Steve Mbikayi et la NCPS satisfaits du travail mais exigent un quota de 20%

par -
0 672
Stève Mbikayi assis côte à côte avec Samy Badibanga Ntita au Dialogue politique national à la cité de l’union africaine. Ph/Pius Romain Rolland
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Connu pour son indépendance d’idées et de parole, Steve Mbikayi est un acteur politique majeur de ce pays qui milite pour l’indépendance totale de l’esprit mais aussi contre la néo colonisation, fut-elle des étrangers que des Congolais voulant imposer le diktat. Par ses traits de personnalité, il a décidé en âme et conscience de prendre fait et cause pour le Dialogue politique.

En sa qualité de président national du Parti Travailliste et aussi de porte-parole de la Nouvelle Classe Politique et Sociale/ Courant nationaliste, il entend sensibiliser et vulgariser l’Accord Politique inclusif, l’épargner de tous les noms d’oiseaux de mauvaise augure. C’est la raison même de sa matinée politique, réunissant à cet effet les cadres, membres, militantes et militants de son parti, associations et regroupements associatifs dans une salle qui a refusé du monde. Cet Accord, affirme Steve Mbikayi, n’a pas violé la Constitution et que les élections auront bel et bien lieu en 2018. Rien ne sert à s’agiter, indique-t-il. Il a signifié à l’assistance, à cet effet, le succès enregistré de l’Accord par les assises qui ont accouché ledit Accord, mardi 18 octobre dernier. Par la signature de l’Accord, Steve Mbikayi n’est pas allé par quatre chemins pour remercier le Président de la République Joseph Kabila Kabange, Chef de l’Etat qui a convoqué ce dialogue, mais aussi le panafricaniste Edem Kodjo. Le Togolais, dit-il, a facilité le déroulement de ce dialogue malgré des critiques acerbes dont il a été l’objet. Le Président national du Parti Travailliste se félicite également du consensus issu de ces assises, soutenu par 80% de la classe politique congolaise et du soutien incontournable des organisations régionales dont la SADC, la CIRGL, l’Union africaine, l’Organisation Internationale de la Francophonie et les Nations-Unies. A en croire Steve Mbikayi, l’Accord avait pour but de faire comprendre à la population congolaise qu’étant donné les réalités en face, il est « mathématiquement » impossible d’organiser les élections dans le délai, c’est-à-dire en décembre 2016. Autre grande information, c’est que la Constitution a été respectée scrupuleusement, étant donné les intentions malveillantes d’une certaine opinion contre l’opposition pro-dialogue, comme quoi cette dernière allait cautionner le referendum. Steve Mbikayi dément formellement, la prévalence de pareille intention de leur part, encore moins du côté de la Majorité présidentielle en face.

Comité de suivi dudit Accord

S’agissant de la mise en place du Comité de suivi dudit Accord mais aussi de la formation du Gouvernement de large Union nationale, Steve Mbikayi et la Nouvelle Classe Politique et Sociale revendique 20% du quota et affirme la rupture totale avec l’ancien co-modérateur de l’opposition au dialogue. « Le Dialogue ayant pris fin, il n’y a plus de co-modérateur à l’opposition politique. Personne ne peut engager le Courant nationaliste. Dans les tractations pour le Gouvernement et le Comité de Suivi, le Courant nationaliste va discuter seul avec le pouvoir en place et nous réclamons 20% du quota réservé à l’opposition », a-t-il soutenu.

Par ailleurs, le porte-parole de la NCPS/Courant nationaliste s’insurge contre toute ingérence extérieure dans les affaires internes de la République démocratique du Congo. En effet, Steve Mbikayi n’a qu’un seul message : « Le Congo aux Congolais ». Pour le reste, il exige respect des autres pays qui sont animés du sentiment néocolonialiste, leur rappelant notamment que l’époque de la colonisation est révolue. Dans la même foulée, il exprime son mécontentement ouvert contre l’ambassade de la Belgique, en sa qualité de député national, siégeant à l’Assemblée nationale qu’un ambassadeur lui exige un compte bancaire. Partant de ce test pour juger le niveau de la coopération belgo-congolaise, il invite le Rassemblement à plus de patriotisme et de nationalisme, quelle que soit l’adversité contre Joseph Kabila, ce dernier reste Chef de l’Etat de la République Démocratique du Congo. A l’occasion, Steve Mbikayi invite le camp de la Majorité présidentielle à plus de modestie, à ne pas diaboliser l’opposition n’ayant pas pris part au Dialogue, vice versa, mais aussi, encourage le Rassemblement qu’une clause est ouverte à tout celui qui veut adhérer à cet Accord. C’est cette ambiance, conclut-il, qui fait la beauté de la démocratie, mais dans la tolérance mutuelle.

En réalité, Steve Mbikayi n’a pas tort de se désolidariser de l’ancien co-modérateur de l’opposition Vital Kamerhe. Il estime qu’il n’a pas qualité de choisir des gens au Comité de Suivi, dont la composition est disproportionnée notamment avec trois membres du Sud Kivu, trois membres de l’Equateur et un seul du Kasaï. Cette façon de procéder, proteste-t-il, n’est pas représentative et que Vital Kamerhe n’a pas qualité d’aligner unilatéralement ces membres sans avoir l’aval de l’opposition ayant pris part au Dialogue. « Il n’a consulté personne, je suis une force politique qui mérite considération et respect », clame Steve Mbikayi.

(Pius Romain Rolland)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse