Secrétaire générale de la CICOS: Judith Efundem Agbor plaide pour des politiques intégratrices autour de l’eau

par -
0 413
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

L’eau c’est la vie, dit-on. Voilà pourquoi, le 22 mars de chaque année, l’humanité célèbre la Journée mondiale de l’eau. Instituée par l’Assemblée Générale des Nations Unies depuis 1992, cette célébration vise à encourager la promotion de toutes les  initiatives prises en faveur de l’Eau à travers le monde par les agences internationales, les sociétés multilatérales, les ONG, les Gouvernements…

Voilà pourquoi, depuis 2012, le Secrétariat Général de la Commission internationale du Bassin Congo-Oubangui-sangha (CICOS) célèbre cette journée en organisant des activités de visibilité, aussi bien dans son siège à Kinshasa qu’au niveau des capitales des autres Etats membres de la CICOS. Il s’agit des conférences, des journées portes ouvertes, des activités sportives, de la diffusion du message télévisé du Secrétaire Général de la CICOS, etc.

Toutes les éditions célébrées par la CICOS ont connu un réel succès en contribuant à assoir l’image de la CICOS et à rendre ses activités plus visibles. C’est dans cette optique de pérennisation que la CICOS a inscrit la célébration de cette 25ème  édition, dont le thème a porté sur « Eaux usées : une ressource inexploitée ».

Comme activités organisées, l’on note une journée porte ouverte au CRFNI le lundi 20 mars 2017, une marche sportive dans la ville de Kinshasa le mardi 21 mars 2017, et une conférence-débat à l’Institut Supérieur de la Gombe, le 22 mars 2017.

Du message de la secrétaire générale de la CICOS

La célébration de cette 25ème Journée mondiale de l’eau a été une occasion idoine pour la secrétaire générale de la CICOS d’adresser un message aux populations congolaises. Ainsi, Mme Enaw née Judith Efundem Agbor a signifié que cette édition 2017 placée sous le thème « Eaux usées : une ressource inexploitée », se veut être un nouvel élan.

Car, a-t-elle indiqué, la réutilisation des eaux usées apparaît comme une solution alternative pour limiter la pénurie, préserver la ressource naturelle et contribuer à la gestion intégrée des ressources en eau. La CICOS, a-t-elle expliqué, dont l’action est fondée sur la gestion durable des ressources en eau, se sent fortement concernée par cette thématique à plus d’un titre.

Et d’expliquer que le bassin hydrographique du Congo, 2ème réserve mondiale d’eau douce après le bassin de l’Amazonie, renferme un potentiel de développement inestimable. Ses ressources sont partagées par une dizaine de pays. Il s’étend sur 3.822.000 km2 et recouvre environ 20 millions d’hectares de forêts inondées, a-t-elle fait savoir.

Cependant, poursuit-elle, l’on assiste de plus en plus à une dégradation poussée de la ressource en eau du bassin du Congo, tant en quantité qu’en qualité, due à la conjugaison de plusieurs facteurs tels que : le défaut d’assainissement urbain et d’épuration des eaux usées, l’excès de fertilisants et de pesticides dans l’agriculture intensive, les accidents industriels ou de transport, la mauvaise gestion des déchets, les rejets urbains et industriels. « C’est dans cette optique que la CICOS inscrit son action pour accompagner les Etats membres à assoir autour de leurs ressources en eau, des politiques intégratrices visant à les conduire vers l’émergence », a affirmé Mme Judith Efundem Agbor.

Pour ce faire, a-t-elle martelé, la CICOS a élaboré son Schéma directeur d’aménagement et de gestion des eaux dans le bassin du Congo (SDAGE). C’est l’un des mécanismes les plus efficaces, pour un bassin versant, d’assurer le développement durable de ses ressources en eau, a-t-elle dit. Selon les mêmes explications, le SDAGE prend en compte les différents aspects de la gestion intégrée de ressources en eau tels que  la préservation environnementale, le changement climatique, le développement économique, le financement, l’éducation et le renforcement des capacités des acteurs, etc.

« Notre ambition est de répondre efficacement à la volonté politique collective des Etats membres afin de prendre en compte leur intérêt dans le renforcement de la coopération multilatérale pour une meilleure gestion du bien commun, indispensable à tous, qui est  l’Eau. En cette journée mondiale de l’eau, c’est le lieu pour moi d’exprimer notre gratitude à nos partenaires dont les plus visibles sont, la Coopération allemande, l’Union européenne et la Coopération française. Je leur demande de continuer à nous accompagner pour nous permettre de construire, dans le bassin du Congo, des sociétés stables et d’y établir de conditions de vie dignes pour tous », a enfin déclaré la secrétaire générale de la CICOS, Mme Judith Efundem Agbor.

 

Lepetit Baende

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse