Stratégie pour gagner les élections du 23 décembre 2018: Le grand rassemblement MP-PALU-Opposition gouvernementale

Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Depuis la formation du Gouvernement de large union nationale dirigée par Bruno Tshibala, il s’est dégagé un partenariat entre les membres du Rassemblement/Kasa-Vubu et le Parti Lumumbiste Unifié (PALU) qui composent à ce jour ce gouvernement, et l’Autorité morale de la Majorité présidentielle, Joseph Kabila Kabange. Maintenant qu’approchent les élections, du reste prévues pour le 23 décembre 2018, quoi de plus normal que ce partenariat consolide pour œuvrer avec tous ceux qui ont la passion du Congo pour remporter à tous les échelons, les élections prévues cette année, et travailler ensemble après.

« La manifestation de la volonté d’ouverture envers tous les patriotes, participant au gouvernement ou non, traduit de façon certaine l’engagement résolu du président Kabila à demeurer dans son rôle de garant de la Nation et du bon fonctionnement des institutions, préoccupé à rechercher, en toutes circonstances, le consensus national », a indiqué André-Alain Atundu dans un point de presse qu’il a animé hier à Kinshasa, avant de souligner sur le fait que seuls l’unité nationale et le consensus peuvent baliser le chemin de la paix et du développement économique pour espérer raisonnablement à améliorer le sort des populations congolaises à travers des élections démocratiques.

Ceci, parce que le véritable enjeu, au-delà du renouvellement des animateurs des institutions, est la stabilité de l’Etat, le développement de l’économie congolaise et l’amélioration des conditions sociales des populations. Raison pour laquelle la Majorité présidentielle se place résolument dans cette optique et non dans la perspective d’une prise de pouvoir par les moyens non démocratiques ou par des combines entre politiciens.

« La MP a le devoir moral de gagner pour sauvegarder et perpétuer ses réalisations. Elle n’a pas le droit de dormir sur ses lauriers », indique le document publié à cet effet.

Au regard de tout ce qui vient d’être dit, l’Autorité morale ne trouve donc pas d’inconvénient à s’associer avec eux pour le bonheur des Congolais, pour l’alternance démocratique, etc. Relayant donc le mot d’ordre de son Autorité morale, la Majorité présidentielle exhorte ses regroupements politiques et électoraux à descendre sur le terrain pour implanter cette nouvelle structure et expliquer les conséquences pratiques de ce mode d’organisation électorale.

Dans un autre chapitre, la Majorité présidentielle se satisfait  de la mise en place du Conseil National du Suivi de l’Accord, en passant par la formation d’un gouvernement d’union nationale selon la clé de répartition définie et déterminée par l’Accord politique de la Saint-Sylvestre, sans oublier tous les actes posés dans le cadre de la décrispation politique. Si le président Joseph Kabila a accompli sa part dans l’application de l’Accord du 31 décembre 2016, les parties prenantes devraient montrer la même bonne foi dans l’application dudit Accord, considéré comme un contrat synallagmatique.

Ainsi, la MP sollicite à cet égard le concours de bonne volonté des Congolais et de la Communauté internationale pour éviter d’exacerber la situation politique par des propos, actes et comportements inutilement extrémistes et notoirement radicalisés. « Donner l’impression que l’on est contraint à l’exil, alors que l’on a rien à craindre au pays, n’est pas une attitude constructive par rapport à la décrispation de la vie politique, autant que nier les faits et l’évidence de la mise en œuvre de l’Accord du 31 décembre 2016 », insiste la MP.

Comme pour dire que l’opposition doit contribuer positivement et de façon claire dans l’atmosphère de la décrispation. Et ce, tout en évitant des propos propagandistes. Au contraire, il faudra avoir des propos qui font confiance au peuple, en lieu et place des propos destructeurs de l’espérance. La MP revient sur la nécessité d’observer la trêve qui a été décrétée, dans le cadre de l’organisation des obsèques de feu Etienne Tshisekedi wa Mulumba.

Kabila respectera la constitution

Des déclarations sur la probable candidature du chef de l’Etat aux élections du 23 décembre 2018 ont jeté un certain émoi au sein de la classe politique en particulier, mais de la population congolaise en général. Ce contexte a même semé le doute quant à la volonté réelle du pouvoir en place d’organiser ces élections attendues de tout le monde. Tout ceci, c’était sans compter avec la position officielle de la Majorité Présidentielle qui ne s’était pas exprimée jusque-là. La MP, à travers son porte-parole, André-Alain Atundu a profité de cette occasion, afin de donner la position de cette famille politique, tout en reconnaissant la liberté d’expression à tous les Congolais.

Il est du droit du chef des travaux Mirindi de s’exprimer, en donnant ses attentes, reconnait-on à la MP qui n’a jamais fait une déclaration pour contredire le chef de l’Etat dans sa volonté de respecter tous les prescrits de la Constitution. Car, ayant accompli deux mandats, il ne peut pas exercer un troisième. Ceci, parce que la réalité est simple : respecter  le calendrier électoral pour que la population puisse exprimer sa préférence. Une préférence qui ne devra être que celle de la famille politique proche au chef de l’Etat qui, du reste est déterminée à l’emporter haut la main tous les scrutins.

C’est dans cette optique que la MP salue la présence de la délégation de l’OIF qui a spontanément répondu à l’appel à contribution lancé par la CENI dans le cadre de la consolidation du fichier électoral en vue d’accroitre la crédibilité de l’œuvre de la CENI. « Dans la même lancée, comment on ne pas saluer le patriotisme du président Kabila qui, faisant fi de toutes les rumeurs démobilisatrices, a promulgué dans les délais la loi sur la répartition des sièges, apportant, si besoin en est encore, la preuve de sa détermination à respecter la constitution, sa parole et les aspirations profondes du peuple congolais pour des élections durant cette année », indique le document publié à cet effet. Et à l’issue de cet audit, précise la Majorité présidentielle, si l’écart est significatif, la loi sera amendée. Ceci lorsqu’on sait que pour chaque loi, il y a toujours des dispositions et des mécanismes de correction.  A ce jour, rassure la famille politique du chef de l’Etat, plus rien ne devrait servir de prétexte pour retarder l’aspiration profonde du peuple congolais à des élections apaisées à tous les niveaux : ni la machine à voter, ni la promulgation de la loi sur la circonscription électorale.

(JMNK)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse