Steve Mbikayi dit non à l’Udps

par -
0 683
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Dans une déclaration rendue à la presse, en rapport avec l’actualité politique dominée par l’impasse dans laquelle se trouve le processus électoral, Steve Mbikayi s’oppose à la position d’Etienne Tshisekedi.  Ne pouvant pas rester indifférent, le député national Steve Mbikayi donne la position de sa NCPS. Il rappelle qu’à propos du dialogue, tout a été dit et prédit. Il a objectivement analysé cette problématique et jeté les bases pour un lendemain meilleur.

De la divergence sur la nécessité d’un dialogue politique

Il faut relever en toute objectivité, que l’élu de la Tshangu a soutenu mordicus la tenue du dialogue  politique depuis 2013, au lendemain de l’adoption de la résolution 2098 par le Conseil de sécurité de l’Onu. « Au lieu de convoquer un dialogue politique, le pouvoir avait convoqué les Concertations, entretenues, organisées et contrôlées par lui. Nous avons refusé d’y participer et avons créée avec d’autres partis politiques de l’opposition, la Coalition pour un vrai dialogue (CVD) », a-t-il indiqué. Partant, deux camps se sont créés, notamment l’un de ceux qui revendiquent le dialogue et l’autre de ceux qui rejettent tout dialogue avec le pouvoir. Et avec le temps, tous les opposants qui revendiquaient le dialogue avaient rejoint le camp des « antidialogues ». « Il y a eu le camp de ceux qui soutenaient et voulaient la rencontre technique dite tripartite : opposition, Majorité et Ceni. Nous étions restés pratiquement seul à réclamer le dialogue au point que, certains nous avaient collé plusieurs qualificatifs de faux opposants, opposant pro pouvoir ; Kabiliste etc », ajoute le député Mbikayi.

Large consensus sur l’opportunité d’un dialogue politique

« Au fil du temps, tous les opposants ont fini par comprendre la nécessité du dialogue », souligne Steve Mbikayi. Et d’ajouter : « Pendant plusieurs mois, nous  avons sensibilisé l’opinion nationale sur le danger qui guette notre pays au vu du blocage du processus électoral. Plusieurs institutions internationales et gouvernements étrangers ont continué à soutenir la tenue du dialogue. Malgré tout, plusieurs collègues étaient restés du nombre. Connaissant bien notre classe politique, nous avons prévenu que tous les collègues « antidialogue » viendraient au dialogue, malgré leur refus apparemment catégorique », renseigne-t-il. Ceci, après plusieurs menaces et pressions de certaines institutions internationales d’une frange des pouvoirs étrangers. Tous les acteurs politiques, dit-il, sont dorénavant pour le dialogue, malgré les menaces sur la nature de ce forum en question, recadre-t-il. « Nous osons croire qu’ils ne sont pas devenus d’opposants pro pouvoir ni Kabilistes ? », déplore-t-il.

De la résolution 2277 au dialogue sur Ordonnance présidentielle

A ce sujet, le porte-parole de la NCPS félicite tous ses collègues d’avoir accepté le dialogue, tout en les exhortant d’aller tout droit au but. Sinon de cesser de continuer à monter les enchères en tenant compte du dialogue qui pointe à l’horizon. « Il ne peut exister une différence entre  le dialogue  de la résolution 2277 et le dialogue de l’ordonnance présidentielle. Nous n’avons pas besoin d’une expertise quelconque pour comprendre que lorsque le Conseil de sécurité vote une résolution concernant un pays qui n’est pas sous tutelle, son exécution nécessite des mesures d’applications nationales. Ces mesures sont contenues dans l’ordonnance présidentielle. L’Onu et les Etats ayant adopté cette résolution ont plusieurs fois affirmé que le dialogue convoqué par l’Ordonnance présidentielle est bel et bien celui qui est prévu par la résolution du Conseil de Sécurité de l’Onu », enseigne-t-il aux noms initiés. Par ailleurs, Steve Mbikayi invite ses collègues, pour l’amour de la patrie qui bloquent sciemment le dialogue pour plusieurs prétextes de revenir à la raison, d’arrêter de créer artificiellement plusieurs obstacles que d’aller de préalables en préalables.

La récusation du Facilitateur Edem Kodjo

L’histoire politique de la Rdc retiendra que Steve Mbikayi, bien avant la convocation dudit dialogue par l’Ordonnance présidentielle, avait exigé que ce processus soit co-facilité par deux congolais, venus de l’opposition et de la Majorité. « Certains d’entre nous avaient rejeté notre proposition au motif que les congolais ne sont pas digne de confiance. Ils avaient soutenu que seul un facilitateur international serait neutre et crédible » dénonce, le Président national du Parti Travailliste. Celui-ci, peu après la désignation de M. Edem Kodjo, Steve Mbikayi avait dénoncé le fait pour lui d’avoir donné le pouvoir à un seul parti politique  (Ndlr Udps) de désigner d’autorité les 12 délégués de l’opposition au Comité préparatoire. « Pour nous, c’était de la partialité de la part d’un facilitateur. Le parti privilégié avait soutenu le facilitateur dans sa position. Deux mois plus tard, ce sont ceux qui avaient exigé un facilitateur international qui le récuse, aujourd’hui demandant à l’UA d’en désigner un autre », dénonce Steve Mbikayi. Partant, il estime qu’après avoir obtenu un facilitateur international, après avoir exigé et obtenu l’implication de plusieurs organisations internationales ; demander le remplacement d’un facilitateur étranger par un autre étranger. Pour Steve Mbikayi, cela discrédite la classe politique congolaise. « Pour cette raison et tenant compte du temps qui nous reste pour entrer dans la zone de turbulence, la Nouvelle Classe Politique et Sociale s’oppose à la récusation du Facilitateur Edem Kodjo pour ne pas retarder le processus. Ainsi, la NCPS réitère son souhait de voir le Comité préparatoire démarrer les travaux avec les forces politiques et  sociales disponibles. Qui, à continuer à négocier avec ceux qui trainent encore les pas » fustige-t-il.

Pour Steve Mbikayi, bien que la question de la libération des prisonniers politiques soit une exigence de toute l’opposition, il s’avère que cette question soit débattue au sein du Comité préparatoire. Nul n’est indispensable à la nation, dit-il, pour justifier que personne n’est important plus qu’une autre dans une société humaine. Par contre, Steve Mbikayi invite tout le monde à placer l’intérêt supérieur de la Nation au-dessus des intérêts personnels.

(Pius Romain Rolland)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse