Situation en Rd Congo: L’UE mélange la carotte et les choux

par -
0 583
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Tout en se félicitant de l’accord politique du 18 novembre dernier et qui assure une période de transition pacifique et aussi courte que possible, et pour lequel l’Union européenne a soutenu un cadre de dialogue, facilité par l’Union Africaine, nous apprenons que cette institution, à travers le Conseil, reste toujours déterminée dans sa décision sur les premières mesures restrictives et le rendez-vous est pris pour le 12 décembre prochain. Pourquoi mélanger la carotte et les choux ?

Dans une dépêche parvenue à la rédaction du Quotidien L’Avenir, le Parlement européen, à travers Mme Federica Mogherini, vice-présidente de la Commission et Haute représentante de l’Union européenne dit s’être penché deux fois déjà en 2016 sur la situation critique en République démocratique du Congo, avec les résolutions de mars et de juillet. Le Conseil pour sa part a déjà adopté, en cette même année, deux conclusions. La RDC sera encore à l’agenda du Conseil “affaires étrangères” du 12 décembre.

Il s’agit d’un pays énorme, aux défis gigantesques. Au même temps, son potentiel est immense – pour les ressources naturelles, bien sûr, mais encore plus pour le potentiel humain, la créativité culturelle. L’Union européenne a manifesté depuis de nombreuses années sa solidarité avec les populations de l’est du pays. « Nous engageons notre aide humanitaire pour le million et demi de personnes déplacées, pour les réfugiés, les femmes victimes de violence sexuelle utilisée comme arme de guerre. Cela se produit par le biais de plus de vingt partenaires humanitaires, qui ont investi presque €40 millions en 2016 », indique la déclaration, qui ajoute que nous œuvrons aussi pour trouver des solutions aux causes profondes des conflits, non seulement à travers la future réglementation européenne sur les minerais liés aux conflits, mais aussi par l’appui au processus de Kimberley pour la transparence dans l’exploitation des diamants, et par l’appui à l’Initiative de la conférence régionale des pays des Grands lacs contre l’exploitation illégale des ressources naturelles.

Et de renchérir, l’Union européenne est aussi engagée dans la lutte contre l’impunité dans l’est du Congo. Nous soutenons le travail de la MONUSCO, et du Haut-commissaire des Nations-unies aux droits de l’homme. Je tiens aussi à rappeler l’importance pour la gouvernance du pays de nos missions PSDC, désormais parachevées dans les domaines de la police et de l’armée: EuPol et EuSec. « J’ai voulu souligner cet engagement en RDC, même si la situation politique nous a amené à revoir les priorités de notre partenariat. Aujourd’hui le seul moyen d’assurer la stabilité en RDC c’est d’assurer, pour la première fois dans son histoire, une transition démocratique », indique-t-elle.

Les Congolais s’interrogent

Nombreux sont les Congolais qui veulent savoir si tous ces faits réels rappelés par l’Union européenne peuvent à eux seuls justifier l’interventionnisme ? Sinon, cette façon de considérer les choses poussent certains à dire que les Congolais et leur chef ne sont même pas respectés, ni pris en considération. Car, personne ne peut comprendre que maintenant que les Congolais sont liés par un accord et que tout est entrain d’être fait à travers la Cenco pour élargir l’accord et permettre au Rassemblement d’entrer au Gouvernement, que l’on puisse encore menacer des sanctions certaines autorités congolaises.

Au sujet de son avenir politique, le Président de la République, qui a eu à donner des réponses claires aux 15 membres du Conseil de sécurité en visite en Rd Congo et qui a été plus que clair devant les deux chambres du Parlement réunies en congrès, doit-il encore tenir un autre discours pour rassurer les uns et les autres ? Et pourtant, il a si bien dit que la Rdc était une démocratie dotée d’une constitution qui est claire quant au mandat du Chef de l’Etat. Et à scruter de près les résolutions de l’accord politique, on ne peut plus rien douter, d’autant plus que toutes les dates importantes ont été fixées.

L’UE déterminée à poursuivre son engagement

La même déclaration précise que d’abord, nous continuerons à soutenir pleinement les efforts par la Conférence des évêques du Congo, pour rendre l’accord politique plus robuste et plus inclusif.  Nous appelons à la fois le gouvernement et l’opposition à coopérer constructivement dans ce sens. Ensuite, l’Union européenne lance un appel clair au nouveau gouvernement à respecter les droits de l’homme et les libertés fondamentales, et à assurer une sécurité sans répression. Enfin, le rôle du Conseil de sécurité de l’ONU et de la MONUSCO restera crucial.

(JMNK)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse