Session extraordinaire au Sénat: Léon Kengo déplore les divergences au Centre interdiocésain

par -
0 464
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

A l’ouverture de la session extraordinaire de sa chambre législative, le président Léon Kengo a déploré les divergences qui persistent au Centre interdiocésain en ce que, le blocage n’est jamais une bonne chose dans la vie d’une nation, et vaut mieux une solution immédiate que rien du tout. Pour lui, le peuple congolais attend avec intérêt l’issue heureuse de ce deuxième dialogue, mais réajuste pour dire que le Dialogue n’est ni un Parlement ni une Assemblée constituante, parce que ses conclusions ne pourront se placer au-dessus de la Constitution.

En moins de 48 heures de la clôture de la session ordinaire de septembre 2016, à la Chambre haute du Parlement, le Président Léon Kengo a procèdé à l’ouverture de la session extraordinaire, samedi 17 décembre 2016, conformément à l’article 79 alinéa 1 du Règlement intérieur du Sénat, mais aussi se référant à la Constitution en ses articles 100 et 116 et son règlement  intérieur en son article 75 alinéas 1 et 2 en rapport avec la demande de la convocation de la session extraordinaire exprimée par le Président de la République. Ainsi, vu la nécessité et l’urgence, le Sénat est convoqué en session extraordinaire du samedi 17 Décembre 2016 au dimanche 15 janvier 2017.

Cependant, la convocation du Sénat en session extraordinaire comporte  quatre points à son ordre du jour, à savoir l’examen et l’adoption du projet de loi des finances de l’exercice 2017 ; examen et adoption du projet de loi portant ouverture des crédits provisoires ; examen et adoption de la proposition de loi portant la sous-traitance en République Démocratique du Congo et enfin, l’examen et l’adoption de la proposition de loi sur la mutualité en  République Démocratique du Congo, a communiqué Flore Fulundu Musendu, Rapporteur de la Chambre haute.

Cependant, dans son  speech à l’ouverture, l’honorable Président du Sénat a indiqué que le projet de loi des finances de l’exercice 2017 déposé par le Gouvernement à la Chambre basse n’a pas pu être examiné faute de gouvernement. « Conformément à nos us et coutumes, le Sénat peut d’ores et déjà prendre langue avec son homologue de l’Assemblée nationale pour gagner le temps », a-t-il indiqué.

Par ailleurs, il a noté que la proposition de loi portant ouverture des crédits provisoires est tout autant prioritaire en ce que le budget de l’exercice 2017 n’ayant pas été adopté dans le délai constitutionnel. En outre, la proposition de loi portant la sous-traitance en République Démocratique du Congo est jugée d’importance fondamentale pour le pays, le Sénat attend sa transmission par l’Assemblée nationale en ce qu’il s’agit d’une initiative d’un député national.

L’honorable Président a indiqué que les trois textes de loi sont avant tout examinés par l’Assemblée nationale, avant de les transmettre par la suite au Sénat. Cependant, il a invité les senteurs à examiner et à adopter en attendant que les trois textes ne soient transmis par l’Assemblée nationale, le rapport de la commission paritaire Assemblée nationale-Sénat sur la proposition de loi sur la mutualité. « Ici, j’en appelle au dépassement des uns et des autres enfin que cette proposition de loi qui est une initiative du Sénat soit définitivement adoptée par celui-ci », a-t-il dit.

En effet, le Président du Sénat s’est focalisé sur l’actualité politique en RDC, en ce que les pourparlers directs se déroulent sous l’égide de la Cenco entre les signataires et les non signataires de l’Accord du 18 octobre 2016 de la Cité de l’Union africaine. « Des échos qui nous parviennent, il ressort que les divergences majeures y persistent. Celles-ci sont connues de tous et de participants… le blocage n’est jamais une bonne chose dans la vie d’une nation, vaut mieux une solution immédiate que rien du tout. Notre peuple attend avec intérêt l’issue heureuse de ce deuxième dialogue. C’est ici le lieu de rappeler une fois pour toute que le Dialogue n’est ni un parlement ni une Assemblée constituante, ses conclusions ne pourront se placer au-dessus de la Constitution », a-t-il fait savoir. Cependant, la présente session ne clôturera qu’à l’épuisement de son ordre du jour, précisé l’Honorable Président Léon Kengo wa Dondo.

(Pius Romain Rolland )

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse