Sous le patronage de Mme la ministre de la Femme, Famille et Enfant

par -
0 703
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Présentation hier à Kinshasa d’une étude sur les violences basées sur le genre

Selon cette étude, la nouvelle province du Sankuru bat le record de toutes les entités du pays, où les violences faites à la femme sont les plus perpétrées. Et cela, dans toutes les catégories. Les jeunes femmes de 20 à 34 ans, de faible niveau d’instruction, pauvres et œuvrant dans le secteur agricole, sont les principales victimes de ces violences, à travers le pays. Des études spécifiques et des stratégies provinciales sont recommandées dans le Sankuru.

Sous le patronage de Mme la ministre de la Femme, Famille et Enfant, et l’appui technique et financier de l’ONU-Femmes, la Cellule d’études et de planification de la promotion de la femme, de la famille et de la protection de l’enfant (CEPFE) a organisé ce jeudi 17 décembre 2015, un atelier de restitution des résultats de l’étude sur la cartographie et la typologie des violences basées sur le genre en Rd Congo.

Cette étude réalisée par le Centre régional de recherche et de documentation sur les femmes, le genre et la construction de la paix dans la région des Grands Lacs (CERED-GL) à la demande de la CEPFE et de l’ONU-Femme, s’inscrit dans le cadre du processus de révision initiée par Mme la ministre, de la Stratégie nationale de lutte contre les violences basées sur le genre (SNVBG qui est l’une des réalisations majeures du Ministère de la Femme, Famille et Enfant).

Une étude pour orienter des actions gouvernementales de terrain

Mme la ministre de la Femme, Famille et Enfant Lucie Kipele Aky Azua a indiqué, dans son discours solennel, que la mise en œuvre de cette stratégie a permis d’enregistrer plusieurs avancées notables. A cela s’ajoutent des limites dans l’application de la stratégie. Devant toutes ces limites, a-t-elle renchéri, le Ministère de la Femme, Famille et Enfant s’est résolu, avec l’appui de partenaires à initier une série de réflexions et d’activités devant aboutir à l’écriture d’une nouvelle stratégie adressant toutes les formes de violences basées sur le genre, et couvrant l’ensemble du pays.

C’est donc le sens à donner à cette étude qui se propose d’identifier les principales formes de violences basées sur le genre les plus récurrentes en Rdc et de dresser une cartographie de principales formes de violences basées sur le genre. Cette étude, a affirmé la ministre, permet d’orienter les actions gouvernementales de lutte sur terrain en sachant où intervenir et sur quoi intervenir.

Dans son mot de bienvenue, le coordonnateur national de la CEPFE, le professeur Mangalu Mobhe Agbada, a indiqué qu’après cette restitution des résultats de l’étude, la prochaine étape serait la rédaction de la nouvelle stratégie. Ce qui nécessiterait la tenue des ateliers provinciaux en vue de la consolidation de la nouvelle stratégie.

Sankuru, le bastion des violences contre les femmes

Dans sa présentation de l’étude, le professeur Lututala Mumpasi, directeur général du CERED-GL, a signalé qu’il existe en Rdc une diversité de typologies. D’où la nécessité d’harmonisation pour une typologie nationale. Aussi a-t-il révélé que les viols ne sont qu’un type de violences sexuelles et basées sur le genre. Tandis que les violences sexuelles et basées sur le genre se retrouvent dans toutes les provinces de la Rd Congo, mais beaucoup plus dans la nouvelle province du Sankuru.

Et les principales victimes sont généralement de jeunes femmes âgées entre 20 et 34 ans, et qui ont un faible niveau d’instruction, celles qui vivent dans la pauvreté, œuvrant dans le secteur agricole, du commerce, ainsi que faisant partie du personnel militaire féminin. Un autre constat de cette étude est que les violences sexuelles et basées sur le genre (VSBG) autres que les violences domestiques sont encore moins documentées en RDC.

Nécessité d’élaborer des stratégies provinciales

Cette étude recommande donc une révision de la Stratégie nationale de lutte contre les violences basées sur le genre (SNVBG) pour prendre en compte toutes les violences sexuelles et basées sur le genre (VSBG). Elle propose également la mise en œuvre de la stratégie nationale au niveau national, mais aussi d’élaborer des stratégies provinciales. L’étude recommande aussi des actions spécifiques misant sur les principales victimes, et de gagner le défi d’un changement de comportement.

Elle exige la disponibilité des données ou études sur toutes les formes des violences sexuelles et basées sur le genre. En plus de cela, une base de données au Ministère de tutelle où tout le monde peut avoir accès, ainsi que des études spécifiques dans la nouvelle province du Sankuru.

(Lepetit Baende)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse