Sécurisation du meeting de Félix Tshisekedi: La Police félicitée pour son professionnalisme

Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Dans un passé récent, organiser une manifestation publique, mieux une marche ou un meeting était interdite par l’Hôtel de ville de Kinshasa, et était du domaine de l’impossible. Parce que la Police était prête à décourager toute marche non autorisée. Mais lorsque l’UDPS a saisi le Gouverneur de la ville province de Kinshasa pour sécuriser son meeting, celui-ci n’a pas trouvé d’inconvénients. Il a non seulement autorisé l’activité, mais l’a aussi sécurisé du début à la fin. Tous ceux qui ont été à la Place Sainte Thérèse à N’Djili ne cessent de saluer le professionnalisme de la Police, qui a organisé les choses à telle enseigne que l’on n’a pas observé d’incident majeur.

Preuve que la Police est républicaine et existe pour la protection du Congolais et de ses biens, peu importe de quel bord politique l’on se retrouve. C’est dans ce sens que le Commissaire provincial a personnellement suivi le déplacement du président de l’UDPS, Félix Tshisekedi, de sa résidence jusqu’au lieu du meeting. Quoi de plus normal pour une Police dont certains actes n’ont jamais été objectivement appréciés par la population de la ville province de Kinshasa et des environs.

Sécuriser une telle manifestation pour un pays qui se prépare aux élections, n’est pas un simple exercice. Cela implique des troupes bien formées, mais aussi disposant du matériel approprié. Heureusement, tout s’est bien passé et ce, dans l’intérêt de la démocratie congolaise. Quoi de plus normal pour décourager tous ceux qui, à chaque manifestation publique, se livre à cœur joie au comptage macabre en lieu et place de secourir d’éventuels victimes.

Du côté de la population ou de la masse populaire, nombreux sont ceux-là qui sont habitués aux attaques de bus Transco. Pourtant, ces engins de transport en commun aident la population kinoise en la déplaçant des endroits reculés tels que Kingasani ya Suka jusqu’à l’UPN. Et cela, à seulement 500 Fc. Si les combattants parviennent à comprendre que des actes de vandalisme sur Transco sont contre-productifs, il va falloir leur jeter des fleurs. Et ce, même si leur sensibilisation au civisme devrait se poursuivre. C’est aussi cela le travail des partis politiques.

Le satisfecit de la Monusco

La Monusco, lors de son point de presse hebdomadaire, a félicité non seulement le Gouvernement provincial pour avoir autorisé la marche de l’opposition, mais aussi la Police pour avoir sécurisé ce meeting qui n’a pas connu d’incidents majeurs. Mme Florence Marchal, porte-parole de la Monusco, dit avoir pu constater qu’en cette année électorale, le débat avait pu avoir lieu et que le parti avait pu mener sa campagne de façon pacifique.

« Donc, la décision du gouverneur [de la ville province de Kinshasa] d’autoriser cette réunion politique est une décision que nous saluons, tout comme nous saluons le caractère pacifique de la réunion politique d’hier. Nous pensons que cette décision devrait permettre de rétablir la confiance entre l’ensemble des parties prenantes au processus électoral », dit-elle, avant d’ajouter : concernant notre présence en particulier, nous avions effectivement des équipes qui étaient déployées sur le terrain, comme nous le faisons à chaque fois qu’il y a des manifestations de ce genre. Mais peut-être qu’Aziz, dont beaucoup d’équipes étaient déployées sur le terrain, va pouvoir nous apporter un éclairage supplémentaire.

Pour sa part, le Directeur du Bureau conjoint des Nations Unies aux Droits de l’Homme, Abdoul Aziz Thioye, confirme effectivement que hier la manifestation s’est bien passée, comme vous avez pu le noter, ce qui est quand même un fait positif qu’il faut saluer et qui démontre qu’il est possible d’organiser une manifestation sans pour autant que cela ne puisse dégénérer en violence.

« Je pense que ce que je peux dire, c’est exhorter les autorités à poursuivre dans cette direction et permettre aux partis politiques et à la société civile qui le demandent de pouvoir réellement exercer le droit à la liberté de manifestation, il faut le dire, sur la voie publique. Parce que nous sommes dans un contexte électoral, il va de soi qu’un peu plus de flexibilité devrait pouvoir être observé en ce qui concerne la liberté qui est octroyée aux différentes organisations de la société civile et partis politiques de pouvoir se réunir sans entraves », dit-il, tout en insistant sur le fait qu’il est trop tôt pour tirer une tendance, parce que cela s’est passé à Kinshasa. Dans le même temps, il y a quelques entraves observées pour ce qui est de la ville de Kisangani. Je crois que nous allons continuer à observer pour voir un peu si c’est une dynamique qui se confirme.

Et de rappeler que ce matin, une manifestation a été dispersée à Beni. Hier, une manifestation a été empêchée à Kisangani, un membre de la société civile a été arrêté et jugé en procédure de flagrance. Donc, il y a une appréciation variable, toujours est-il qu’il faut continuer à observer et maintenir le plaidoyer afin que la tendance qui a été observée hier puisse se perpétuer, et que les autorités soient un peu plus enclines à laisser les gens exercer librement leur droit.

Sensibiliser les sympathisants au respect des biens publics

Pour sa part, la Nouvelle Société civile congolaise a déployé ce 24 avril 2018, sa mission d’observation des manifestations publiques de près de quinze (15) observateurs à long terme dans la commune de N’Djli, sur la place « Sainte Thérèse » à Kinshasa. Cela, en vue de suivre le meeting politique organisé par le leadership de l’UDPS. Ainsi, il ressort du constat des observateurs déployés sur terrain les faits suivants : aucun incident malheureux signalé tant sur le plan matériel qu’humain; les propos du leader de l’UDPS ont été responsables (aucun message de haine, ni d’appel à la violence. En somme, un discours qui n’était pas incendiaire, etc.) ; le comportement des militants et sympathisants de l’UDPS a été exemplaire et responsable; les consignes disciplinaires d’encadrement de cette manifestation par les forces de l’ordre déployées sur le site ont été observés avec professionnalisme.

De ce qui précède, toute en restant prudente, la NSCC félicite les autorités de la ville de Kinshasa pour avoir sécurisé cette manifestation pacifique sans incident ; la NSCC encourage les autorités de la République à continuer sur cette lancée d’ouverture d’espace d’expression démocratique en encadrant toutes les réunions et manifestations publiques des forces sociopolitiques du pays sans discrimination aucune ; la NSCC suggère au Gouvernement de la République de doter les éléments de la police nationale des matériels adaptés au maintien d l’ordre public conforme aux standards internationaux ; La NSCC propose aux responsables des partis et regroupements politiques de sensibiliser leurs militants et sympathisants sur l’importance du respect des biens publics et la culture de la tolérance des opinions des adversaires.

(JMNK)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse