Selon la Monusco: Maman Sidikou n’a pas lancé d’ultimatum à la CENI

par -
0 167
Une vue de la conférence de presse hebdomadaire des Nations Unies à Kinshasa/Photo L. Baende
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Répondant hier aux questions des journalistes, la porte-parole a.i de la Monusco, Fabienne Bompey a rassuré que la déclaration faite dernièrement par son patron, Maman Sidikou, n’est pas un ultimatum lancé à la CENI. C’est justement un rappel des prescrits de la Résolution 2348 des Nations Unies. Laquelle résolution a été validée par le Gouvernement congolais, a-t-elle relvé.

Sans déroger à sa tradition, la Monusco a tenu hier à Kinshasa, comme chaque mercredi, la conférence de presse hebdomadaire des Nations Unies. A laquelle participent d’habitude et simultanément, des journalistes de la capitale ainsi que ceux de Goma au Nord-Kivu (par vidéoconférence).

Diffusée en direct de la Radio Okapi, cette conférence de presse est subdivisée en deux principales parties. La première consacrée à ses traditionnels points sur les différentes informations relatives aux activités des composantes de la Monusco et de l’équipe-pays des Nations Unies en Rdc (notamment humanitaires) ainsi que sur celles concernant la dernière situation sécuritaire en Rd Congo.

Et à la deuxième partie de cette rencontre de routine avec la presse, l’équipe des Nations Unies a répondu à diverses préoccupations et questions des journalistes. Le porte-parole militaire de la Monusco qui intervenait depuis la ville de Goma a donné des précisions autour de la dernière situation sécuritaire qui prévaut dans la partie Est, au centre ainsi que dans d’autres coins du pays.

Et la fidèle des fidèles de cette conférence de presse, Florence Marchal, la chargée de communication et coordonnatrice du Groupe de communication des Nations Unies (UNCG), a été là aussi pour répondre à des questions d’ordre humanitaire, par rapport à l’intervention de la Monusco et des différentes agences onusiennes en République démocratique du Congo.

L’animatrice du jour, la porte-parole a.i de la Monusco, Fabienne Bompey, a de temps en temps répondu à diverses questions, notamment, celles en rapport avec la réduction du budget des Nations Unies, impactant également sur la Monusco. « Ce sont des réalités financières. Ce n’est pas la première fois. On doit se réadapter », a-t-il fait savoir.

Quant à l’actualité politique, hier à cette conférence de presse de la Monusco, les journalistes se sont intéressés davantage à la dernière déclaration du représentant spécial du secrétaire général des Nations Unies en République démocratique du Congo faite dans son communiqué de presse du 1er juillet courant.

Au cours de laquelle, Maman Sambo Sidikou recommande à tous les signataires de l’Accord de la Saint Sylvestre de mettre en œuvre ledit accord intégralement et de bonne foi. Aussi, appelé-t-il la Commission électorale nationale indépendante (CENI), à publier sans plus tarder un calendrier officiel et consensuel pour l’organisation des élections.

A la question de savoir si cette déclaration constitue un ultimatum du n°1 des Nations Unies lancé à la CENI, Fabienne Bompey a répondu que « ce n’est pas un ultimatum. C’est ce qui est écrit dans le texte de la Résolution 2348 des Nations Unies qui avait été validée par le Gouvernement congolais ». Ce, tout en rappelant que dans cette résolution (adoptée le 31 mars dernier), le Conseil de sécurité des Nations Unies demande à la CENI de publier immédiatement un calendrier complet révisé, conformément à l’Accord du 31 décembre 2016, et de procéder sans tarder, à la mise à jour crédible des listes électorales.

(Lepetit Baende)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse