Situation sécuritaire en Ituri: Mova Sakanyi et Atama Tabe pour rétablir l’ordre

par -
0 281
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Le chef de l’Etat Joseph Kabila Kabange a dépêché le Vice-Premier ministre et ministre de l’Intérieur et Sécurité, le ministre de la défense, son Conseiller en matière de sécurité dans la province de l’Ituri, afin de mettre un terme à l’insécurité causée par les terroristes dans le territoire de Djugu. C’est hier dimanche que le ministre de la Défense a posé ses valises à Bunia, chef-lieu de la province de l’Ituri.  «  Le chef de l’Etat nous a demandé de venir ici, le Vice-premier ministre et ministre de l’Intérieur et Sécurité, le Conseiller spécial du Chef de l’Etat en matière de sécurité, pour venir appuyer le gouverneur dans le combat qu’il mène contre cette cruauté que nous enregistrons », dit-il à son arrivée à l’aéroport, avant d’ajouter : nous sommes là pour rétablir l’ordre. J’ai fait venir plus de 600 militaires de Gemena, le Commissaire général a fait  venir plus de 300 militaires de Kinshasa pour cela. Nous sommes obligés de suivre nos éléments de troupe sur terrain, pour que l’ordre soit rétabli.

Pour sa part, le Vice-premier ministre et ministre de l’Intérieur et Sécurité, Henri Mova Sakanyi effectue sa première visite à l’intérieur du pays, et il l’a consacré à la province de la Tshopo qui constitue une plaque tournante dans la région orientale, Kisangani étant un passage obligé. Henri Mova Sakanyi ira ensuite en Ituri, pour se rendre compte de la situation sécuritaire très alarmante qui prévaut actuellement dans cette province sœur, une situation marquée par des massacres dans le territoire de Djugu.

Répondant aux questions de la presse sur la situation de la province du Bas-Uele particulièrement, le VPM s’insurge contre la pratique visant à déstabiliser les institutions provinciales. Pour Henri Mova, à quelques mois des élections au pays, il n’est pas normal qu’on puisse démettre certaines institutions. C’est ce qui l’a poussé à suspendre les activités de la session extraordinaire à l’Assemblée provinciale du Bas-Uele.

Mova reçoit la communauté Iturienne

Aussitôt après la prise de ses fonctions, le Vice-Premier Ministre, Ministre de l’Intérieur et Sécurité, Henri Mova Sakanyi ne s’offre pas de temps de répit. Ce samedi 03 mars 2018, il a reçu dans son cabinet de travail la communauté iturienne de Kinshasa, conduite par son président, Félix Kabwizi. Pendant plus d’une heure, le patron de la territoriale a échangé avec les notables de l’Ituri qui lui ont fait part des violences dans ce coin du pays.

A en croire Félix Kabwizi, ces violences ont entraîné le déplacement de plus de 60 000 personnes, sans compter les dégâts matériels dont les maisons incendiées. Les notables de l’Ituri ont expliqué au VPM Henri Mova Sakanyi les causes des conflits et proposé des moyens pour y mettre fin. Au sortir de cet entretien, le chef de la délégation n’a pas caché sa satisfaction par le fait qu’Henri Mova Sakanyi leur ait promis de se pencher sur la question et d’effectuer, dans un délai rapproché, une descente sur terrain afin de s’enquérir personnellement de la situation. Pour le VPM, la paix chèrement acquise par le Président Joseph Kabila est une question primordiale.

Monusco condamne des attaques ciblées contre des civils en Ituri

La Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies en République démocratique du Congo, Leila Zerrougui demeure préoccupée par les actes de violence dans le territoire de Djugu (province de l’Ituri) qui ont entraîné la mort de plusieurs dizaines de personnes depuis janvier dernier. L’attaque la plus récente, au cours de laquelle au moins 33 personnes ont été tuées, a eu lieu le 1er mars 2018 dans le village de Maze.

« Je suis profondément choquée par cette dernière attaque qui a ciblé des civils et par le fait que la majorité des victimes soient des femmes et des enfants. Je présente mes sincères condoléances aux familles des victimes et à tous ceux qui sont affectées par cet acte horrible », a dit la chef de la Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO). « Je condamne toutes formes de violences et appelle les autorités à enquêter rapidement sur cette attaque et à veiller à ce que la justice soit pleinement rendue. Les auteurs de ces actes doivent être tenus pour responsables », a ajouté Mme Zerrougui.

L’incendie d’habitations, des déplacements forcés et des actes de violence sexuelle dirigée contre des femmes ont également été rapportés ces dernières semaines dans la province de l’Ituri qui est située dans la partie nord de la République démocratique du Congo. En soutien aux efforts du Gouvernement congolais pour faire face à la détérioration de la situation sécuritaire, la MONUSCO a renforcé sa présence dans la zone en déployant trois bases militaires temporaires à Djugu, Blukwa et Fataki et en intensifiant ses patrouilles militaires dans le territoire de Djugu depuis le 10 février 2018. La Mission mène également des consultations avec toutes les communautés ainsi qu’avec les autorités afin de prévenir de nouvelles attaques et de stabiliser la situation dans la région.

(JMNK)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse