Situation à Tshikapa: Plus de peur que de mal

par -
0 683
Hubert Mbingho N’Vula, vice-gouverneur de la province du Kasaï
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Que s’est-t-il passé à Tshikapa, chef-lieu de la province du Kasaï ? Des échos en provenance de cette ville diamantifère renseignent que les réseaux sociaux ont déformé, voire exagéré une information qui n’avait rien à avoir avec la milice de feu le chef coutumier Kamwina Nsapu, de triste mémoire. La ville de Kinshasa était hier toute en ébullition, parce que Tshikapa était tombé entre les mains d’une milice non autrement identifiée et le vice-gouverneur serait en route pour Kinshasa. Après avoir informé à la presse à partir de sa résidence, le vice-gouverneur a entrepris une tournée des lieux cités dans les réseaux sociaux, non pas pour fuir, mais dans l’exercice de ses fonctions. Par ailleurs, les images qui circulent sur le net ne viennent pas de là et ont été montées. Mais pour quels objectifs ?

Hubert Mbingho, contacté par plusieurs médias, a expliqué que tout est parti, il y a quelques jours, d’un conflit au sein du groupement Bayila Kasongo dans lequel deux chefs se disputaient le trône, Mbumba Mabonda et son neveu…Des jeunes drogués par le premier s’en sont pris au camp du second, sans oublier les passants et ont blessé un commandant de la Police nationale congolaise qui revenait d’une patrouille avec ses deux  éléments. De ce conflit, l’on a appris que le Rassemblement a cherché, hier matin, à tirer profit de cette situation et la présenter comme un soulèvement populaire. Et ce, en ayant pris le soin de droguer d’autres jeunes par une potion dont le contenu est obscurément mystique.

« Je demande à la population de la ville de Tshikapa de garder le calme », a expliqué le vice-gouverneur à la RTGA World, avant de dire qu’il y a eu bien entendu hier matin, des agitations qui ont effrayé la population, mais les services d’ordre ont déjà récupéré la situation et la population est sécurisée. Seulement, insiste-t-il,  je demande habitants de garder le calme dans leurs parcelles, jusqu’à ce qu’on me donne le rapport final et qu’il n’y ait plus de poches de manifestations à gauche ou à droite.  Parce que je veux que l’ambiance de paix qui a toujours caractérisée la ville de Tshikapa soit restaurée.

A en croire le vice-gouverneur, il n’y a rien maintenant. Et ce, parce que certaines communes comme Dibumba 1 et 2, où  la mesure a été déjà levée, les boutiques, les églises et les magasins sont ouverts. « Que les gens restent d’abord dans leurs parcelles, en attendant que je lève la mesure jusqu’à nouvel ordre. Qu’ils n’aient pas peur, c’était un petit groupe de manifestants. Nous allons établir les responsabilités et saurons qui a amené ces gens », dit-il.

Autour du même sujet, la RTNC captée hier à Kinshasa, faisant l’état de la situation et lisant un communiqué de l’Auditeur général des FARDC, nous apprenons que huit miliciens ont été arrêtés et se trouvent présentement entre les mains des agents de l’ordre. Raison pour laquelle l’Auditeur général des FARDC a chargé l’Auditeur de garnison de Tshikapa d’ouvrir une information judiciaire à l’encontre de ces miliciens. Soulignons que leur audition est en cours.

(JMNK)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse