Steve Mbikayi somme Edem Kodjo à quitter la Rd Congo

par -
0 803
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

S’en tenant  à la présence de l’Udps qui bloque le dialogue

Steve Mbikayi somme Edem Kodjo à quitter la Rd Congo

Somme toute,  à dater d’hier lundi 23 mai 2016, il lui a été adressé un préavis de 7 jours pour qu’il parte, au risque de laisser toute sa crédibilité en Rd Congo tant qu’il sera là, a indiqué Steve Mbikayi, qui ajoute  que «  nous l’aiderons à comprendre que la RDC n’est pas le Togo ». « Si jusque lundi 30 mai 2016, M. Kodjo ne part pas, l’opposition pro-dialogue organisera un sit-in au bureau du complicateur Kodjo pour lui démontrer qu’il n’a plus la confiance de toute la classe politique congolaise et il devra tirer toutes les conséquences »,conclu-t-il.

A en croire le Porte-parole de la NCPS, l’opposition pro-dialogue est constituée de trois plateformes de l’opposition, qui regroupe une cinquantaine de partis politiques. Il s’agit de la Nouvelle Classe Politique Et sociale (opposition nationaliste), de l’opposition citoyenne et de l’opposition patriotique et républicaine.

Dans ce regroupement, soutient Steve Mbikayi, il y a des leaders qui ont permis au processus du dialogue politique inclusif de commencer en  répondant pour le compte de l’opposition à l’invitation du Chef de l’Etat en juin 2015,  en vue de parler de l’opportunité de la convocation d’un dialogue politique.

« Comme vous le savez, la grande majorité des acteurs politiques de l’opposition avaient boycotté cette invitation. Si nous avions aussi refusé d’y répondre, le processus du dialogue n’aurait pas commencé. Parmi nous il y a moi-même qui avais commencé à réclamer le dialogue entant que porte-parole de la coalition pour un vrai dialogue « CVD » depuis 2013, quand, avec d’autres collègues dont certains se trouvant aujourd’hui dans la dynamique de l’opposition,  nous avons refusé de participer aux concertations nationales. Vous êtes témoins du combat que nous avons mené depuis trois ans pour la tenue d’un dialogue politique inclusif », a-t-il fait entendre.

De la facilitation du dialogue

Pour le député national, ils ont été pour la facilitation du dialogue par de personnalités congolaises qui connaissent les réalités politiques congolaises. A la demande insistante de certains acteurs politiques, la facilitation  du dialogue a été confiée à Edem Kodjo, présenté comme faisant partie de la Commission des sages de l’Union Africaine. Cependant, depuis son arrivée à Kinshasa, c’est en lui qu’on a cherché la sagesse dans sa façon de conduire les choses. C’est à juste titre que le président national de PT lâche ce qui suit :

« Avec un peu de sagesse, M. Kodjo devait avant toute chose, s’imprégner notamment de la législation congolaise concernant le fonctionnent des partis politiques. En ce qui concerne notre famille politique, Kodjo devait lire la loi portant statut de l’opposition politique en RDC. S’il avait lu cette loi, il comprendra la définition de l’opposition politique chez nous. Il comprendrait aussi que la loi prévoit l’élection d’un porte-parole de l’opposition. Ce porte-parole n’a jamais été élu. Dans ces conditions, personne à l’opposition ne peut parler au nom de toute l’opposition ou prétendre la fédérer ! », a-t-il souligné.

« Avec un peu de sagesse Edem Kodjo se serait dès le début, entouré  d’une équipe des Congolais qui l’aiderait à connaitre la scène et les acteurs politiques congolais. Avec un peu de sagesse Edem Kodjo aurait, à l’instar de Ketumile Masire facilitateur du dialogue inter congolais, aidé les composantes  au problème : société civile et opposition politique à se rencontrer sous la facilitation pour arrêter les critères de désignation de leurs délégués au comité préparatoire et dégager un consensus autour des listes. M. Kodjo ne l’a pas fait ! Or, il ne faut pas être sage pour procéder de la sorte. Dommage que le sage de l’Union Africaine, lui, a préféré adopté une démarche qui complique la tenue du dialogue au lieu de la faciliter », poursuit-il.

Récusation de Edem Kodjo

En évoquant la maxime, « Qui a bu, boira »,  Steve Mbikayi note que  Edem Kodjo avait bu au Burundi où il a été remercié par la classe politique dans la facilitation de la crise politique. En outre, il avait été renvoyé pour ses positions très proches du pouvoir de Nkuruziza. Ceci explique cela, Steve  Mbikayi précise qu’il va aussi boire en RDC où il sera aussi renvoyé suite à ses prises de positions très proches d’un parti de l’opposition, (Ndlr Udps) ses déclarations à l’emporte pièces et la confusion qu’il entretient autour de son rôle de facilitateur.

« Edem Kodjo se croit à la fois facilitateur, médiateur, modérateur du  dialogue et même pouvoir organisateur. M. Kodjo est venu en RDC pour dire aux congolais qui, dans la classe politique est plus beau, plus grand et plus fort », déplore Steve Mbikayi, tout en insistant pour dire que les personnalistes invitées en juin 2015 par le Chef de l’Etat pour consultation autour du dialogue ne valent rien. Seule l’Udps compte ! Cette manière de dire a déplu plus d’un en ce que les voies se sont levées pour fustiger le comportement d’un diplomate de la trempe du togolais.

« Dans une même déclaration, Kodjo soutient que l’UDPS prend le dialogue en otage en même temps, il dit qu’il n’y aura pas dialogue sans l’UDPS. Une bonne façon d’encourager l’UDPS à continuer avec ses caprices et ses préalables interminables. Ayant prouvé son faible pour l’Udps, il est porté à croire que le facilitateur se soumettra aux positions de l’UDPS pendant le dialogue. Il a cessé d’être facilitateur. Dorénavant, nous l’appellerons complicateur Kodjo, parce que nous n’avons pas besoin de complicateur dans notre dialogue, nous le récusons et nous lui demandons de plier bagages et rentrer au Togo », déclare-t-il.

(Pius Romain Rolland)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse