Selon Tembo Kash ” La BD congolaise a de beaux jours devant elle (…)”

par -
0 494
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Artiste caricaturiste-bédéiste-Designer depuis un certain nombre d’années, Tembo Kash est connu pour sa touche particulière dans les caricatures et bandes dessinées (bd). Son tout dernier album BD « Mbote Kinshasa », présenté récemment à Kinshasa est au cœur cet entretien.

Tembo Kash, explique nous les réalités qui ont concourues a la réalisation de cet album BD ?

L’album « Mbote Kinshasa », est un album que j’ai eu l’honneur de mettre en image avec la complicité de Sébastien Maitre, réalisateur cinéaste français qui connait Kinshasa pour avoir participé à plusieurs fois à la réalisation des films dont « Rebels » et  « Viva Riva ». Et l’année dernière, il a tourné un film dont le titre est « Debout Kinshasa », qui est un court métrage de 20 minutes. Par après, il a eu l’idée de l’adapter en bande dessinée, c’est comme ça qu’on s’est rencontré par l’entremise de l’Espace Bilembo. Quand j’ai lu le synopsis, j’ai aimé l’histoire qui va parler particulièrement de ma ville, Kinshasa. Après nos échanges, il m’a été demandé de faire quelques planches pour voir comment je vais le rendre. Le découpage qui m’a été remis, moi j’ai produit des planches en crayon, et il a été positif. Le travail en soi a commencé au mois de décembre 2015, mais c’est en janvier 2016 que le boulot a vraiment débuté.

L’album contient-il combien de pages ?

C’est une histoire qui devait faire 30 pages au départ vu qu’il n’avait pas le financement. Mais plus tard, on est passé de 46 pour conclure à 50 pages question de montrer des planches plus large pour sortir des contraintes budgétaires pour plonger les lecteurs dans les méandres de Kinshasa. Alors l’album est sorti le 14 septembre dernier à Paris et il est distribué par les Editions Hachette dans tout son réseau mondial. Sa présentation à Kinshasa a tardé un peu, heureusement qu’on l’a fait ce 7 octobre 2016. Alors nous avons fait ce même soir là : le film « Debout Kinshasa » et la bd « Mbote Kinshasa ». Les deux sont pratiquement la même histoire, mais sur la Bd, nous n’avons pas fait la reproduction servile.

La BD est-elle déjà disponible à Kinshasa ?

Oui, juste après sa présentation à l’Espace Bilembo où elle sera vendue. C’est à partir de la semaine prochaine qu’on cherchera des endroits pour les exposer.

Vous évoluez dans ce secteur depuis un long moment, quelle lecture faites-vous de la BD en RDC ?

La BD en RDC a de beaux jours devant elle. C’est vrai qu’à Kinshasa, on n’a pas beaucoup d’opportunités et d’industries qui favorisent ce genre de performances mais ailleurs ça se passe bien. En dehors du pays, je connais sept à huit dessinateurs congolais qui évoluent bien en Europe. Et, ils éditent des albums de temps en temps qui cartonnent ailleurs. Mais au niveau local, on est obligé de travailler avec l’extérieur. Exemple : « Mbote Kinshasa », « Jungle à Kinshasa » des albums qui parlent de Kinshasa, mais qui sont édité en France. C’est intéressant qu’on parle de notre ville, encore plus intéressant qu’on puisse produire toutes ses œuvres ici pour les exporter pour donner aussi du travail aux congolais. C’est un vrai manque à gagner pour le pays. Ce vrai que le pouvoir public ne soutient pas assez la culture. Or malgré la crise qui frappe notre pays depuis un moment, le secteur artistique est un des secteurs qui fonctionne normalement.

La particularité de cet album comparé aux précédents ?

C’est la première fois que je traite une histoire où le personnage principal a dix ans d’âge. Ça me manquait, peut-être je ne savais pas le faire. J’ai déjà essayé avec des petites histoires à gauche à droite mais pas avec un personnage de cet âge là. La bande dessinée à l’origine était un media destiné au plus jeune mais c’est devenu tout public, de 7 à 77 ans comme disait Hergé. Ça m’a fait tellement plaisir.

Surtout l’histoire de ce jeune gars très débrouillard. Au fait cet album, c’est un hommage à cet esprit de débrouillardise des kinois. Voilà la maxime Article 15. J’ai apprécié l’histoire de Sébastien Maitre de mettre toute cette énergie kinoise dans un corps d’un enfant puisque certains enfants quand ils naissent dans une famille peu aisé ils apprennent grandir vite. Et, c’est le cas aussi avec Samuel, le personnage principal, intelligent mais le surveillant de son école lui refuse l’entrée parce qu’il n’a pas de bonne chaussure.

Quels sont les prochains projets de Tembo Kash ?

Cette histoire m’a trouvé entrain de réaliser un projet que je vais terminer dans un mois et demie intitulé « Che Guevara au Congo ». C’est un album dans lequel je travaille depuis plus d’une année et qui va retracer l’histoire de Che Guevara au Congo en 1965 dans le maquis de Kabila le père. Une épopée qu’on a montée avec un ami Christophe Cassio. Je suis également sur « Jungle urbaine 2 ». Il y a aussi le « Recueil des caricatures », c’est l’histoire de la RDC depuis la transition en image.

(Onassis Mutombo)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse