Sécurisation des obsèques d’Etienne Tshisekedi: La Police nationale congolaise ou la Monusco?

Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Dans le communiqué conjoint signé par Mgr Gérard Mulumba et Maman Marthe, respectivement frère cadet et veuve du Lider Maximo Etienne Tshisekedi wa Mulumba, nombreux sont les Congolais qui ne se sont pas rendus compte d’une demande qui ne pouvait qu’énerver certaines consciences. En effet, les deux personnalités ont demandé à la Monusco de s’associer à la Police nationale congolaise pour la sécurisation des obsèques du Sphinx de Limete.

Une demande, du reste normale, mais qui a du mal à passer dans certains salons huppés de la capitale, surtout que le contexte, c’est la République démocratique du Congo, où toutes les institutions sont en place et fonctionnent, conformément à l’accord de la Saint Sylvestre. Ce que la famille biologique d’Etienne Tshisekedi n’a pas voulu dire, c’est le fait que le bras de fer ne pouvait jamais lui être profitable, parce que mort depuis le 1er février dernier, le corps du père de la démocratie ne pouvait pas aussi rester pendant longtemps sans être inhumé.

Et pourtant, comme on peut bien le constater, l’inhumation était conditionnée à la nomination d’un nouveau Premier ministre, sous prétexte que l’actuel Gouvernement n’aurait pas qualité pour ce faire, et que le climat serait envenimé. Et pourtant, personne n’ignore la difficulté actuelle du Rassemblement de se réunir et de se choisir un candidat du consensus, pour occuper non seulement le poste de président du conseil des sages du Rassemblement, mais aussi celui de président du Conseil national de suivi de l’accord (CNSA).

Ainsi, pour contourner cette difficulté, la famille biologique préfère créer un autre précédent avec un autre partenaire de la République, qu’est la Monusco. Sinon, la Monusco dont la mission a du reste été élargie, œuvre pour la protection des civils. Et ces civils, c’est surtout ceux qui sont dans les zones de conflits qui ont besoin de son soutien, et non pas ceux de Kinshasa, siège de toutes les institutions.

Toujours au sujet de cet accord, la Monusco pense qu’il ne faut pas être aussi pessimiste que ça. Cet accord de la Saint Sylvestre a été signé, il y a des difficultés dans toute œuvre humaine. Il y a généralement pas mal de difficultés qu’il faille surmonter. Les évêques de la CENCO, qui sont les médiateurs, sont sur le front, ils n’ont pas jeté l’éponge. Au contraire, ils ont récemment lancé un appel à la population congolaise, pour qu’elle reprenne l’espoir.

« Je crois qu’il faut continuer à espérer. Tant que les gens se parlent, qu’ils soient de la Majorité présidentielle, qu’ils soient de l’opposition ; tant qu’il y a encore des passerelles de dialogue, il y a encore des contacts qui se nouent, je crois que ce sont de bons signes, ce sont des signaux qu’il ne faut pas négliger », a dit Charles-Antoine Bambara, avant d’ajouter qu’à l’issue de ces rencontres, de ces contacts-là, quelque chose peut sortir. En tout cas, la lettre distribuée par la CENCO récemment est un signal fort que les gens ont bien reçu. Nous espérons que ce signal sera entendu. Parce qu’il y a avait non seulement des messages forts pour la Majorité, l’opposition, mais aussi pour la présidence, la société civile, etc.

Il faut que ce genre de message soit entendu. C’est ce que la MONUSCO a entrepris, à travers les bons offices du Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies en RDC, que nous poursuivons d’ailleurs, c’est ce que nous faisons pour rassembler tout le monde autour d’un même appel, d’un même sursaut politique, afin de pouvoir continuer, aller vers ces élections qui sont attendues vers fin 2017.

Il  y a un problème de leadership au Rassemblement

Au-delà de l’optimisme de la Monusco, nombreux sont d’avis que le Rassemblement a un problème de leadership, voilà pourquoi il a du mal à se trouver un candidat de consensus. « Nous essayons de garder contact, surtout maintenant avec le Rassemblement. Parce que la question de leadership au sein du Rassemblement nous apparaît comme  un point essentiel de blocage. Tant que le Rassemblement ne sait pas encore donner un leadership, pour nous, c’est très difficile pour nous d’avancer. Nous exhortons les responsables du Rassemblement à se surpasser de leurs intérêts partisans  et à voir les intérêts supérieurs  non seulement du Rassemblement et de la nation. Comme ils n’arrivent pas à résoudre cette question, ils bloquent indirectement la suite des négociations », explique Mgr Fridolin Ambongo, vice-président de la Cenco. De notre point de vue, la question principale n’est pas de savoir si on donne deux ou trois noms ; mais s’il y a un dialogue entre l’institution Président de la République et le leadership au sein du Rassemblement. Car il appartient à ces deux d’échanger sur le candidat premier ministre jusqu’à ce qu’ils tomberont d’accord sur un nom. De toute façon, si c’est un candidat qui vient du Rassemblement, il faudra qu’il ait des garanties qu’il sera investi par l’Assemblée nationale. Or cette Assemblée nationale est dominée par la Majorité présidentielle. Si c’est un candidat qui ne plait pas à la Majorité présidentielle, il ne passera pas. D’où, la nécessité d’un dialogue.

Quelle attitude pour la Police nationale congolaise ?

Lors de son retour au pays début 2016, de même qu’à l’occasion de son meeting populaire sur le Boulevard Triomphal, la Police a pu assurer avec professionnalisme la protection de la population. Comment ne pourrait-elle pas y parvenir lorsqu’il faudra sécuriser et contenir la masse qui va déferler pour accompagner la dépouille mortelle ? Sinon, cette demande à la Monusco n’a pas moins placé les institutions habilitées de la République en mauvaise posture. Et cela même si celle-ci a donné son quitus.

Dans ce contexte, la Police ne va que faire son travail, c’est-à-dire, assurer la sécurité des personnes et de leurs biens et ce, de l’aéroport jusqu’au Palais du peuple, en passant par la 10ème rue, siège de l’UDPS, parti cher à l’Illustre disparu. Et dans ce sens, toute intrusion de la Monusco ne pourrait qu’être considérée  comme une provocation à défaut d’une collaboration à gérer, le cas échant.

(JMNK)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse