Selon Germaine Katshunga du groupe folklorique Salongo Bonganga :

par -
0 538
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

« L’héritage de Papa Wemba est transgénérationnel »

La mère-chef, à g, exhibant un pas du spectacle de banunu-bobangi : « bantsoli bantsu »

La disparition du Chef coutumier du Village Molokaï, dimanche 24 avril dernier sur scène à Abidjan, a suffi à dévoiler le caractère complexe de ce « géant de la scène musicale ».  Des langues se sont déliées et, dans cet ordre d’idée, la danseuse Germaine Katshunga pense : «En 1973, nous étions adolescente, Papa Wemba avait déjà les allures d’un leader des jeunes. Quand il portait une tenue, une paire de chaussure, tout le monde voulait mimer », a-t-elle confié. La danseuse a fait ses premiers pas d’artiste en 1976, dans le groupe de spectacle populaire Sambole Lisano du doyen Ngombe Baseko « Maître Taureau ». Pour l’heure, elle est mère-chef du ballet et groupe folklorique Salongo Bonganga, sis croisement des avenues Kapela et Kimwenza à Yolo sud, dans la commune de Kalamu. L’oratrice d’ajouter : « Dans la politique du recours à l’authenticité de Mobutu Sese Seko,  dès le début décennie soixante-dix, le port du pantalon était interdit aux femmes. Mais cela n’a pas  empêché la gent féminine kinoise d’admirer celui qui deviendra plus tard le patron de Viva la Musica », a-t-elle témoigné. Pour rappel, en effet, le « Maître d’école » n’a pu survivre aux  malaises qu’il a eus sur scène, lors de la 9ème édition du Festival des Musiques urbaines d’Anumabo (FEMUA). Les autorités ivoiriennes ont décerné à l’illustre disparu le grade honorifique posthume de Commandeur de l’Ordre national, le plus important au pays.

« Papa Wemba a été un animateur culturel et  ambassadeur de la culture non seulement de sa tribu, mais de la RDC. Il a chanté dans les quatre langues nationales, en plus de son « otetela » natal », a souligné la mère-chef de Sambole Lisano. « Le chanteur-mannequin de grands couturiers au monde nous a encouragés à la propreté, en vantant la sape. Actuellement, bien des jeunes ne s’habillent pas de manière à honorer leur personnalité. Ils sont dans le fashion, taille basse, pantalon entonnoir… Et Papa Wemba a décrié, à cet effet, les « bilamba Mabe » (entendez : les tenues indécentes », a-t-elle indiqué. De 1976 à ces jours, la danseuse Katshunga, la cinquantaine, a visité notamment la Belgique, l’Iran(1977), le Kenya, le Mali, la Mauritanie, la Suisse (foire de Bâle)…

(Payne)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse