Se muer en association partagée pour pallier aux besoins du ménage: Une solution pour les femmes sans époux

par -
0 333
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

L’union fait la force, dit-on. Quand un couple se détermine à évoluer ensemble, le foyer peut tant bien que mal surmonter les obstacles et prendre en charge, malgré la crise multiforme, nouée les deux bouts du mois. Qu’en est-il alors d’une femme seule souvent sans emploi dans la société congolaise où l’on vit au jour le jour avec moins d’un dollars comme revenu de certains ménages ? Difficile ou impossible pour une mère de tenir, surtout avec les enfants qui pour la plupart ne comprennent pas qu’un adulte peut manquer. Pour s’en sortir, ces femmes utilisent plusieurs méthodes. Certaines s’adonnent aux petits commerces tels que la vente des pains, tressage des cheveux, coutures et même la prostitution. D’où, l’informel prend de l’ascenseur en RDC. Un casse-tête pour cet être partenaire à l’homme de trouver un emploi décent. Celles qui n’ont pas fait de bonnes études où n’ont pas de recommandations pour être engagée dans une société afin de s’épanouir, vivent le calvaire. Scolariser les enfants est alors un défi dans un milieu où les frais scolaires et académiques sont fixés sans tenir compte de la bourse d’une famille modeste. Les enfants ont droit à l’éducation, à la santé, au logement, pour ne citer que cela. Mais comment pallier cette situation et aider ces femmes seules qui vivent dans le stress à subvenir aux besoins de leurs foyers ? L’Etat doit intervenir, car c’est déplorable et à la base de nombreux enfants en situation difficile et abandonnés dans les rues. Les femmes seules, elles-mêmes, ne savent à quel saint se vouer pour briser le silence et partager les difficultés qui les rongent au quotidien. Les lois en leur faveur sont méconnues et elles se jettent à toute occasion propice qui se présente, c.-à-d., comme nounou (bonne ou ménagère afin de prendre en charge leur foyer). Il n’y a pas de sot métier, dit-on. Les femmes seules qui sont braves par toutes ces responsabilités ne doivent pas croiser les bras. Déjà, elles démontrent qu’elles sont capables de faciliter l’épanouissement de leur foyer. Elles peuvent alors se muer en association pour œuvrer davantage au bénéfice de leur ménage en particulier et du pays en général.

(Suzy Kibira Omari )

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse