Selon un rapport de l’UTSS sur les Attaques et meurtres des Personnes vivant avec albinisme

par -
0 417
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

La Tanzanie enregistre plus de 40 % de cas signalés en Afrique

  • Vers un partenariat entre la FFERAD et la Fondation Mwimba Texas en cette matière

Grâce à l’instauration de la Journée internationale des personnes vivant avec albinisme (PVA) le 13 juin de chaque année, les Nations Unies viennent de les honorer. Cela contribue à atténuer la marginalisation et la stigmatisation dont ils sont victimes dans le monde mais surtout sur le continent africain.

Une ONG canadienne, en l’occurrence Under The Same Sun (UTSS) qui du reste a beaucoup pesé pour l’instauration de cette Journée internationale a publié, en date du 8 juillet 2015 un rapport alarmant sur les meurtres et attaques des PVA.

Le rapport se base sur vingt-cinq pays d’Afrique et signale dans l’ensemble 148 meurtres et 232 attaques. Au total, 25 pays ont vécu 380 faits délictuels dans le chef des personnes vivant avec albinisme. Pour chaque pays, le document donne la date de l’apparition du dernier cas signalé. UTSS précise que ces attaques comprennent les brimades envers les survivants, les mutilations, la profanation des tombes ainsi que les demandes d’asile.

L’ONG fait deux remarques importantes. La première est que les pays connus pour être impliqués dans le commerce transfrontalier de PVA et de leurs organes sont la Tanzanie, le Burundi, le Kenya, la République démocratique du Congo, le Mozambique, l’Afrique du Sud et le Swaziland.

La deuxième remarque est que le nombre réel d’attaques et de meurtres de PVA est probablement beaucoup plus élevé que celui indiqué car en Afrique, un grand nombre de ces faits ne sont jamais signalés ou documentés. Ces meurtres rituels ont cours depuis des temps immémoriaux.

La Tanzanie, théâtre de 41,3 % des cas signalés

Puis, l’ONG canadienne publie les chiffres par pays. Et nous sommes sidérés de constater que c’est la Tanzanie qui enregistre 41,3 % des cas signalés contre les PVA. En effet, sur 380 cas signalés, la Tanzanie compte à elle seule 157 cas ; soit une proportion de 41,3 %.

De ces 157 cas signalés, on compte 75 meurtres, 63 survivants, 1 enlèvement, 18 tombes profanées. Aussi étonnant que cela puisse paraître, le dernier cas ne date que du 16 juin 2015, soit trois seulement après la Journée internationale de l’albinisme. Renversant !

Après la Tanzanie, c’est la RDC qui vient en deuxième position avec 35 cas signalés dont 8 meurtres, 18 survivants, 4 tombes profanées, 5 demandes d’asile. Le dernier cas signalé date de décembre 2013.

Voici des chiffres pour certains pays : Afrique du Sud (4 cas rapportés), Burundi (34 cas signalés), Cameroun (10 cas rapportés), Côte d’Ivoire (25 cas signalés), Nigeria (10 cas rapportés), Sénégal (9 cas rapportés), Swaziland (9 cas signalés), Zambie (5 cas rapportés), …

Vers un partenariat entre la FFERAD et la Fondation Mwimba Texas

La FFERAD (Femme rurale amie de développement) et la Fondation Mwimba Texas s’acheminent vers des relations de partenariat en matière de protection des personnes vivant avec albinisme. La FFERAD est une organisation non gouvernementale et apolitique dont le siège est à Kazimia et son bureau administratif à Baraka dans le secteur de Mutambala. Son rayon d’action touche plusieurs villages du territoire de Fizi au Sud-Kivu. Son objectif principal est la protection des droits de la personne et la lutte contre les crimes rituels.

Etant donné que l’insécurité occasionnée par certains groupes armés persiste dans cette partie du territoire national, la FFERAD a décidé d’apporter sa collaboration aux autres organisations qui luttent pour la protection des droits des enfants et la lutte contre les crimes rituels.

Cette ONG affirme que dans le Sud-Kivu, étant donné l’existence de ces crimes rituels, les parents des enfants albinos réclament que leur progéniture bénéficie d’une super-protection car ils sont en danger permanent. « Les Maï-Maï cherchent leur graisse et leurs os pour en faire des talismans tandis que d’autres les vendent aux charlatans », écrit-elle dans un rapport. Elle donne en exemple le meurtre de plusieurs jeunes albinos tels que la petite Alphonsine Elias (4 ans) violée par un enfant d’un militaire, la petite Annie (4 ans aussi), la petite Chance (1 an), la petite Aimerance (5 ans), Malanga (3 ans), Roda (11 ans), Jeanne (6 ans), …

Quant à la Fondation Mwimba Texas, elle a pris acte de cette demande de partenariat et fera en sorte qu’une délégation se rende sur place pour conscientiser les albinos et les non albinos de cette partie du territoire national.

(Denis Lubindi)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse