Selon l’USAID ; « Renforcer le système de santé est indispensable pour les Congolais »

par -
0 471
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

L’Ambassade des Etats Unis à Kinshasa a organisé une table ronde sur les programmes de santé de l’USAID et du CDCen République démocratique du Congo, mercredi 27 avril 2016, au Centre culturel américain.

La directrice de programme santé de l’USAID, Izzi  Minko Moreau a rappelé les missions de cette agence d’éradiquer l’extrême pauvreté, de favoriser la résilience, d’améliorer la sécurité et la prospérité. Elle a indiqué que l’USAID est en RDC, pour atteindre ses objectifs. Car renforcer le système de santé  est indispensable pour améliorer la santé des Congolais.  Car la RDC a tout de même réalisé des progrès ces dernières années, grâce à un leadership amélioré, une coordination et des investissements par le gouvernement de la République et les partenaires internationaux  dans les problèmes sanitaires prioritaires. Il est important de savoir qu’entre 2007 et 2013, la mortalité  chez les enfants de moins de cinq ans, a chuté de 148 à 104 décès pour 1000 naissances vivantes.

Environ 45 % d’enfants de 12 à 23 mois ont reçu tous les  vaccins recommandés, alors  que cette proportion  était de seulement  31% en 2007. Depuis plus de trois années, aucun  nouveau cas de poliomyélite sauvage n’a été  signalé en RDC, ce qui constitue une réalisation  majeure, au regard de la taille du pays et du manque d’infrastructures pour l’offre des services de santé.

Parlant du paludisme

Le paludisme demeure un problème majeur de santé. La RDC deuxième pays au monde en termes des cas de paludisme, comptait 11% du total mondial de cas, en 2013. Cette maladie est responsable d’environ un sur cinq décès d’enfants de moins de cinq ans, il est la cause  de près de 40% de consultation des enfants de ce groupe d’âge.

En marge de la célébration de la journée mondiale du paludisme célébrée le 25 avril dernier ; l’USAID à travers l’Initiative présidentielle contre le Paludisme (PMI), met en œuvre avec le concours du centre pour le contrôle et la prévention des maladies  (CDC), dirigé par Raimi Ewatola, des interventions de lutte contre le paludisme efficaces,  moins chères et salvatrices. Ceci pour : s’assurer que les familles dorment sous les moustiquaires imprégnées d’insecticide ; fournir le traitement préventif pour les femmes enceintes, mener des tests de diagnostic rapide et fournir un traitement contre le paludisme. Il sied de noter qu’avant l’initiative PMI, le paludisme était presqu’une condamnation à mort certaine  pour la plupart des enfants pauvres. Dès lors, les Etats Unis travaillant main dans la main avec les Congolais, les décès d’enfants ont diminué de 30 % depuis 2007.

En outre, le programme santé de l’USAID qui met en œuvre les objectifs prioritaires-clé  du gouvernement des USA, est le plus grand secteur de l’agence en RDC, avec un budget de 154millionsUsd, investi en 2015, dont 32% pour l’initiative PMI et 20%  pour le plan d’Urgence du Président américain  pour la lutte contre le Sida (PEPFAR).  La RDC est un pays prioritaire pour le PMI et PEPFAR, pour l’initiative « mettre fin aux décès évitables d’enfants et de femmes, le mécanisme de financement mondial et l’initiative de sécurité sanitaire mondiale.

Dans un jeu de questions-réponses

Raimi Ewatola  a indiqué que le CDC intervient dans beaucoup de domaines dont notamment celui du VIH, pour lutter contre la transmission du virus  du Sida chez les adultes et même prévenir la transmission mère –enfant où 36.000 personnes ont été mises sous traitement. En dehors du VIH ; le CDC travaille dans le domaine du paludisme  qui est un problème crucial  en RDC et en Afrique. La lutte contre le Monkey Pox à travers la surveillance épidémiologique et la prise en charge dont la vaccination en vue.

Parlant de la qualité des soins de santé à l’intérieur du pays, il a déploré le manque d’infrastructures sanitaires de base, un sérieux problème, manque de laboratoires appropriés. Il a évoqué la formation du personnel de santé. La qualité de médicaments pose aussi un sérieux problème pour soigner le paludisme, a-t-il insisté.

(Rébecca Tuzizila Muzama)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse