Situation d’insécurité à Moanda: Boshab rassure les sénateurs

par -
0 620
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Devant répondre à la question d’actualité initiée par le sénateur Raphaël Siluvangi à la suite de l’insécurité dans la ville côtière de Moanda, dans le Congo Central, Evariste Boshab, Vice-Premier ministre et ministre de l’Intérieur et sécurité nationale a rassuré les sénateurs que les auteurs de ces actes ignobles ont été identifiés et déférés déjà la justice. Quant à l’auteur de la question d’actualité, il a précisé que grâce aux mesures prises par le Vice-Premier ministre, la paix est revenue à Moanda et les habitants ont repris leurs activités quotidiennes.

Deux semaines on suffit pour les inciviques de mettre la ville côtière de Moanda sous un choc, tout en créant la psychose dans le chef de la population. La recrudescence de l’insécurité qui a prévalu à Moanda, au Kongo central pendant deux semaines, a provoqué quelques cas d’extorsions et de vol à mains armées entrainant mort d’hommes, sont bien l’œuvre de certains éléments indisciplinés des Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC). Le bilan de ces actes est de 7 victimes dont 6 morts et un blessé et les effets douilles ont été ramassés sur le lieu. C’est la précision du Vice-Premier ministre en charge de l’Intérieur devant les élus de la chambre haute du parlement.

C’est à travers la question d’actualité initiée par le sénateur Raphaël Siluvangi à la suite de l’insécurité dans la ville côtière de Moanda, que le Vice-Premier ministre, ministre de l’Intérieur et sécurité nationale a fourni des amples explications aux élus des élus, hier jeudi 7 mai 2015, à la chambre haute du Parlement.

Face aux sénateurs, des questions précises attendaient le patron de la territoriale Evariste Boshab. Le sénateur Siluvangi voudrait obtenir du Vice-Premier ministre et ministre de l’Intérieur les explications claires et nettes sur le cas d’insécurité dans la ville côtière de Moanda. Pour Evariste Boshab, il s’est agi de cas de banditisme dans cette ville dont certains hommes en uniformes ont été mis en causes par la population. Sitôt informé, il s’est déplacé pour réconforter la population victime, puis rassurer à la même population des mesures prises par le gouvernement quant à ce. Il a par voie de conséquent, demandé à la population de dénoncer tout cas suspect et incivique.

Devant les élus des élus du peuple, le Vice-Premier ministre a rassuré les sénateurs que les auteurs de ces actes ignobles ont été identifiés et déférés déjà la justice. A cette même occasion, il a affirmé que depuis sa descente sur le lieu, le calme et revenu et la paix totale règne entre les paisibles citoyens.

Au sortir de cette intervention, le patron de la territoriale qui applique la politique de proximité a explicité comme suit quant au sort des éléments indisciplinés « les militaires auteurs de cas d’insécurité se trouvent à l’auditorat militaire de Kitona et vont devoir subir la rigueur de la loi », a-t-il indiqué.

Pour lui, il fait comprendre que l’insécurité, sinon la criminalité est le fait des grandes agglomérations. En effet, une fois qu’il y a la grande concentration de la population, il arrive parfois que certains qui n’ont pas d’emploi essaient de vivre de leur manière. Devant les sénateurs, Evariste Boshab a démontré que plus au moins 8 mille personnes ont été expulsées de l’Angola et se trouvent à Moanda.

La satisfaction du sénateur

Quant à l’auteur de la question d’actualité Raphaël Siluvangi, il a précisé que ce que le Vice-Premier ministre Evariste Boshab a dit est belle et bien réel, car la paix est revenue à Moanda et que les habitants ont repris leurs activités quotidiennes. Il a par la suite loué l’initiative du Vice-Premier ministre en charge de l’Intérieur et sécurité, puis que sa question de base consistait à savoir le sort de ceux qui ont été à la base de cette insécurité. Raphaël Siluvangi affirme que la réponse d’Evariste Boshab est convaincante, du fait que les auteurs sont déférés devant les cours et tribunaux militaires, bien que certains éléments de l’insécurité sont dans le parage, que cette insécurité n’est pas encore enrayée, dit-il. Pour lui, il est tout à fait normal que la République réagisse en appliquant la rigueur de la loi, car, il y a eu mort d’homme.

Du moins, après les explications fournies à la Chambre basse il y a quelques semaines, les sénateurs peuvent avoir le cœur net que la situation sécuritaire dans la Ville côtière de Moanda est sous contrôle, du fait que le commissaire général provincial de Kongo central s’est déplacé pour une mission de 40 jours vers la ville de Moanda, question de s’assurer et de mener la patrouille mixte FARDC et police nationale congolaise.

Il faut dire que quelques mesures ont été prises dont le renforcement à titre exception de la police avec le renforcement des troupes mobiles venues de Matadi, dont la plupart des éléments qui ont créé l’insécurité à Moanda sont des troupes FARDC ; le frais d’enterrement et d’hospitalisation ont été pris en charge par le Gouvernement

(Pius Romain Rolland)

 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse