Sous le haut patronnage de Joseph Kabila

par -
0 674
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

UA – Kinshasa : ouverture hier des travaux du comité des experts de la 7ème réunion des DG des douanes

Il se tient à Kinshasa, du lundi 21 au vendredi 25 septembre 2015, la 7ème réunion du sous-comité des Directeurs généraux des douanes de l’Union africaine. Plusieurs experts et membres de délégations sont déjà à pied d’œuvre pour trois jours des travaux, soit du 21 au 23. Ils sont chargés de produire des documents importants, relatifs à la Gestion coordonnée des frontières, la Promotion de la sécurité et la Facilitation des échanges. Ce, afin que les Directeurs généraux s’y penchent et les entérinent du 24 au 25 septembre courant.

Trois temps forts ont marqué cette rencontre. D’abord, l’allocution de M. Narcisse Milandou, en sa qualité du Président sortant du Bureau des experts, venu de Brazzaville où s’était tenue la 6ème réunion du genre.

Il a de prime abord remercié les autorités politiques et administratives de la Rd Congo, ainsi que tous les Congolais, aussi bien pour « l’accueil chaleureux réservé à la délégation que pour le logement » digne leur réservé.

Il faut délier les pieds du commerce africain 

Pour M. Milandou, « faire les affaires en Afrique est caractérisé par la lenteur aux frontières, des lourdes procédures, le transport médiocre et plusieurs barrages », a-t-il énuméré, reconnaissant qu’à contrario il faut que son économie grimpe.

En effet, le commerce est un point moteur de développement. D’où, a-t-il exhorté : « il faut délier les pieds du commerce africain ». Cela, tout en retenant « les principales recommandations en rapport avec l’aspect politique », ainsi que les réalités des administrations douanières respectives. Il est aussi lieu de parer au plus presser car en dépit des défis immenses qui restent à relever, l’année « 2017 c’est déjà demain », -a-t-il renchéri.

Avant de clore son propos, le président du bureau sortant a insisté sur un chantier. A l’en croire, celui-ci consiste à ‘’tisser les contacts de manière à échanger les informations’’. D’où l’invitation aux experts de « faire preuve d’imagination pour présenter des propositions pragmatiques aux Directeurs généraux ».

L’Union africaine compte sur ces assises

Invitée à prendre en deuxième la parole et s’exprimant en langue anglaise, la Représentante de l’Union africaine Mme Treasure Mapanga du Département de Commerce et Industrie a, remercié le gouvernement de Kinshasa ainsi que l’administration douanière de la Rdc d’avoir tenu promesse en organisant cette session à Kinshasa. En effet, les autorités de la douane congolaise avaient pris cette décision depuis la 6ème réunion tenue à Brazzaville en 2014.

Poursuivant son mot, Mme Mapanga a insisté sur les attentes de l’UA : « l’Union africaine s’attend au succès de ces travaux dont les réultats seront transmis aux autorités ». Cela, tout en reconnaissant la capacités des experts en la matière.

Lançant par la suite que «  la lutte continue », Représentante de l’Union africaine s’est dit rassurée que «  la victoire est certaine ». « Nous sommes là pour la facilitation des échanges bien qu’actuellement l’Afrique est réoutée en lourdeur administrative, routes et infrastructures obsolètes, l’instabilité des pays et de la jeunesse,… qui en réalité constituent un frein au développement économique de l’Afrique ».

Avant de terminer, elle a insisté sur le fait que la Commission de l’Union africaine est en train de mener aussi une étude sur cette question de facilitation des échanges. Ce, dans le but de mettre sur pied un programme en vue d’une coordinantion au profit de l’intégration du marché africain.

Les matières à traiter

L’hôte de la 7ème réunion du Sous-comité des Directeurs généraux des douanes de l’Union africaine, le DG Déo Rugwiza de la Direction générale des douanes et accises de la république démocratique du Congo s’est réjoui du choix porté sur elle, pour organiser ces assises dont les travaux des experts s’ouvraient ce jour du 21 septembre 2015 à l’Hôtel Memling de Kinshasa.

« Aussi, est-ce avec un réel plaisir que je souhaite à toutes et à tous, au nom de la communauté douanière et au mien propre, la bienvenue dans la capitale de la République démocratique du Congo et un agréable séjour pendant toute la durée des travaux de la réunion », a-t-il exprimé.

S’adressant aux experts, Déo Rugwiza Magera a révélé que «  Pendant trois jours, vous allez échanger sur les thèmes retenus pour cette 7ème réunion du Sous-comité des Directeurs généraux des douanes de l’Union africaine : la Gestion coordonnée des frontières ; Promotion de la sécurité et Facilitation des échanges ».

Cela va de soi. Le thème choisi est d’actualité au regard de la mise en place prochaine de la zone de libre-échange africaine. Car il permet d’aborder des sujets comme la Coopération entre les administrations douanières du continent ; la mise en place du guichet unique de dédouanement ; le renforcement de la coordination entre la douane et différents les différentes agences prestant aux frontières ; la mise en place des procédures de facilitation, la coopération douane-secteur privé ; ainsi que l’utilisation de nouvelles technologies de l’information et de la communication.

« C’est donc dire que les travaux des experts que vous êtes revêtent une grande importance en ce qu’ils préparent des matières qui seront examinées par les Directeurs généraux des douanes, au cours de leur réunion les 24 et 25 septembre prochains », a-t-il insisté, avant de saisir cette opportunité pour les inviter à donner le meilleur d’eux-mêmes afin de produire un travail de grande qualité.

Nécessité des postes frontières arrêt unique

Outre le domaine de la douane, la question de la Gestion coordonnée des frontières entre Etats intéresse aussi des considérations d’ordre politique, fortement stratégique, comme la mise en place de bureaux à contrôle juxtaposés, autrement appelés ‘’postes frontières arrêt unique’’ et l’organisation des patrouilles mixtes de surveillance des frontières.

Ce type d’actions implique un degré élevé de coopération entre les Etats, et constitue un prélude à l’intégration politique des Etats et à la promotion de la sécurité entre eux.

De même, s’agissant de la facilitation des échanges, il y a lieu de rappeler que l’Organisation mondiale du Commerce (OMC) a adopté, au mois de décembre 2013, un accord en cette matière dans le cadre du cycle de Doha, pour le développement. Les présentes assises seront par conséquent l’occasion d’insister sur la nécessité qu’il y a de mettre en œuvre l’accord de facilitation des échanges, après une évaluation des besoins de chaque Etat, et une catégorisation des mesures à prendre conformément aux dispositions pertinentes de l’accord. En examinant ces questions, il faudra donc tenir compte des acquis déjà enregistrés par les communautés économiques régionales (CER) dont certaines ont déjà mis en place des instruments juridiques sur la gestion coordonnée des frontières et la facilitation des échanges entre différentes Etats-membres.

Ainsi, la prise en compte de différentes expériences régionales pourra faciliter la mise en œuvre de l’intégration continentale.

Avant de terminer son propos, le DG Rugwiza a rassuré les experts de l’appui de la DGDA : «  je voudrais vous rassurer que les experts de la DGDA RDC sont prêts à vous apporter leur concours dans l’accomplissement de la tâche vous assignée, de manière à garantir un bon déroulement des travaux dans les meilleurs conditions possibles ».

C’est sur cette note qu’il a déclaré ouverts les travaux du comité des experts en prélude à la 7ème réunion du Sous-comité des Directeurs généraux des douanes de l’Union africaine.

(Emmanuel Badibanga)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse