Situation politique de l’heure: Les présidents provinciaux de la société civile lèvent le ton

par -
0 313
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

15 signatures ont été apposées sur la déclaration des présidents provinciaux de la société civile en rapport avec la situation politique de l’heure en République Démocratique du Congo. Ces personnalités des forces vives de la Nation dénoncent le fait que les pourparlers du Centre Interdiocésain manquent d’inclusivité, même grief reprochée au Dialogue par le Rassemblement. Cependant, ils précisent qu’il ne s’agit pas de la remise en cause de l’Accord de la Cité de l’Union africaine, parce que la postérité d’un document qui sortira de la Cenco ne lui donne pas la prépondérance sur le précédent. Ils encouragent la Cenco à poursuivre sa mission, toute en attirant l’attention de la Ceni de poursuivre ses opérations d’enrôlement, et que le peuple congolais se débarrasse des acteurs politiques qui menacent la paix et la stabilité du pays, d’autant plus  que la date du 19 décembre est une date comme toute autre date. 

Réunis hier lundi 12 décembre 2016, au siège national en séance extraordinaire aux fins de fixer l’opinion nationale et internationale sur la situation politique qui prévaut actuellement en République Démocratique du Congo, les présidents provinciaux de la Société civile, signataires de l’Accord politique et inclusif, du 18 octobre 2016 pour l’organisation des élections apaisées, crédibles et transparentes, précisent que ledit Accord a été signé à la Cité de l’Union africaine par les différentes forces vives de la République, en ce qu’il a prévu en son article 24, une brèche : une ouverture aux autres forces non signataires. Les présidents provinciaux de la société civile de la RDC notent que l’Accord politique n’a pas connu du succès dans sa mise en œuvre du fait que certains acteurs politiques ont refusé d’y adhérer.

De ce point de vue, pour élargir son adhésion, précisent une fois de plus, les présidents provinciaux de la société civile de la RDC, signataires de l’Accord politique, que la Conférence Nationale du Congo qui a reçu mission de bons offices du Président de la République, s’est engagée et encouragée pour conduire les missions lui confiée aux fins d’obtenir un consensus national sur le processus électoral.

Cependant, les présidents provinciaux de la société civile de la RDC, signataires de l’Accord politique, constatent que les pourparlers en cours au Centre Interdiocésain posent trois problèmes majeurs. Que l’acte additif en discussion tend à annihiler entièrement l’accord politique au lieu de le parfaire. « Il ne s’agit pas d’un nouveau dialogue. La postérité d’un document ne lui donne pas la prépondérance sur le précédent », dénoncent-ils.

Les pourparlers de la Cenco manquent l’inclusion

En plus, ils dénoncent que les pourparlers conduits par la Cenco souffrent sérieusement de manque d’inclusion tant reprochée à l’Accord politique signé le 18 octobre 2016. Pourtant, celui-ci a obtenu l’adhésion d’une partie non négligeable des membres du Rassemblement. « Il s’observe une faible représentativité de la femme, des jeunes et des autres forces sociales et politiques des provinces donnant l’impression que c’est une affaire de la seule vielle de Kinshasa », déplorent les présidents provinciaux de la société civile. Par ailleurs, ils affirment que la paix demeure menacée par les discours apocalyptiques autour de la date du 19 décembre 2016, ainsi que l’insécurité entretenue dans la partie Est de la République.

Tout en encourageant en sa juste valeur les efforts de la Cenco qui vise un consensus national autour du processus électoral, les présidents provinciaux de la société civile de la RDC, signataires de l’Accord politique recommandent que la Cenco joue son rôle de médiateur et non de négociateur pour qu’elle demeure une église au milieu du village. Que la Cenco prenne conscience que la paix, la stabilité et l’avenir de la République Démocratique du Congo se trouvent présentement suspendus au résultat qui sortira des discussions en cours

En outre, aux participants dans ces pourparlers, la société civile provinciale recommande à ce qu’ils se souviennent que le but de leur discussions est de parfaire l’Accord du 18 octobre Cité de l’Union africaine et non de la remettre en cause. « Les présidents provinciaux et de la dynamique des femmes de la société civile de la République Démocratique du Congo réaffirment leur attachement à la stabilité des institutions de la République, notamment la Ceni, seule gage de la tenue rapide des élections en RDC. Ace titre, ils réitèrent leur soutien total à leurs délégués au sein de la Ceni conformément à l’article 19 de l’Accord politique du 18 Octobre 2016 », a déclaré Valentin Vangu.

Par la suite, la société civile exhorte la Ceni à poursuivre sans relâche les opérations d’enrôlement et d’identification des électeurs déjà lancées sur l’ensemble du territoire national. En plus de la Ceni, la société civile provinciale invite la population congolaise de ne pas se faire manipuler par les acteurs politiques qui menacent la paix et la tranquillité de la République Démocratique du Congo, au-delà de la date du 19 décembre 2016.

(Pius Romain Rolland)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse