Sidonie Mayemba : « Les femmes sont très attachées à l’automédication »

par -
0 575
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

L’automédication est un système qui consiste à prendre soi-même des médicaments sans avoir consulter au préalable un Médecin. C’est un mauvais pratique qui a des conséquences tout à faits néfastes. Ce, surtout, sur la personne qui  prend le plaisir de prendre des médicaments comme bon lui semble. En optant pour ce système,  on oublie facilement que tous produit pharmaceutique est un poison qu’on ingurgite sans le savoir ni le vouloir. Il y a dans la société des personnes qui ont été formées pour permettre à tout un chacun de se faire soigner dans les normes : ce sont des Médecins et tous ceux qui les entourent dans la corporation. Aller à l’encontre de cette recommandation est une véritable condamnation à la mort.

Sans trop aller dans la profondeur de la chose, nous nous sommes tournés vers une femme, Madame Sidonie Mayemba Kinuani. Elle est nutritionniste à la maternité des Sœurs à Kimbanseke.

Pour elle : « Les femmes son des spécialistes dans le domaine de la l’automédication. Sans se soucier de ce qui peut leur arriver, elles ne réfléchissent pas plus de deux pour donner des médicaments à leurs enfants malades. Oubliant que les infirmiers et autres médecins sont là pour ce faire, elles s’improvisent personnel soignant.

Dans notre Centre, nous accueillons des enfants qu’on nous amène parfois dans un état de malnutrition très avancée pour le simple fait qu’au départ, leurs mamans se prenants pour agent soigneuse s’accordent à donner des médicaments à leurs enfants à la maison et ne viennent nous voir qu’après avoir constaté que leur intervention n’a plus d’importance.

En plus, nous avons remarqué que certaines familles recourent à l’automédication suite aux taux trop élevés des produits pharmaceutiques ainsi que des examens médicaux.

Souvent et, rarement, nous voyons des hommes venir chez nous avec des enfants malades amis comme je vous l’ai dit tout au début ce sont des femmes, des mères de famille qui prennent cette disposition.

« Toutefois, je m’empresse de vous signaler que l’automédication est un mauvais système qu’il faut à tout prix endiguer dans notre société. Cependant, par rapport avec le coût des produits pharmaceutiques ainsi que des examens médicaux demeureront élevés, en tout cas, cela ne donnera pas l’occasion aux familles démunies qui vivent dans des quartiers périphériques d’aller se faire examiner auprès des spécialistes et avoir des soins appropriés. La balle se trouve donc dans le camp des autorités qui doivent prendre des dispositions qui s’imposent dans le cadre de la politique du social ».

Attention aux médicaments vendus sur le trottoir

« Les médicaments que l’on vend par ci-par là et cela sans ordonnance, ne sont pas sans risque », déclare Mme Sidonie Mayemba Kinuani. Elle conseille à tout le monde sans exception aucune de se tourner vers le pharmacien pour des bons conseils pour des produits à acheter. Elle dit : «  Je peux vous citer un exemple qui peut conduire à une erreur : lorsqu’un patient qui est sous antivitamine K (anticoagulant) et qui a une tendinite et prend de l’aspirine, c’est un geste qui peut provoquer des hémorragies, même avec une prise unique. Autre cas ce sera lorsque l’on puise dans des antibiotiques qu’on a  à la maison pour soigner n’importe quelles infections, c’est tout simplement dangereux ».

Des mères de familles sont des spécialistes de l’automédication

Cependant, il y a des mères de famille qui signent et persistent en  affirmant qu’elles ont de acquis l’expérience de premiers soins avec leurs enfants qu’elles ont-elles-mêmes soigné sans recourir à un Centre médical. Néanmoins, c’est lorsque la maladie persiste c’est à ce moment qu’elles voir le médecin et souvent, c’est trop tard.

D’après Richard Ondondo, un infirmier que nous avons trouvé sur place à la maternité des sœurs de Kimbanseke, « Beaucoup de gens recourent à l’automédication par manque d’argent. La prise en charge médicale coûtant de plus en plus chère ».

Une bonne information remettra les pendules à l’heure

Quand au Docteur Richard Komba qui travaille aussi à la maternité la langue a été bien déliée, il n’a pas mâché ses mots : « Les gens doivent être bien informés. Ils doivent cesser avec l’automédication. C’est une mauvaise manie. Soigner est un pouvoir réservé aux initiés, et s’en emparer suppose un minimum de compétence. Malheureusement dans la capitale congolaise, même les intellectuels se livrent à cette pratique. Or, nos écoles ne forment pas tout le monde aux problèmes de santé. Il faut aller dans le centre de santé le plus proche de chez soi lorsqu’on a de malaise ou qu’on ne se sent pas bien. Pour prendre même le paracétamol, il faut requérir l’avis du médecin. Ce dernier prévient ainsi contre l’automédication qui peut entraîner bien de maux. Notamment l’intoxication médicamenteuse, l’overdose qui peut bêtement conduire au trépas ». Faites gaffe avec des produits pharmaceutiques que l’on vend à la criée dans différents quartiers de Kinshasa et dont, souvent, les dates de péremption sont  largement dépassées. Ces histoires qui pullulent dans notre environnement sont simplement des bombes à retardement aux conséquences néfastes. Les autorités doivent nsavoir  utiliser la rigueur qui est la leur pour faire disparaître dans notre milieu ces charlatans semeurs de la mort, après tout la santé n’a pas de prix.

(Kingunza Kikim Afri)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse