, l’entreprise congolaise pourrait-elle prendre un engagement pour ne pas le respecter plus tard ?

Pour certains observateurs, la version du cachet semble prendre le dessus sur tout. Puisqu’une simple maladie (pas ebola ni la malaria) ne peut pas causer une annulation du concert mais plutôt un report.

Ce qui est certain pour le moment, tous les amoureux de la bonne musique qui ont acheté les billets du concert doivent s’empresser à aller vers les points de vente pour être remboursé. S’agissant du manque à gagner, Alain Yav nous a assuré que son agence va recourir à son assurance pour étudier ce cas précis.

Onassis Mutombo

 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse