Selon le BCNUDH

par -
0 611
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Le processus électoral entaché de 24 cas de violations des droits de l’homme en août dernier

Dans son dernier rapport publié hier, le Bureau conjoint des Nations Unies pour les droits de l’homme (BCNUDH) dit avoir enregistré 24 cas de violations des droits de l’homme commises dans le cadre du processus élector

al en Rdc au cours du mois d’août dernier. Et les plus rapportées sont les atteintes au droit à la liberté et à la sécurité de la personne (onze cas) et à la liberté d’expression (dix cas). Selon ce rapport du BCNUDH, les principales victimes sont les journalistes et les membres de la Société civile.

Le Bureau conjoint des Nations Unies pour les droits de l’homme (BCNUDH) vient de rendre public son dernier rapport sur les principales tendances des violations des droits de l’homme au cours du mois d’août 2015. C’était hier au cours de la conférence de presse hebdomadaire des Nations Unies de chaque mercredi à Kinshasa.

Dans ce rapport, le BCNUDH affirme avoir enregistré un total de 409 violations des droits de l’homme à travers toutes les provinces de la Rd Congo en août dernier. Ce qui représente une hausse par rapport au mois de juillet dernier où 393 violations ont été enregistrées. Les provinces les plus touchées sont celles de la partie Est du pays. Notamment 152 violations en Province Orientale, 149 au Nord-Kivu et 21 au Sud-Kivu.

Le BCNUDH dit avoir également enregistré un nombre de vingt-quatre cas de violations des droits de l’homme dans le cadre du processus électoral en cours en République démocratique du Congo pendant le mois d’août 2015. Les types de violations les plus rapportés sont les atteintes au droit à la liberté et à la sécurité de la personne avec onze cas, ainsi qu’à la liberté d’expression avec dix cas. Les journalistes et les membres de la Société civile seraient donc les principales victimes avec huit cas pour chaque catégorie.

« A l’instar du mois précédent, le BCNUDH reste vivement préoccupé quant aux restrictions à la liberté d’expression dans le pays et la sécurité de ceux qui expriment des critiques envers le Gouvernement et ses actions. Le BCNUDH s’inquiète du fait que les auteurs présumés des violations enregistrées pendant le mois d’août 2015 sont principalement des agents de l’Anr (neuf cas) qui agiraient en dehors de leurs attributions légales », stipule le rapport.

Les FARDC citées au premier rang

Signalons que depuis le début de l’année 2015, l’on dénombre 122 cas de violations des droits de l’homme dans le cadre du processus électoral. Pour le mois d’août dernier, les provinces les plus touchées sont celles du Sud-Kivu (neuf cas), du Nord-Kivu (cinq cas), Orientale (trois cas), du Kasaï-Occidental (deux cas), du Kasaï-Oriental (deux cas), du Maniema (deux cas) et de la ville de Kinshasa (un seul cas).

Selon ce dernier rapport du BCNUDH, durant le mois d’août 2015, les agents étatiques (PNC, FARDC, ANR et autorités administratives) ont été responsables de 216 violations des droits de l’homme sur les 409 cas, ayant fait 330 victimes. L’on cite à titre d’exemple, 20 cas d’exécutions extrajudiciaires, au cours du mois sous-examen.

Et parmi ces agents de l’Etat, les militaires FARDC seraient responsables du nombre le plus élevé de violations des droits de l’homme, à savoir 93 cas ayant fait 168 victimes. Les agents de la Police nationale seraient quant à eux auteurs de 90 violations ayant fait 126 victimes.

En août 2015, note le rapport du BCNUDH, les combattant des groupes armés ont été responsables de 193 violations ayant fait 413 victimes. Parmi lesquels, les rebelles de la LRA ont été les principaux auteurs des violations des droits de l’homme documentées par le BCNUDH (47 violations ayant fait 161 victimes), suivis par les combattants du Front de résistance patriotique de l’Ituri (FRPI) responsables de 45 violations ayant fait 44 victimes.

Le BCNUDH se réjouit de la condamnation des militaires et policiers

En somme toute, le BCNUDH atteste qu’il y a eu peu de progrès au cours du mois d’août dernier en matière de poursuites judiciaires lancées contre des membres de la Société civile et autres. Ce bureau des Nations Unies dit avoir noté avec satisfaction, selon les informations mises à sa disposition, la condamnation d’au moins 19 militaires des FARDC ainsi que de 10 agents de la PNC au cours du mois de juillet dernier, pour des actes constituant des violations des droits de l’homme à travers l’ensemble du pays.

Dans son dernier rapport, le BCNUDH souligne aussi d’avoir documenté au cours du mois de juillet 2015, un total de 43 victimes adultes de violences sexuelles principalement dans les provinces du Nord-Kivu (24) et Orientale (11). Et au mois d’août dernier, les principaux responsables de ces violations seraient les combattants des groupes armés (Raïa Mutomboki et FRPI) avec 31 victimes. La section de protection de l’enfant e la Monusco a enregistré 21 filles victimes de viols dans les provinces affectées par les conflits.

Lepetit Baende

 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse