Sous l’égide de l’Ambassade suisse

par -
0 589
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Un rapport sur le Statut de la femme en Rdc présenté hier au public

Ce document vise à contribuer à une meilleure compréhension des raisons de la situation de la femme, toujours soumise à plus de violence et de discrimination. Les réflexions contenues dans ce rapport ont pour objectif le changement pérenne de la situation du statut de la femme en Rdc à travers une réflexion prospective. Ce rapport contient des recommandations adressées au Gouvernement et au Parlement, à la Société civile, à la femme et aux bailleurs.

Hier à Kinshasa, l’Ambassade de Suisse en RD Congo a rendu public un document spécial. Il s’agitd’un rapport du processus de réflexion sur le Statut de la femme en Rdc. Ce processus de réflexion a duré treize mois et a trouvé sa conclusion par une conférence sur le statut de la femme organisée à Kinshasa les 20 et 21 novembre 2014.

A en croire Katharina R. Vogeli, conseillère en sécurité humaine à l’Ambassade de suisse à Kinshasa, l’objectif global du processus de réflexion « Statut de la femme en Rdc » était de contribuer à une meilleure compréhension des raisons de la situation de la femme, toujours soumise à plus de violence et de discrimination.

Elle a souligné que depuis l’année 2006, la Suisse s’engage à la promotion de la paix, la prévention des conflits et au respect des droits de l’homme dans la Région des Grands Lacs, à travers sa Division sécurité humaine (DSH) et sa Direction du développement et de la coopération (DDC). Cet engagement, a souligné Katharina R. Vogeli, vise à renforcer les capacités des acteurs dans la Région des Grands Lacs afin de dépasser les cycles de violence en vue d’un avenir de cohabitation pacifique.

Cette cohabitation pacifique, renchérit-elle, passe par la participation des femmes en tant qu’actrices dans des processus de paix. « Elle leur offre ainsi l’opportunité de sortir du statut de victimes et de prendre conscience des racines de leurs problèmes », a-t-elle dit.

Et de poursuivre, la conseillère en sécurité humaine à l’Ambassade de suisse à Kinshasa indique que cet engagement de la Suisse tire son origine de la mise en œuvre de la Résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations Unies, adoptée le 31 octobre 2000 et de son Plan d’action national 1325. « Ce dernier contient des mesures concrètes pour soutenir les femmes, atténuer les répercussions des conflits armés sur elles et les impliquer davantage dans les processus politiques », a-t-elle déclaré.

Les recommandations

Ce document intitulé « Du statut de la femme en Rdc : rapport d’une réflexion prospective pour un changement pérenne » contient aussi des recommandations dont quelques-unes ont été lues à l’intention du public par Mme Anny Tengamendite Modi, directrice exécutive, cofondatrice de l’Ong Afia Mama. La principale recommandation est adressée aux organisateurs de la Conférence sur le statut de la femme en Rdc tenue du 20 au 21 novembre 2014 à Kinshasa. C’est donc la mise en place d’un comité de suivi de la conférence et l’accompagnement des points focaux provinciaux pour l’appropriation des recommandations par tous.

Les autres recommandations sont donc classées sous forme de tableau selon les trois thématiques que sont : l’autonomisation de la femme et intégration communautaire ; sécurité, justice et participation politique ; et l’éducation. Elles sont adressées aux institutions étatiques (Parlement, Gouvernement), à la Société civile, à la femme ainsi qu’à la communauté des bailleurs.

Pour un mouvement sur le statut de la femme en Rdc

Avant de clore cette cérémonie, Mme Julienne Lusenge, présidente du conseil d’administration de l’Ong Solidarité féminine pour la paix et le développement intégral (SOFEPADI) a présenté à l’assistance les perspectives d’avenir de ce processusde réflexion sur le Statut de la femme en Rdc, au terme duquel deux idées forces se dégagent.

Le premier concerne le souhait du groupe de réflexion sur le statut de la femme en Rdc de garder le contact avec tous les participants et participantes de l’intérieur du pays, afin de rester informé du développement de certaines questions liées au statut de la femme, selon les perspectives provinciales. Deuxièmement, les membres du groupe de réflexion conviennent de réfléchir sur la création d’un mouvement sur le statut de la femme en Rdc.

Un mouvement qui se veut un espace continu de dialogue pour le partage du savoir (collecte des données), la création du savoir (publications) et l’institutionnalisation du savoir (suggestions aux décideurs).

(Lepetit Baende)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse