Secteur du tourisme en Rd Congo: La vision du ministre André Moka Sanza au centre d’un atelier

par -
0 92
Le Dircaba (2ème à partir de la gauche), le Dg de l’ONT, le Sg au Tourisme et le Dg a.i de l’UCCN

Le ministre du Tourisme, André Moka Sanza, a présenté hier  sa vision pour le développement du Tourisme, à l’atelier de formation des formateurs en tourisme. Cette vision se fonde sur une évidence : « la Rd Congo est un scandale touristique, un merveilleux site touristique ».  Et mieux que les mines, la destination Rdc peut permettre au pays de relever conséquemment sa richesse nationale. Soulignons que ce même atelier s’était aussi fixé comme objectif, la vulgarisation des textes légaux et réglementaires portant mobilisation des recettes et formation des formateurs.  

C’est son Directeur de cabinet adjoint qui a présenté cette vision du ministre André Moka Sanza, parce qu’il est convaincu que la Rd Congo a tous les atouts et le potentiel pour s’affirmer comme un des ténors, si non le ténor du secteur en Afrique et un des piliers dans le monde et, ainsi constituer un des piliers principaux pour la relance de l’économie nationale. C’était en présence de la Directrice générale de l’Office National du Tourisme, du Directeur général par intérim de l’Institut Congolais pour la conservation de la nature, des cadres et agents du tourisme, des partenaires et autres invités.

Son ambition est donc de développer le tourisme durable et ce, dans la mesure où cette forme de tourisme est supportable à long terme sur le plan écologique, viable sur le plan économique et équitable sur le plan éthique et social pour les populations locales. Elle s’articule sur trois axes prioritaires : la création de la grande industrie du tourisme congolais, l’élection du tourisme en un outil de cohésion nationale, de consolidation de la paix et de sensibilisation citoyenne et le enfin, le relèvement du prestige du Congo et de son attractivité touristique.

Disons qu’en organisant cette activité, le ministre est convaincu de deux choses : un personnel formé, compétent, motivé et conscient de son rôle dans le développement du secteur. Mais l’atout essentiel est de faire de la République, la destination par excellence d’Afrique et pourquoi pas du monde. Il est aussi convaincu que le tourisme est une activité, essentiellement économique. A ce titre, toute dynamique pour le relèvement du secteur, sa stabilisation et son émergence exige une synergie forte de l’ensemble des acteurs du secteur, …

« C’est le process de la consolidation  de ces deux clés que ce justifie ces deux journées de séminaire-atelier sur la vulgarisation des textes légaux et réglementaires portant mobilisation des recettes et formation des formateurs », explique le Dircaba. Ceci, pour permettre aux assujettis qu’aux administratifs de ne pas périr faute de connaissance. Mais aux fins que le tourisme congolais ne périsse point faute d’action et de conscience de ses acteurs.

Des exposés

Tout juste après l’annonce de la vision du ministre du Tourisme pour son secteur,   quelques exposés ont eu lieu, notamment ceux du Secrétaire général au Tourisme, du Directeur général de l’Office national du tourisme (ONT) et du représentant de l’ICCN. De leurs exposés, on peut retenir qu’ils ont brossé l’historique de leurs structures, avant de donner les principales missions. Voilà qui a perms aux participants de se retrouver en groupe pour réfléchir et présenter des recommandations capables d’accompagner la vision du ministre André Moka Sanza.

Soulignons par ailleurs qu’au cours de cet atelier qui se clôture aujourd’hui, les participants devront s’approprier les textes légaux et réglementaires régissant les domaines de l’hôtellerie, de la restauration, des agences de voyages et de gestion des sites touristiques ; améliorer la prestation des fonctionnaires des administrations nationales au tourisme lors de leurs missions de sensibilisation au civisme fiscal, de contrôle d’inspection des conditions d’exploitation des unités touristiques ; constituer une équipe de formateurs capables de former d’autres cadres et agents des ANT pour la mise en œuvre efficiente des textes de lois du secteur et raffermir les bonnes relations professionnelles entre le secteur public et privé du tourisme.

(Jean-Marie Nkambua)

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse