Sanctions américaines : Bientôt, la riposte de Kinshasa !

par -
0 1652
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Kinshasa n’ a pas attendu longtemps pour réagir vigoureusement face à une décision décriée par tous et dont l’impopularité n’a d’égal que la persistance. Au lendemain de l’ annonce par le Directeur du bureau de contrôle des avoirs des étrangers au Département du Trésor américain, John Smith, des sanctions financières ciblées contre le chef de la police de la capitale, la colère est montée d’ un cran dans la vile basse pour dénoncer une mesure qui frise le paternalisme. Dans tous les milieux Kinois, les souvenirs des atrocités infligées aux paisibles citoyens par les « KULUNA » sont encore frais. Kuluna, ces hors la loi qui se sont malheureusement taillés une sulfureuse réputation en se faisant passer pour des spécialistes de la ruse, du vol et des attaques à l’ arme blanche. Machettes et couteaux faisaient partie de leur modus operandi. Une rencontre avec cette bande d’inciviques dans un milieu obscur suffisait pour faire de quiconque , une victime. Leurs décentes punitives n’excluaient personne. Députés, journalistes, forces de l’ordre, artistes et autres sont déjà tombés dans le piège tendu par ces incorrigibles. Les mamans et jeunes filles étaient très souvent la cible de prédilection de ces désœuvrés qu’un homme, placé à la tête de la salutaire « opération LIKOFI » a réussi à mettre en déroute.

L’idée de placer le général KANYAMA TSHISHIKU sous ‘’sanctions américaines’’ a créé un choc d’ondes dans l’opinion. « Décision totalement ridicule. C’est un acte inadmissible de substitution de souveraineté que nous n’approuvons pas. Nous le condamnons. » réagissait Lambert MENDE, le porte – parole du gouvernement qui annonçait en même temps,  l’arrivée en toute urgence du conseiller spécial du chef de l’ Etat en matière diplomatique, l’ ambassadeur Kikaya Bin Karubi, dépêché aux U.S.A pour exprimer la vive réprobation de Kinshasa à l’ administration OBAMA.

L’ injustice américaine

 

Des sanctions ciblées contre celui qui s’est battu comme un diable pour délivrer la mégalopole  de 10 millions d’ habitants, de l’activisme outrancier des bandits urbains. Les célèbres KULUNA dont la cruauté dans les opérations mortelles avaient atteint des proportions exponentielles. Célestin KANYAMA TSHISHIKU qui se voit remercier en monnaie de singes  par ceux qui n’hésitent pas un seul instant à tirer à bout portant sur les criminels opérant sur les propres territoires et qui troublent la quiétude de leurs citoyens. Là, les organisations droidelhommistes sont aphones. Sur le compte du patron de la police ville de Kinshasa, Washington met entre autre, la salutaire opération Likofi au cours de laquelle, 51 jeunes auraient été sommairement exécutés et une trentaine de disparus selon les USA. Pour les américains, le numéro – un Kinois de la police est responsable ou complice d’actes de violences et de répression. Décision prise par une Amérique nostalgique qui sans se soumettre à la moindre vérification a été gravement induite en erreur par le bureau conjoint des nations – unies aux les droits de l’homme. Le sulfureux BCNUDH, de triste mémoire, auteur de plusieurs rapports sujets à controverse et contestables à tout point de vue. Mais quoiqu’ il arrive, il ne revient pas aux USA de prendre des sanctions contre un commis de l’Etat dans l’exercice de ses fonctions,  sans tenir compte du rapport de la police nationale dans l’ opération LIKOFI, sans tenir compte non plus de la satisfaction unanime de la population quant à cette opération. Cette population qui réclame d’ ailleurs la reprise de la campagne LIKOFI et son maintien en permanence. « Je crois que c’est une décision injuste et contestable à bon droit » s’ est déchainé l’ ambassadeur André Alain ATUNDU, le porte – parole de la majorité. Pour ce diplomate chevronné, ce message des U.S.A ne s’ adresse pas seulement qu’ au pouvoir en place à Kinshasa. Il est aussi destiné à tous les prétendants au pouvoir, à savoir ” voilà ce que vous risquez si vous défendez la souveraineté de votre pays”.

Kanyama, sanction contre un héros

A la suite de l’indispensable opération de traque des inciviques menées en 2014 et très réclamée par les Kinois , la ville capitale a retrouvé son calme traditionnel, la vie a repris dans toutes les cités, la paix règne hormis quelques cas résiduels. «  Il y eu fallu une opération ciblée pour en arriver là » se souvient le député national, PICO MWEPU qui s’ interroge in correcto sur l’ irruption américaine dans une affaire interne  de protection des personnes et de leurs biens, une mission régalienne des forces de défense et de sécurité congolaises. Mais si bévues, il y en eu dans cette opération pointe PICO, il revenait non pas aux autorités américaines mais à la justice congolaise de sanctionner les auteurs d’ éventuelles violations des droits de l’ homme. Pico MWEPU KANYATA se range derrière ceux qui pensent qu’à travers cette décision, les États – Unis ont consciemment récompensé la criminalité urbaine à Kinshasa en sanctionnant celui qui la combattait.

Kinshasa promet de riposter

A Kinshasa, on considère cette sanction comme un simple coup d’épée dans l’eau. « La RD Congo ne voit pas l’impact qu’auront ces mesures et regrette toutefois cette ingérence des Etats-Unis dans le domaine de maintien de l’ordre public à Kinshasa » a déploré Barnabé Kikaya Bin Karubi dans les colonnes de l’hebdo Jeune Afrique.

En vérité rappelle t – il, sanctionner le général Kanyama n’est qu’une décision symbolique pour les Etats – Unis. D’autant que ce commandant de la police dans la ville de Kinshasa – d’après lui-même – ne dispose pas d’avoirs aux États-Unis, ni d’ailleurs en Europe. Il ne lui y est par ailleurs pas demandé de voyager aux États-Unis ou en Europe dans l’exercice de ses fonctions. Pour le conseiller principal du chef de l’ Etat en matière diplomatique, la présidence congolaise considère que c’est une décision malheureuse de la part des États-Unis qui sont pourtant un de nos importants partenaires. Comme la réciprocité constitue le principe premier en relations internationales, nous étudions déjà comment nous allons réagir a prévenu M.Kikaya.

Il faut dire que cette situation jette un froid sur les relations diplomatiques entre Kinshasa et Washington. La RDC qui n’envisage pas pour l’ heure, une éventuelle rupture de la coopération avec les USA. «  Nous n’en sommes pas encore là. Nos relations avec les États-Unis sont évidemment très importantes. Nous ne pouvons pas les suspendre complètement à cause de cet incident. Toujours est-il que nous devons réfléchir afin qu’une pareille situation ne se reproduise plus dans nos rapports bilatéraux » tempère le conseiller diplomatique du chef de l’ Etat.

Une marche de soutien au général sanctionné

 

Pour crier sa colère sur les autorités américaines, le café Kinois, une ASBL qui se revendique comme un mouvement citoyen, projette d’organiser mardi 28 juin à Kinshasa, une marche de soutien au général Célestin Kanyama visé par les sanctions largement évoquées ci-dessus.

«Nous protestons contre la mesure impérialiste prise par le gouvernement d’un pays aussi souverain comme le nôtre à quelque jours de la célébration du cinquante sixième anniversaire de notre indépendance», a dénoncé M. Kiwa Mampunga, président de l’ASBL Café kinois.

D’ après une correspondance adressée à l’autorité urbaine dont copie est parvenue au groupelavenir.org, CK indique que cette marche partira de l’Inspection provinciale de la police de Kinshasa en passant par le boulevard du 30 juin jusqu’ au siège de l’ambassade américaine à Kinshasa via la gare centrale.

Jean Pierre KAYEMBE

 

 

 

 

 

 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse