Santé publique: Mortalité du cancer élevée plus que le VIH/Sida

par -
0 938
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

D’après les experts, le cancer est devenu responsable d’un décès sur 8 dans le monde, une mortalité supérieure à celle du VIH/Sida, de la tuberculose et du paludisme réunis. Chaque année, plus de 12 millions de nouveaux cas sont diagnostiqués dans le monde et 7,6 millions d’individus meurent du cancer, soit 13¨% de la mortalité mondiale (UICC).

Alors que d’après les prévisions de l’OMS de 2005 à 2015, le cancer causerait 84 millions de morts dans le monde si les précautions ne sont pas arrêtées et elle insiste que l’augmentation de cas des cancers serait la plus marquée dans les pays à faible et moyen revenu à l’exemple de la RD Congo. Mais, cette maladie aussi lourde d’après les statistiques soit elle, ne devrait pas être vécue comme une fatalité : Cancer, 7,6 millions de décès ; VIH/Sida, 1,8 millions de décès ; Tuberculose, 1,4 millions de décès et le Paludisme, 650.000 décès.

Une idée sur le cancer de l’utérus

Pour la petite histoire, le cancer du col de l’utérus est un cancer sexuellement transmissible causé dans la grande majorité de cas par une infection par le virus du papillome humain (HPV).

D’après les experts, près de deux tiers des femmes ayant une activité sexuelle sont en contact avec le virus, mais seulement 1 à 2% d’entre-elles contaminées par le virus vont développer un cancer du col de l’utérus.

Absence des statistiques sur le cancer de sein en RD Congo

Et quant au cancer de sein, c’est le cancer plus fréquent chez la femme. Une femme sur 8 est actuellement touchée par le cancer de sein et ce chiffre pourrait grimper à une sur 7 d’ici vingt ans. Le premier symptôme du cancer du sein est la présence d’une boule au niveau du sein, correspondant à la tumeur. Elle peut également s’accompagner de ganglions durs au niveau de l’aisselle (ganglions axillaires) correspondant à une propagation du cancer, ainsi qu’à des modifications cutanées au niveau du sein et du mamelon (peau d’aspect capitonné et un mamelon qui entre au lieu de sortir). Le sein peut progressivement se déformer et s’ulcérer, ce qui se traduit parfois par un écoulement du mamelon, d’un seul côté.

Selon les statistiques de l’OMS, chaque année dans le monde, environ un million de cancers du sein sont diagnostiqués et 400.000 femmes en décèdent. L’augmentation du nombre de cas touchent surtout les femmes ménopausées, mais aussi de plus en plus fréquemment les femmes plus jeunes, âgées de 40 à 45 ans.

En RD Congo, le cancer du sein fait de plus en plus de victimes, car cette maladie est souvent diagnostiquée en retard, ce qui augmente de ce fait le nombre de décès. Bien que moins fréquente comme dans les pays occidentaux, l’incidence de cancer du sein augmente dans les populations urbaines de l’Afrique. Les données sur le cancer du sein sont rares et la politique de dépistage n’existe pas encore en RD Congo. Selon le bureau de l’OMS Kinshasa, nombre de centres de santé de la RD Congo ne tiennent pas de registres de cancers. C’est ce qui explique aussi l’absence des statistiques nationales.

 

(Saint Hervé M’Buy)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse