Soirée tropicale hommage Jeannot Bombenga

par -
0 702
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

A l’occasion des 81 ans d’âge et 63 ans de carrière musicale du patriarche Jeannot Bombenga we Wando, une soirée tropicale est programmée pour le samedi 28 novembre courant à Kinshasa. Pour y arriver, le comité d’organisation bute à des difficultés d’ordre matériel et financier. Aussi lance-t-il un appel au soutien et à l’implication des « Anamongo », pour la réussite de cet événement culturel. A en croire notre source, le chanteur octogénaire patron et fondateur de l’immortel « Vox Africa » se propose, lors de ces festivités, de mettre officiellement fin à sa riche carrière musicale.

*De son itinéraire avec son « Vox Africa »

C’est en 1960 que Bombenga décide de fonder un groupe musical baptisé « Jazz Africain », avec le concours de quelques amis dont notamment P     ascal Tabu Rochereau dit Tabu Ley au chant, Edo Clary Lutula à la clarinette. En 1961 vers la fin et le début 1962 que Jeannot Bombenga avait pris la résolution de mettre sur pied l’orchestre « Vox Africa » avec l’appui au chant de Franklin Boukaka et Kouka Matthieu.

En 1963 sur proposition du gouverneur Faustin Manzikala , Bombenga et son groupe iront à la rescousse de l’African jazz de Grand Kallé qui avait connu la désertion de la plupart de ses musiciens. Ce fut le cas notamment du docteur Nico Kassanda le guitariste et de son aîné Déchaux Muamba l’accompagnateur . Cette collaboration va durer trois années avant que « Vox Africa » ne puisse renaître sur ses cendres avec comme leader toujours Jeannot Bombenga et, dans sa suite, les chanteurs Sam Mangwana et Daniel Ntesa Nzitani dit « Dalients ». Et, cette formation musicale a remporté en 1966, le prix révolutionnaire de la chanson avec le tube « Congo nouveau, Afrique nouvelle ». Mais en 1967, le chanteur Sam Mangwana sur qui l’on avait placé l’espoir, quitte « Vox Africa » pour l’African fiesta national en route pour le Festival   international des musiques de Montréal. Par la suite, Dalients va aussi tourner le dos à Jeannot Bombenga qui, pour renforcer son équipe recrutera un autre chanteur nommé Djeskin Loko Masengo qui viendra tenir compagnie au chant à Kelly et Jean Papy . C’est à ce moment que « Vox Africa » enregistre les chansons « Simone » et « Léa ». En 1968 , le soliste Nedule Papa Noël quitte « Vox Africa » pour remonter son groupe « Bamboula » et tout de suite, il est remplacé par un autre guitariste le jeune Souzy Kaseya qui démontre ses talents de guitariste dans la chanson « Célé Mémé ». Malheureusement en 1970 après le départ de Souzy Kaseya pour l’Europe, découragé, Jeannot Bombenga vend les instruments. Plus tard, avec l’appui de sages, il a remonté le « Vox Africa » qui continue à résister jusqu’à aujourd’hui

(Franck Ambangito / Kinguza Kikim Afri ) 

 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse