Sanctions de l’ EU et USA : Steve Mbikayi exige la solidarité congolaise

Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

C’est la énième fois que l’Union Européenne et les États Unis sanctionnent les autorités congolaises, aux travers les rapports à l’emporte pièces des ONG des Droits de l’Homme.

Neuf des autorités congolaises ont été sanctionnées par l’Union Européenne depuis la semaine dernière, accusées d’entrave au processus électoral, à la liberté d’expression et violation de Droits de l’Homme ; en plus des Etat Unis, c’est-à-dire Washington qui vient d’emboiter le pas. Les sanctions jugées sévères contre Emmanuel Ramazani Shadary, Kalev Yav, Gédéon Kyungu, le Général Alonga, Jean Claude Kazembe, Alex Kande Mupompa etc, qui s’ajoutent sur la liste précédente sur laquelle figure Lambert Mende Omalanga et Evariste Boshab.

Parmi les sanctionnés, figurent aussi les membres du Gouvernement Bruno Tshibala, les gouverneurs en fonction et les officiers militaires des Forces armées de la RDC.

Des sanctions qui, à en croire plusieurs analystes et observateurs, entachent les relations entre l’Union Européenne d’une part, et d’autre part Washington en ce qu’elles violent la souveraineté d’un Etat engagé dans un processus électoral, en plus de le déstabiliser au nom de la protection des inciviques et hors la loi qui paralysent les instituions et tuent impunément les paisibles citoyens sans la moindre condamnation de l’Occident, dite Communauté internationale. Ceci dit, l’Occident veut dicter, à travers les sanctions ciblées, sa politique aux Etats Africains fragiles, étant donné, la crise que l’Occident traverse. A tout prix, l’Occident veut s’en servir de ses sanctions dans le seul but de fragiliser les Etats africains dont, les matières premières constituent le nerf de la guerre.

Parmi les réactions contre les sanctions occidentales ciblant les autorités de la République Démocratique du Congo, figurent celle du Parti Travailliste, et de la Nouvelle Classe Politique et Sociale, une plateforme politique, dont Steve Mbikayi est porte-parole.

Après avoir fait les points sur la situation politique étrangère en rapport avec les sanctions prises contre certaines personnalités de la République Démocratique du Congo, la Nouvelle Classe Politique et Sociale constate que ces sanctions visent essentiellement les personnalités congolaises chargées du maintien de l’Ordre Public et de l’intégrité Territoriale. « Pour la Nouvelle Classe Politique et Sociale, ce comportement néocolonialiste recèle un plan machiavélique tendant à décourager ces responsables congolais en vue de préparer un désordre généralisé dans le pays à l’instar de celui instauré en Lybie après l’éviction de Mouammar El Kadhafi », a dénoncé Steve Mbikayi. 

Il est vrai que, la Nouvelle Classe Politique et Sociale/Opposition nationaliste est pour le respect des Droits de l’Homme dont elle condamne toute violation. Cependant, la Nouvelle Classe Politique et Sociale/Opposition nationaliste constate que le respect des Droits de l’Homme constitue toujours un alibi utilisé par certaines puissances pour justifier les ingérences intempestives dans les affaires intérieures des pays jugés faibles auxquels, elles veulent imposer leur dictat ; faire et défaire leurs dirigeants dont la chute organisée avec les traitres de la cause nationale engendre un chaos généralisé !

Curieusement, la suite de ce chaos, les désordres et violations des Droits de l’Homme ne sont plus dénoncés ! C’est le cas de l’Irak et de la Lybie qui vivent aujourd’hui dans une anarchie au nom des Droits de l’Homme. « Quand chez eux, les terroristes qui prennent les supers marchés en otage sont tués à bout portant, la police fait du bon travail ! Quand chez nous, une milice coupe  des têtes des citoyens  innocents  et se promène avec ; quand elle incendie des villages entiers, les puissances  impérialistes se taisent ! Quand lors des marches pacifiques, des inciviques se mêlent pour piller, casser et tuer, on n’évoque pas les Droits de l’Homme : Les Droits de l’Homme sont évoqués quand la police intervient pour rétablir l’ordre. Il s’agit d’une volonté manifeste de laisser s’installer un chaos dans notre pays », dénonce l’actuel ministre de l’Enseignement Supérieur et Universitaire, Steve Mbikayi Mabuluki.  

Tenant compte de cette réalité, la Nouvelle Classe Politique et Sociale/Opposition nationaliste dénonce et condamne les prétendues sanctions infligées aux compatriotes congolais et se dit solidaire avec eux parce que les prétextes avancés pour justifier les prétendues sanctions sont faites de toutes pièces cousues en blanc.

Face à cette menace, la Nouvelle Classe Politique et Sociale/Opposition nationaliste demande à la classe politique congolaise, toutes tendances confondues, de mettre de côté ses divisions pour sauver la patrie en péril.

Au peuple congolais, la Nouvelle Classe Politique et Sociale/Opposition nationaliste lui demande de se liguer comme un seul homme derrière les institutions de la République pour faire échec à ce plan macabre qui menace l’existence même de la République Démocratique du Congo, comme nation. « Cultivons d’avantage le patriotisme et barrons la route au plan machiavélique de ceux qui veulent mettre notre pays à feu et à sang, se cachant derrière le respect des Droits de l’Homme. La patrie ou la mort, nous vaincrons », a-t-il dit non à l’impérialisme sauvage.

(Pius Romain Rolland)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse