Se tatouer, aliénation ou liberté ?

par -
0 1568
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Comme dans ses habitudes, L’Avenir-Femme de cette semaine se penche sur un sujet aussi sensible que le tatouage. Pratique utilisée depuis plusieurs milliers d’années dans le monde entier, le tatouage peut être réalisé pour des raisons symboliques, religieuses ou esthétiques. Dans plusieurs civilisations, il est même considéré comme un rite de passage à cause de la douleur endurée lors de la réalisation du motif. C’était aussi un mode de marquage utilisé pour l’identification des esclaves, des prisonniers ou des animaux domestiques.

Curieux quand même de constater que cette pratique n’est pas partagée par tout le monde, même si nombreux sont les jeunes « branchés » qui ne cessent de se tatouer pour diverses raisons. Certaines chaines de télévision européennes n’hésitent même pas à organiser le concours des stars (football, musique, etc.) les mieux tatouées. C’est dans cette catégorie que l’on retrouve le joueur de Manchester United, le suédois Ibrahimovic, qui avoue, à travers les tatouages, avoir synthétisé toute sa vie. Sur ses tatouages, on peut ainsi y retrouver les noms de sa femme, de ses enfants, les trophées remportés dans les différents clubs où il a eu à prester, ses dates fétiches, etc.

En dehors des raisons avancées par ce joueur, nombreux ont du mal à accepter le tatouage qui, de fois est pratiqué sur des personnes d’un certain comportement. Voilà pourquoi on les assimile plus aux personnes qui pratiquent les sciences occultes, ou celles aux mœurs légères. Faux rétorquent-t-elles en disant que se tatouer relève d’une liberté. Une liberté à surveiller de près, voir à encadrer, surtout dans un pays à majorité chrétien comme la Rd Congo.

C’est ici qu’intervient la Bible qui ne parle de tatouages qu’une seule fois, soit en Lévitique 19:28 : « Vous ne devez pas faire sur vous de tatouage. » Dieu a donné ce commandement à la nation d’Israël, pour qu’elle se distingue des peuples voisins qui se gravaient dans la peau les noms ou les symboles de leurs dieux. Ce passage peut aussi s’adresser aux chrétiens congolais d’aujourd’hui, surtout que la symbolique d’un tatouage n’est pas à négliger. Parce qu’à travers le tatouage, il y a en qui ont établi une communication directe avec les esprits et nombreux sont ceux-là qui manifestent leur appartenance à des loges maçonniques ou à la rose croix.

Est-ce pour autant que le tatouage se suffit à lui seul pour identifier quelqu’un ? Quel est le sort des sorciers qui font des ravages la nuit, mais qui sont très silencieux, très pauvres et très endettés pendant la journée ? C’est vrai que le tatouage est visible sur le corps, mais ce n’est pas pour autant qu’il faut ignorer d’autres menaces invisibles que présentent les sorciers et d’autres serviteurs de Satan. Mais un enfant de Dieu devra se méfier de la personne tatouée, de la même manière que d’un sorcier.

(Jean-Marie Nkambua)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse