Sous le haut patronage de Joseph Kabila: Ramazani Shadary convoque le forum sur la paix, la réconciliation et le développement dans l’espace kasaïen

par -
0 189
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Attendu depuis plusieurs mois par la population ainsi que les autorités politico-administratives de l’espace Kkasaïen, ce forum se tiendra finalement à Kananga, chef-lieu du Kasaï-central du 15 au 17 septembre 2017.  Toutes les forces vives de cinq provinces qui composent cette aire géographique ainsi que les exécutifs y prendront activement part. Il s’agit de :

  • la province du Kasaï ; du Kasaï central ; Kasaï oriental ; la Lomami ; Sankuru.

Comme on le voit, toutes ces provinces ont la particularité d’avoir été touchées par les miliciens-terroristes opérant sous le label de Kamuina Nsapu. Il était temps que les fils et filles de ce grand espace, jadis havre de paix, s’assoient ensemble pour régler de manière pacifique leurs différends et mettre en place des mécanismes de pérennisation de la paix retrouvée.

Si le gouvernement à travers le vice-premier ministre et ministre de l’intérieur, Emmanuel Ramazani shadary a fait ce qu’il devait à savoir, restaurer la paix et permettre à ce jour que les déplacés reviennent petit à petit dans leurs anciens milieux de vie, si à travers l’approche communautaire et politique, la famille régnante Kamuina Nsapu a été convaincue de la nécessité d’enterrer la hache de guerre, il revient désormais aux forces vives de cimenter cette paix par une véritable réconciliation. Durant près de neuf mois qu’a duré ce conflit meurtrier, il s’est passé beaucoup de choses.

Des tueries, carnages, pillages, massacres, discours incendiaires et xénophobes ont opposé les uns et les autres de façon très radicale. L’on se rappelle que jusque dans un passé récent, les lubaphones font l’objet de plusieurs attaques dans les villages de la province du Kasaï, où l’on estime qu’ils sont à la base de ce phénomène mystico-coutumier Kamuina Nsapu. Les rancunes sont vives et qui d’autres que les forces-vives sont mieux placées pour désamorcer cette bombe communautaire qui peut exploser à tout moment ?

De la nécessité du forum

Le gouvernement Tshibala, à travers le ministère de l’intérieur que dirige Emmanuel Ramazani shadary, a pris suffisamment du temps pour éviter de faire un travail bâclé. Si les causes de ce conflit ne sont pas clairement identifiées par les communautés, il sera difficile de trouver des solutions. Voilà pourquoi un travail de fourmi devait être abattu par les experts de ce ministère avant de convoquer ce forum d’une grande importance.

Les cinq provinces qui vivaient jadis dans la paix totale, n’ont aucune raison de se dresser les unes contre les autres sur base d’un conflit mal géré et qui a été récupéré par des bandits de tout acabit, sous un label coutumier. Comme dans plusieurs forums qui se tiennent dans ce pays, la grande question réside dans l’application des résolutions y afférentes. Si personne ne prend à cœur les résolutions issues de cette assemblée, les mêmes causes risquent de produire les mêmes effets, dans un espace ou la jeunesse laissée au chômage est une proie facile pour tout aventurier vendeur d’illusions. Il est important que les participants se disent toute la vérité en se regardant en face et que finalement, de bonnes résolutions sous forme d’engagements soient prises avec un chronogramme d’exécution. La paix étant un processus, un certain nombre de choses mettra du temps à recouver sa vie d’antan.

L’implication des gouverneurs

Quatre des cinq gouverneurs de cet espace présents à Kinshasa ce mardi dans le cadre des travaux du forum sur la réforme du système fiscal congolais ont salué la tenue de ce forum. Alphonse Ngoyi Kasanji du Kasaï-oriental, Marc Manyanga du Kasaï, Patrice Kamanda de la Lomami et Justin Milonga du Kasaï-central ont félicité le chef de l’Etat qui a tenu à matérialiser cette rencontre en dépit de la conjoncture difficile. La paix n’a pas de prix, dit-on.

Ces patrons des exécutifs provinciaux ont promis de s’impliquer dans la réussite de ce forum censé aplanir toutes les divergences aussi bien politiques que communautaires ayant sous-tendu le phénomène décrié par tous. Pendant ces trois bons jours, les frères et sœurs séparés par un conflit injuste et inutile se réconcilieront pour regarder dans la même direction et engager un seul combat qui vaille : celui du développement, étant donné que le grand Kasaï est de plus en plus pauvre. Au-delà de tous ces discours, le gouvernement doit mobiliser avec ses partenaires internationaux une aide alimentaire massive pour ces communautés qui ont tout perdu. Le kasaien a faim, ne l’oublions pas. Et le ventre affamé n’a point d’oreilles. Ces gens qui reviennent de la brousse ont besoin de manger, se soigner, se loger avant de retrouver leurs activités d’autrefois.

Les hommes de bonne volonté ont une occasion sure de prouver qu’un véritable bonheur est partagé. Les églises, ONG, ambassades, et toute la communauté caritative doit absolument faire quelque chose pour éviter que les résolutions de ce forum soient une lettre morte, bonne pour le tiroir. Les autres provinces de la RDC veulent certainement voir la paix être consolidée dans cet espace, le Congo étant un ensemble solidement soudé autour d’un idéal de bien-être.

(Simon KABAMBA)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse