Séminaire de renforcement des capacités des Commissaires spéciaux: Les points de vue des autorités

par -
0 817
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Evariste Boshab (Vice-Premier ministre, ministre de l’intérieur)

« Il ne va pas du tout y avoir un quelconque recul de la dynamique démocratique. Les commissaires spéciaux iront devant les Assemblées provinciales se justifier, peuvent répondre à une question orale, mais simplement,  il y a une dimension qui fait la différence, étant attendu qu’ils ont été nommés par une Ordonnance présidentielle. Si l’Assemblée provinciale n’est pas d’accord, il ne peut pas y avoir une motion de censure. Par contre, l’Assemblée provinciale peut demander au gouvernement de pouvoir relever un Commissaire spécial ou un Commissaire spécial adjoint de ses fonctions. C’est ça la seule différence. Pourtant,  tout doit fonctionner normalement. Ils sont responsables, sauf au niveau de la sanction.  Ils ne pourront pas être sanctionnés ou démis par  l’Assemblée, mais plutôt par le Gouvernement et donc,  par le Président de la République lui-même.

Modeste Bahati (Ministre de l’Economie nationale)

« Toute formation apporte toujours un plus. Comme vous le savez, c’est une nouvelle expérience. Savez-vous que les commissaires spéciaux qui vont assumer les charges des gouverneurs des provinces bien qu’ils n’aient pas toutes les matières à leur disposition, c’est-à-dire que le champ d’action est limité du fait qu’ils n’ont pas de gouvernements provinciaux pour pouvoir travailler efficacement. Ils vont travailler avec les conseillers, mais ils ont la mission, celle hier était révolue aux gouverneurs des provinces. Donc, il fallait nécessairement qu’ils puissent être édifiés sur comment procéder pour éviter l’excès de pouvoir et pour éviter également qu’il y ait une sorte de sous gouvernance au niveau des provinces.

Parlant de la représentativité de son parti AFDC au sein de la territoriale, Modeste Bahati indique que son parti, en tant que deuxième force politique au sein de la Majorité présidentielle dispose de cinq membres parmi les commissaires spéciaux et leurs adjoints. « Nous sommes venus à l’invitation du  Premier ministre pour assister au lancement de cette formation. Pour nous c’est capital ».

S’agissant de l’organisation des élections, il affirme qu’elles sont incontournables. Elles peuvent être organisées convenablement et dans l’entente. « C’est pour cette raison que le dialogue entre Congolais tant attendu doit aplanir les différends sur le calendrier, sur la procédure et comment organiser ces élections et en garantir des résultats qui ne vont pas déboucher sur des troubles. Voilà, pourquoi ce dialogue est important ».

Alphonse Ngoyi Kasanji (Commissaire spécial du Kasaï-Oriental)

« J’apprécie l’initiative du Gouvernement de la République, je tiens à féliciter respectivement le Premier ministre et le Vice-Premier ministre en charge de l’Intérieur pour l’organisation de ce séminaire de cadrage des missions et de renforcement de capacités. A travers ce séminaire, nous allons apprendre et être fixés sur les matières et missions qui nous sont confiées, d’imprégner le développement à la base et l’administration de proximité souhaitée par notre population à travers le référendum constitutionnel. Nous sommes des pionniers des nouvelles provinces, nous devons imprégner la dynamique de développement initiée par le Président de la République dans sa vision de la Révolution de la modernité. Ce sont les missions de responsabilité, nous devons assumer valablement ces responsabilités enfin d’imprégner le développement dans nos nouvelles provinces et assurer notre population que son désir manifesté à travers le référendum constitutionnel, de voir ce pays doter de 26 provinces, de développement à la base est piloté par les pionniers que nous sommes. Voilà pourquoi j’apprécie ce séminaire ».

(Pius Romain Rolland)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse