Situation sécuritaire à l’Est de la Rdc: Le nouveau commandant des forces de la MONUSCO à pied d’œuvre

par -
0 588
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Nommé à la tête des forces  onusiennes en RDC depuis 13 avril 2018 en remplacement du Sud-Africain, le Lieutenant-Général Derrick Mgwebi, le Lieutenant-Général Elias Rodrigues Martins Filho s’est entretenu à Goma au Nord-Kivu avec les officiers des casques bleus engagés dans les opérations de maintien de la paix en République Démocratique du Congo. Arrivé au chef-lieu de la province le 21 mai 2018 par l’aéroport international de Goma, l’officier brésilien s’engage fermement dans la protection des civils aux côtés des forces armées de la RDC engagées sur tous les fronts au pays, particulièrement dans la région instable du Nord-Kivu : cas des rebelles  ougandais ADF qui sèment terreur et désolation au sein des populations civiles du  territoire de Beni depuis plusieurs décennies, ainsi que mener des actions de stabilité pour mettre en œuvre un cadre de  coopérations en faveur de la paix et la sécurité, figurant parmi les priorités de la résolution 1328 du Conseil de sécurité des Nations-Unies. « La coopération ou encore le partenariat entre les casques bleus de la MONUSCO et les forces armées de la RDC est une réalité et se porte au bon fixe et nous nous engagerons main dans la main pour pérenniser ces acquis sur le terrain afin que les paisibles populations vivent en toute quiétude », a ainsi précisé le nouveau commandant des forces de la MONUSCO.

Du défi sécuritaire en face

Plusieurs défis tant d’ordre sécuritaire, technique que tactique se présentent en face du nouveau commandant des  forces de la MONUSCO. Pour le cas particulier du Nord-Kivu, les différents territoires sont sous l’emprise des groupes armés depuis plusieurs décennies, dont pour le cas le plus illustratif et précis avec les groupuscules  Mai -Mai cas Nduma Defence of Congo avec plusieurs factions dans le territoire de Walikale, les miliciens de l’alliance pour un Congo libre et souverain (APCLS) et les Nyatura dans le territoire de Masisi, les Mai-Mai Corps du Christ et Charles dans le territoire de Lubero qui s’affrontent aux forces armées de la RDC, des  affrontements contraignant ainsi des déplacements massifs des populations  civiles et détériorant aussi la  situation socio-humanitaire dans ces zones.

Pour ce qui concerne les menaces des forces étrangères  qui pèsent sur les  civils, figurent l’activisme des combattants Hutus des Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR) dans les territoires de Rutshuru et Lubero où  ils  sèment terreur et désolation causant le non accès des populations à leurs champs. Ce qui pousse les compatriotes de la contrée à la misère totale, incendie des maisons et autres actes de vandalisme et atrocités de tout genre. Le long des frontières  Congolo-Rwandaises des actes de  provocation marqués par des incursions des armées étrangères au profit des ex-éléments du M23 refugiés au Rwanda et en Ouganda sont visibles.

Depuis plusieurs décennies, les rebelles ougandais de l’ADF mènent des opérations de carnage des civils dont le chiffre est de plus de 2000 personnes tuées à la machette et hache sans compter les militaires des forces armées de la RDC coalisés aux casques bleus de la Brigade d’intervention des Nations Unies engagés dans ces opérations de traque tués par ces Islamistes ougandais. Des actes ignobles  qualifiés de génocide, de crimes de guerre et crime contre l’humanité par les notabilités locales, ainsi que les organisations de la société civile et celles de défense des droits de l’homme qui n’ont pas hésité à solliciter l’intervention de la justice internationale.

Qui est  Elias Rodrigues Martins Filho ?

Né en 1960 au Brésil, marié et père de  trois enfants, doté d’une expérience militaire de plus de 35 ans. Détenteur d’un diplôme d’études supérieures en relations internationales de l’université de Brasilia, ainsi que d’un diplômé de l’école de guerre de l’Escola Superior de Guerra à Rio de Janeiro  au Brésil. Il a une expérience avec les Nations Unies  depuis 1995 en Angola de 1995-1996, officier d’état-major à la mission de vérification III entre 2001-2003, conseiller militaire adjoint auprès de la mission permanente des  Nations Unies au Brésil. Il est aussi doté d’une vaste expérience du maintien de la paix ayant servi comme officier de planification au sein du service de la constitution de la force (FGS) au département des opérations de maintien de la paix de 2005 à 2008.

(Marty Da Cruz Olemba/Rtga-Goma)

 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse