Soutenant le dialogue inclusif: Ne Muanda Nsemi et BDM bientôt partout en Rdc

par -
0 790
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Dans un communiqué émanent du Parti Bundu Dia Mayala (BDM), daté du 06 décembre 2015, le président national Ne Muanda Nsemi a donné clairement sa position face aux enjeux de l’heure, dont essentiellement le dialogue national convoqué par le Chef de l’Etat et les élections. Tout en dénonçant la marginalisation dont son parti serait victime dans la préparation de ces assises, l’autorité morale de BDM promet de lancer, dans un proche avenir, les activités de son parti sur toute l’étendue de la Rd Congo.

Le parti politique Bundu Dia Mayala (BDM), et son Président national, le député Ne Muanda Nsemi, ont pris acte de l’annonce faite par le Chef de l’État Joseph Kabila, le 28 novembre 2015, relative au dialogue national inclusif tant souhaité. En outre, ils saluent la convocation de ce forum national par le Chef de l’État et se félicitent du triomphe de son Président National, le député national Ne Muanda Nsemi qui, en en croire ledit communiqué, a été le tout premier à soutenir à haute voix l’idée d’un dialogue national inclusif alors que toute la classe politique congolaise tergiversait.

Contrairement à ceux dont la position est ambiguë, Ne Muanda Nsemi et son BDM confirment leur volonté de participer à ce forum national et soulignent l’importance de la participation de toutes les forces vives de la nation. Ce, en affirmant que ce dialogue national est une occasion pour le peuple congolais d’affirmer leur maturité et leur volonté politiques afin de corriger les erreurs du passé et garantir un avenir harmonieux du pays.

Dans ce même chapitre, ils soutiennent l’accompagnement de la Communauté Internationale, en rappelant à la Monusco son rôle tel que stipulé dans la résolution 2211 (2015) du Conseil de Sécurité des Nations-Unies, afin de prévenir des élections bâclées et des troubles post-électoraux qui pourraient en résulter.

Engagé au respect de la Constitution, BDM par la bouche de son président national réaffirme son adhésion au principe d’alternance au pouvoir après deux mandats consécutifs à la tête de l’État. Cela va de soi car l’on peut noter que ce parti politique met haut sa barre, comme tout autre en Rdc, aspirant au pouvoir à tous les échelons.

Plus loin dans le communiqué, Ne Muanda Nsemi et BDM précisent à l’opinion tant nationale qu’internationale que le dialogue national dont il est question présentement concerne la crise électorale actuelle. Une position qui renvoie les autres vindicatifs dos à dos. Puis, ils soulignent que l’Accord-cadre d’Addis-Abeba qui concerne tous les pays de la Région des Grands Lacs, n’est pas en rapport avec le processus électoral en République démocratique du Congo.

Prenant le peuple congolais et l’opinion internationale à témoin, l’autorité morale fait remarquer au Chef de l’État que le parti Bundu Dia Mayala semble être marginalisé dans la préparation desdites assises, malgré le rôle primordial joué à travers son Président national pour convaincre toutes les forces vives de la nation de la nécessité d’un tel dialogue. « Cet état des choses intolérable qui continue les injustices décriées envers la communauté Kongo, n’est pas de nature à consolider la cohésion nationale », peut-on lire noir sur blanc.

Pour terminer, ils demandent leur intégration dans le bureau préparatoire qui sera bientôt mis en place afin d’apporter leur contribution à la réussite de ce dialogue politique qui balisera la voie pour les élections crédibles et apaisées. Dans le cas contraire, en guise de mise en garde, « cette situation risque de tirer à conséquence ». Quoi qu’il en soit, le parti cher à Ne Muanda Nsemi se propose de lancer très prochainement des activités en vue de sa visibilité sur toute l’étendue de la République.

(Emmanuel Badibanga)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse