Situation à la Miba: Le Gouvernement central interpellé

par -
0 887
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

La Minière de Bakwanga (MIBA), c’est une société minière principalement active dans l’exploitation diamantaire en Rdc depuis le début du 20ème siècle.Cette fille unique de la province du Kasaï-Oriental est agonisante depuis plus d’une décennie. Cependant, les personnes appelées à son chevet et même ses médecins, ne cessent de l’assener des coups mortels programmés, dans l’intention de l’achever, sous la barbe impuissante de ses enfants, pauvres travailleurs.

Alors, pour qui roulent les administrateurs de la MIBA ? Pour chercher la réponse à cette question, il faudrait d’abord retourner à la petite histoire. Pour ce, il faudrait savoir que la MIBA a des concessions minières actuellement envahies par une exploitation industrielle à grande échelle. Laquelle est couplée d’un envahissement des artisanaux au vu et au su de tout le monde. Certaines langues affirment même que la hiérarchie haute ou basse de la province ne serait pas très éloignée de cette activité.

Quid des négociations avec Mercure Ressources DRC

Une société chinoise, apparemment sérieuse, du nom de Mercure Ressources DRC, présente dans d’autres provinces du pays et cinq autres pays africains dans le secteur minier, s’est approchée de la MIBA pour conclure un contrat par lequel elle exploitera ces périmètres miniers (amodiations) et paiera à la fin de chaque mois un loyer équitable.

A côté de cette amodiation, Mercure Ressources DRC avait consenti un prêt sans intérêt et sans échéances de remboursement contraignant d’un montant de quatre millions de dollars américains. Ce montant devrait être acquis par la Miba depuis le 15 mars 2015 n’eut été le « MatshiaTshia » que l’annonce de ce montant a provoqué au conseil d’administration.

Les travailleurs et les syndicats ont compris ce jour, que l’annonce de ce montant, négocié sans trop de détails et de bruits par la gérance de la Miba a été une surprise pour les prédateurs qui n’avaient pris aucune disposition pour happer une bonne partie. Une seule manœuvre, devrait leur permettre de prendre position d’attaque et d’affut bloquer l’exécution du contrat pour soi-disant vice de forme. Il faut séparer le contrat d’amodiation du contrat de prêt et déterminer un loyer forfait au lieu d’un partage de bénéfice de 50 % – 50 %).

Et, la manœuvre n’a que partiellement réussi. Car, s’il faut refaire le toilettage du texte tel que demandé par Mme la ministre du Portefeuille, c’est le même comité de gestion qui avait négocié, qui le ferait. Or, il ne fallait pas, puisque le montant échapperait toujours.

Alors que faire ? Il faut limoger le comité de gestion, ce qui fut fait dans un fiançais grandiloquent des professeurs d’université et des grands ingénieurs. Pitié pour notre peuple, pitié pour les travailleurs ! Et, Joseph Kabila a été une fois encore trahie.

Qui remplace le comité de gestion ? Trois gaillards, membres du conseil d’administration, sont investis en lieu et place du comité de gestion légalement constitué. Ils sont à trois, ils agissent à trois, à la manière d’un triumvirat, et se contrôlent à trois. Ils constituent la ligne d’attaque très avancée qui attend un assaut final.

Les négociations avec Mercure Ressources DRC continuent jusqu’à ce jour, la Miba fait le difficile, fixe un loyer exorbitant et demandent beaucoup d’argent à l’associée Mercure qui menace déjà de rompre. Pour les travailleurs, leurs intérêts se trouvaient logés dans le premier contrat résilié et les raisons fondamentales du limogeage du comité exécutif est à rechercher dans l’immoralité.

Signalons en outre que le ministre des Mines Martin Kabwelulu a déjà été interpellé sur ce dossier de la Miba. Et, il avait informé aux sénateurs que le Premier ministre Matata Ponyo a déjà instruits Mme la ministre du Portefeuille pour qu’elle mette de l’ordre dans la société MIBA.

Nous osons croire que M. Luzolo Bambi, le Conseiller spécial du Président de la République chargé de la Lutte contre la corruption, a donc du pain sur la planche. Puisque, pour le moment, seul le Chef de l’Etat peut sauver la Miba de ses prédateurs, à en croire les travailleurs de la Miba.

(Lepetit Baende)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse