Steve Mbikayi dépose une plainte contre Gabriel Kyungu wa Kumwanza

par -
0 3141
Devant le Parquet Général de la République, Steve Mbikayi dépose la plainte contre Antoine Gabriel Kyungu wa Kumwanza et les autres responsables intellectuels des massacres des Kasaïens au Katanga. Ph/Pius Romain Rolland
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

24 ans après la xénophobie et l’épuration ethnique au Katanga orchestrée par Gabriel Kyungu wa Kumwanza contre les sujets Kasaïens vivants à Lubumbashi, Kipushi, Kolwezi, Likasi, Kambove, Fungurume etc., le député national Steve Mbikayi a déposé, hier lundi 15 août, une plainte en bonne et due forme contre l’ancien gouverneur et ancien président de l’Assemblée provinciale de l’ex province du Katanga. Il s’agit bel et bien d’Oliviera Gabrielo Kyungu wa Kumwanza. Ce dernier qui a échappé à la Cour pénale internationale, n’échappera pas cette fois-ci devant les juridictions congolaises.

Devant le Procureur général de la République, l’honorable Steve Mbikayi n’entend pas reculer, sinon voir ce xénophobe et anthropophage qui a qualifié les Kasaïens de ‘’Bilulu’’ (Ndlr Insectes) répondre de ses actes devant la Justice.

Dans sa plainte, Steve Mbikayi qui a mandat populaire en tant qu’élu du peuple, précise ce qui suit : « Au cours du mois de novembre 1992 jusqu’en 1994, le Sieur Kyungu wa Kumwanza Antoine Gabriel régnait en leader au Katanga face aux ressortissants du grand Kasaï suite aux événements politiques vécus à l’époque, après la brillante élection de Monsieur Etienne Tshisekedi au poste de Premier ministre à la CNS dans la nuit du 14 au 15 août 1992. En guise de réjouissance à travers le pays, M. Antoine Gabriel Kyungu wa Kumwanza et autres membres non autrement identifiés mécontents de cette désignation avaient tenu des propos haineux, injurieux et discourtois face aux ressortissants du Grand Kasaï, vivant au Katanga en ces termes « Bilulu », tout en ordonnant leur refoulement massif du Katanga, destination, leur province d’origine avec un traitement cruel, inhumain ou dégradant ayant entrainé des milliers de morts, des disparus et des blessés graves. Car des services de l’armée, de la gendarmerie (police) et autres services privés de renseignement de l’époque avaient été mis à profit, pour le besoin de la cause », a-t-il rappelé.

Par voie de conséquence, Steve Mbikayi rappelle dans sa plaine qu’Antoine Gabriel Kyungu wa Kumwanza avait abusivement recouru à sa milice, Juferi (Jeunesse de l’Union des Fédéralistes et les R2publiciains Indépendants) pour chasser, tuer, violer et détruire tous les biens meubles et immeubles appartenant aux ressortissants du Grand Kasaï vivant pendant ce temps à Kolwezi et à Fungurume où il y eu le plus d’atrocités impitoyables de ce crime contre l’humanité.

Motivation de la plainte         

Interrogé par la presse au sortir du dépôt de sa plainte, Steve Mbikayi donne les raisons de cette motivation. « Nous sommes venus déposer la plainte contre tous les responsables des massacres des Kasaïens en 1992. Comme vous le savez, ce sont des crimes imprescriptibles de crime contre l’humanité. Depuis que ces Kasaïens ont été chassés dans leur propre pays, tués, violés et massacrés et beaucoup de Kasaïens ont laissé leurs biens au Katanga et à ce jour, personne ne s’intéresse à ce problème y compris l’Etat congolais. Voilà pourquoi nous avons pensé aujourd’hui porter plainte contre tous les responsables intellectuels de ces massacres et ceux qui ont distillé des discours de la haine tribale contre les Kasaïens en occasionnant la création d’un cimetière de fortune entre Lubumbashi et Ilebo qui a enterré des milliers de morts ressortissants du Grand Kasaï, pour ne pas paraitre comme complice de ce qui s’était passé, pour ne pas croire que ces êtres étaient des insectes comme ils étaient qualifiés au Katanga à l’époque, nous demandons que justice soit faite », a déclaré le député national Steve Mbikayi.

Pour lui, au dialogue, cette question sera soulevée, en vue d’une solution politique et/ ou pour demander pardon publiquement aux Kasaïens, condition probable de retrait de la plainte, précise-t-il. Et de renchérir : faute de quoi, une demande sera faite au Gouvernement de la République de créer un Tribunal spécial sur les massacres des Kasaïens dans l’ex province du Katanga, question de faire justice à ces victimes dans leur propre pays, la RDC

Les griefs contre le bourreau Kyungu

A en croire le député national Steve Mbikayi, Monsieur Antoine Gabriel Kyungu wa Kumwanza doit répondre de l’épuration ethnique, de la haine tribale, des crimes contre l’humanité et crime de génocide du fait que les familles éplorées aient été victimes d’injures publiques, dénominations animales « Bilulu » par un responsable numéro un de la province, à la grande indifférence de la communauté internationale en ce qu’une ethnie ait été visée dans cette épuration ethnique, le cas de l’épingle comme le génocide de Tutsi, devenu un fonds de commerce.

Dans cette perspective, l’honorable Steve Mbikayi attend faire la descente dans son Kasaï natal, en vue d’y construire un mausolée, en mémoire de ses frères, et sœurs dont la mémoire semble être ignorée par les Congolais. « Le devoir de mémoire ne doit pas nous pousser à oublier nos frères et sœurs victimes de pareille barbarie. C’est dans ce cadre que je compte construire sur place à Mbuji Mayi, un mémorial en mémoire de tous ces Kasaïens où les photos des victimes seront affichées, pour que les enfants, petits-fils et petites-filles se souviennent de ce que leurs ancêtres ont subi dans leur propre pays, morts pour rien puisque créer ainsi par Dieu d’appartenir à l’ethnie luba Kasaï. Les juifs n’ont jamais oublié ce qu’ils ont vécu en Allemagne.

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse