Selon Jean-Pierre Lacroix: L’impasse actuelle en Rdc exige une réponse concertée des partenaires régionaux et internationaux

par -
0 301
Jean-Pierre Lacroix, Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux opérations de maintien de la paix/Ph. ONU/Manuel Elias)
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Le Conseil de sécurité a examiné hier matin la situation en République démocratique du Congo. Les quinze ont entendu l’exposé de Jean-Pierre Lacroix, le Secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix. Ce dernier a estimé que l’impasse politique actuelle, l’insécurité croissante et l’aggravation des droits de l’homme et de la situation humanitaire en RDC exigent une réponse concertée des partenaires régionaux et internationaux. Cette réponse doit viser à créer les conditions d’une transition réussie et de la tenue d’élections libres, équitables et inclusives.

Jean-Pierre Lacroix a tenu toutefois à noter, qu’en dépit du sentiment d’impasse qui prévaut, l’avancement de l’enregistrement des électeurs dans 24 des 26 provinces du pays représente un motif d’encouragement. Il a fait valoir que sous la conduite de la Commission nationale électorale indépendante (CENI) et avec le soutien actif de la MONUSCO, à la date du 10 juillet, au moins 33 millions d’électeurs ont été enregistrés, sur un total estimé à près de 41 millions d’électeurs.

Le Secrétaire général adjoint a cependant estimé que les défis sécuritaires dans les provinces du Kasaï et du Kasaï central rendent l’enregistrement des électeurs problématique. Il convient également de s’inquiéter du retard de la CENI à publier le calendrier des élections, de même que de l’incertitude qui continue de planer sur le financement de ces scrutins, en dépit des efforts du gouvernement en vue de décaisser le budget convenu au cours des derniers mois.

Jean-Pierre Lacroix a, par ailleurs, estimé que les récentes déclarations du Président de la CENI relatives à l’impossibilité de tenir les élections d’ici la fin de l’année, constituent un motif supplémentaire de préoccupation. « Au moment où la RDC est à mi-parcours de sa transition, il est plus que jamais nécessaires que les acteurs politiques nationaux et les partenaires internationaux, y compris les membres de ce Conseil, se remobilisent pour remettre l’accord politique du 31 décembre 2016 sur les rails, » a déclaré le chef des Casques bleus.

(JMNK)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse