Selon l’Eglise catholique: Le 31 décembre de chaque année, « jour des martyrs de l’accord de la Saint-Sylvestre 2016 »

par -
0 448
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Le Cardinal Laurent Monsengwo Pasigna a présidé, le vendredi 12 janvier dernier, une messe pour présenter à Dieu les frères et sœurs morts le 31 décembre 2017. L’occasion était aussi indiquée pour prier  pour tous les blessés et tous ceux qui ont subi toutes sortes de traumatismes, ce jour-là. C’était en présence des ambassadeurs et chefs des missions diplomatiques accrédités en République démocratique du Congo, les leaders de l’opposition politique et plusieurs fidèles catholiques venus en la paroisse Notre Dame du Congo prier avec les familles éprouvées, en communion avec toute l’Eglise catholique de Kinshasa et du pays, en deuil. Ceci, pour que Dieu soit la consolation et la force dans cette épreuve.

Dans son homélie où il s’est inspiré de 2 Cor 4, 14-5, 1 et de Mt 5, 1-12., Mgr Donat Bafuidinsoni, SJ., Evêque auxiliaire de Kinshasa, a indiqué que dans l’histoire de la RDC, le 31 décembre 2017 sera désormais connu et remémoré comme  le jour des martyrs de l’Accord de la Saint-Sylvestre 2016.Car, nos frères et sœurs sont  morts parce qu’ils ont choisi de rappeler aux uns et aux autres que pacta sunt servanda… Engagement, observance, respect, par lesquels l’on reconnaît si les signataires sont ou ne sont pas des hommes d’honneur, s’ils peuvent ou ne pas être crédibles.

« A nos morts martyrs de l’accord de la Saint-Sylvestre, je voudrais dire mon respect et chanter leur courage que les générations futures n’oublieront jamais. Aujourd’hui, vos voix se sont tues. Mais aujourd’hui, par nos voix vous parlez et vous parlerez. Aujourd’hui, votre sang versé a été lavé par les eaux de pluies qui ont inondé la ville de Kinshasa, en causant, hélas, d’autres morts devant lesquels nous nous inclinons. Aujourd’hui, votre sang coule et coulera dans les veines de tous les congolais épris de paix et de justice », dit-il.

Et de souligner qu’aujourd’hui, nous pleurons. Demain, nos larmes vont sécher. Mais, on reconnaîtra que nos yeux ont pleuré et nos yeux garderont les traces des larmes de nos frères et sœurs encore torturés et enfermés injustement dans des prisons ou dans des lieux tenus secrets. A travers  vous, nos martyrs, à travers ceux qui sont en prison ou torturés, c’est Jésus qui est crucifié.

« Bienheureux êtes-vous et serez-vous si vous êtes des hommes et des femmes qui luttent pour la justice. Nous hériterons du Royaume de Dieu si nous extirpons en nous la culture de non-respect du sacré, si nous extirpons en nous la culture du non-respect de la vie venue d’ailleurs afin de reconnaître en notre prochain l’homme créé à l’image de Dieu », indique Mgr Donat Bafuidinsoni, qui pense que nous  gagnerons la confiance des hommes et de Dieu si nous comprenons que ni le pouvoir, ni l’or ni l’argent ne procurent le bonheur, à moins de les mettre au service des autres, pour les autres et avec les autres. C’est à cette seule condition que nous sortirons de notre nullité qui n’a d’égale que notre incompétence ou notre niaiserie, avec pour seul talent la roublardise. Alors, et alors seulement, nous bâtirons un Congo plus beau qu’avant que nous léguerons avec fierté à notre postérité, pour toujours.

Des gaz lacrymogènes

Tout juste après la célébration de cette eucharistie, la Police a largué des gaz lacrymogènes pour, selon elle, disperser une marche spontanée. Mais pour une certaine opinion, ce gaz lacrymogène ne valait pas la peine, parce qu’il a été ressenti même dans l’école la plus proche, Révérend Kim où étudient plusieurs enfants. Mais selon le Colonel Mwanamputu, porte-parole PNC, à la fin de la messe dite à la cathédrale Notre-Dame de Lingwala, l’officiant du jour a   demandé aux paroissiens et aux autres invités de regagner leur  domicile ou leur  lieu de travail. « A l’étonnement général, le leader  politique de l’UNC, Vital Kamerhe s’est fait suivre par un groupe de partisans qui ont immédiatement entamé une marche jusqu’à la hauteur du terrain Congo Loisirs. Et cette situation a créé un embouteillage sans précédent », dit-il, avant de préciser qu’à la demande pacifique de la Police de se disperser, les manifestants ont répondu par des jets de pierre. Dans l’impératif de rétablir l’ordre public, les forces de l’ordre ont été amenées  à  les  disperser  à coup de gaz lacrymogènes. Bilan : deux blessés légers dont l’un aux pieds et l’autre à la hauteur de son nez.

(JMNK)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse