Six députés nationaux exclus et radiés du MLC: Nicolas Akpanza se félicite de cette décision libératrice

par -
0 383
Une vue des élus nationaux membres de la Croisade des pro-dialogue du 18 Octobre, dont Nicolas Akpanza Mobuli, Aunda Pangodi Freddy, Lomanga Longenga Jean Robert, Bokolo Nyaswa Vicky, Kumu Pathy et Indole Yves
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

« Ce qui caractérise l’unité du parti, c’est la vision commune », avait dit Fidèle Babala lors d’un entretien accordé au Journal L’Avenir au sujet du remplacement de Mme Bongenge Micheline Bie. Or, au sein du MLC, la vision n’est plus commune, nous révèle le député national Nicolas Akpanza Mobuli. Ce dernier radié du parti politique Mouvement de Libération du Congo (MLC), ensemble avec ses collègues ci-illustrés, en l’occurrence Aunda Pangodi Freddy, Lomanga Longenga Jean-Robert, Bokolo Nyaswa Vicky, Kumu Pathy et Indole Yves. Ils sont reprochés par les nouveaux dirigeants du Mouvement de Libération du Congo, d’avoir pris part au Dialogue de la Cité de l’Union Africaine. Joseph Kabila n’étant pas partenaire du MLC, les six députés incriminés ne pouvaient pas prendre part aux assises facilitées par Edem Kodjo. C’est du moins l’incrimination  de ces élus nationaux du peuple, dont la plupart sont originaires du Grand Equateur.

Lors de  sa visite dans les installations de la Radiotélévision du Groupe l’Avenir, Nicolas Akpanza surpris de leur radiation au sein du MLC avec effet de ne plus faire partie du Groupe parlementaire MLC et Alliés, se félicite de cette mesure qu’il qualifie de libératrice. A la question d’en savoir davantage de cette mesure, il pense que le fait de participer au Dialogue de la Cité de l’Union africaine découle entre autre de l’esprit de la recherche de la paix, tant voulue par tout le monde. Ensuite, en sa qualité d’élu national dont le mandat est impératif, il a répondu au besoin exprimé par sa base électorale de Basankusu et enfin, ce dialogue tant exigé par tous les acteurs politiques a été convoqué par  ordonnance présidentielle du Chef de l’Etat Joseph Kabila Kabange, élu par l’ensemble de la population, et appuyé notamment par la résolution du Conseil de sécurité des Nations Unies. Donc, l’implication de la communauté internationale au dialogue de la Cité de l’Union africaine a de l’ascendance sur les considérations politiques et personnelles d’un gestionnaire d’un parti politique. Suivre le diktat d’un groupe de gens animés de l’animosité au lieu de privilégier l’intérêt commun est suicidaire, en homme politique, dit-il. D’où, son péché d’avoir crédibilisé le Dialogue de la Cité de l’Union africaine avec les cinq autres députés nationaux du MLC conduits auprès d’Edem Kodjo.

De ce  qui précède, Nicolas Akpanza déplore les attaques verbales personnelles, injures publiques, des quolibets et critiques sans fondements. « Je suis respectueux des autres et surtout de l’autorité établie. 12 ans d’expérience parlementaire, l’on devient plus politique pour s’affirmer comme Homme d’Etat. Il faut alors éviter   l’aboulie, l’indécision », a-t-il précisé.

La Rdc s’affirme comme Etat souverain

Généralement, l’opposition politique en Rdc est synonyme de tout rejeter. Entre autre, même ce que les uns voient en blanc, les autres le qualifient de noir. Ceci dit, plusieurs autorités de la République ont été sanctionnées par l’Union Européenne. Cette dernière appuyée par le Royaume de Belgique, en plus de son insistance à mener les enquêtes parallèles au drame Kasaïen. « Le Gouvernement de la République n’exclut pas l’aide de bonne volonté de la part de ses partenaires, y compris celle de l’Union africaine. Mais exclut la mission d’enquête parallèle de l’Union Européenne. Si enquête il y a, elle se fera selon la feuille de route tracée par le Gouvernement de la République et selon la procédure de la justice militaire de notre pays », avait soutenu Lambert Mende.

Or, à la 35ième session de la Commission de Droits de l’Homme à Genève, l’Union européenne et la Belgique ont battu tambour battant devant la détermination du bloc africain et latino-américain en faveur de la position de la RDC. Cette victoire n’a pas laissé Nicolas Akpanza sans réaction. L’élu de Basankusu se dit très fier de son pays, mais cela ne constitue pas une victoire comme telle, sinon c’est l’affirmation même de la souveraineté de la Rdc, face à l’impérialisme occidental. 57 ans après, soutient-il, la RDC est en même de faire entendre sa voix. Ainsi, la diplomatie mise en place par le Chef de l’Etat a fait ses preuves  avec les succès de Genève, en Suisse.

(Pius Romain Rolland )   

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse