Samy Badibanga, une valeur ajoutée

Honorable Samy Badibanga Ntita, au Dialogue politique de la Cité de l’Union africaine, au milieu de José Makila Sumanda, Gouverneur du Sud Ubangui et Marie Ange Lukiana, députée nationale élue de Tshangu, ministre honoraire du Travail et Prévoyance Sociale, mais aussi Genre, Famille et Enfants. Ph/Pius Romain Rolland
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Le poste de Premier ministre de  la République Démocratique du Congo n’est pas réservé à une quelconque famille, ni à une certaine tendance politique, moins encore, un parti politique. Comme souvent, les critiques fusent de partout contre l’actuel locataire de la maison de Patrice Emery Lumumba, alors qu’il n’a pas encore pris ses fonctions de Premier ministre. Président du Groupe parlementaire UDPS et Alliés avec 54 députés nationaux ayant opté pour servir la République, plutôt que de suivre les caprices d’un octogénaire qui pense, que seul lui à la clef du bonheur des Congolais, Samy Badibanga Ntita, dont ses prestations parlementaires exemplaires, ont milité pour son choix par le Président de la République Joseph Kabila, au milieu d’autres candidats et non des moindres à ce poste. Il faut dire qu’il n’y a qu’au Congo où l’on estime qu’être Premier ministre, c’est une tâche aisée, alors que le locataire de la maison de Patrice Emery Lumumba a le poids de toute une Nation sur ses épaules. Au lieu  de l’épauler pour réussir dans ses fonctions, les sceptiques se mettent déjà à l’assaut pour l’invectiver, attendant peut-être la venue du messie, provenant de Limete. Ce qui est étonnant, ce que les plates-formes commencent à naître autour et contre l’actuel Premier ministre, dont en toile de fond est « La trahison de Samy Badibanga ». La Rédaction du Journal L’Avenir est en droit de se poser la question : Trahir qui ? Ceci précise notre pensée lorsque nous affirmions qu’il y a de familles qui pensent être en droit à ce poste de Premier ministre, promettant malheur à leur propre fils. Donc, le combat n’est pas pour le bien-être de la population comme on nous le fait chanter et entonner comme l’hymne national, plutôt : ôte-toi que je m’y mette. En d’autre terme, « le bonheur des Congolais est entre les mains d’une famille quelconque, une tierce force politique et  qui se lance déjà dans la bataille contre l’ancien président du Groupe parlementaire UDPS et Alliés, affirmant par voie de conséquence que Samy Badibanga s’est auto-exclu du parti en 2011, en ne suivant pas les consignes du Président Tshisekedi ».

Parcours d’un homme exceptionnel

Parfois, lorsqu’un acteur politique est promis au poste de responsabilité, la première de chose que ses bourreaux s’investissent, c’est de lui chercher noise. A-t-il les mains salles dans la gestion passée de la chose publique ? ; combien de tonnes de sang traine-t-il dans ses futs ? Autant de questions.

Mais pour le successeur de Matata Ponyo, le nouveau locataire qui va former le 66ième gouvernement de l’histoire politique de la République Démocratique du Congo, il est issu du milieu des affaires où le pragmatisme et le sens du management sont les leitmotivs de la gestion des affaires. Samy Badibanga est un diplômé de l’Institut Supérieur des Sciences Humaines de Genève en 1986 ; diplômé  de l’Ecole du Haut Conseil du Diamant d’Anvers-HogeRaadVoor Diamant et de l’International Gemological Institute d’Anvers.

C’est en 1986 qu’en tant qu’opérateur économique qu’il a commencé en qualité d’Administrateur Délégué de Socodam Sprl. 9 ans plus tard, soit en 1995, il a assumé les fonctions d’Administrateur Directeur Général de Samex Trading Sprl, détenteur de plusieurs permis de recherches minières en République Démocratique du Congo et partenaire en joint-venture de BHP Billiton.

Il a été entre 2005 à 2010, Consultant pour la Société Minière BHP Billiton et a participé à ce titre à l’introduction  de la Société en Rdc, dans les partenariats avec les entreprises publiques.

C’est en 2006, à l’origine de la Fédération des Explorateurs et Extracteurs (FEE) pour promouvoir la bonne gouvernance dans la gestion des ressources naturelles, qu’il a embrassé la carrière politique au sein de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS), avant d’intégrer le pré-carré d’Etienne Tshisekedi quelques années plus tard et jouer le rôle-clef dans la campagne du Sphinx de Limete.

Cependant, lors de l’examen et vote de la loi sur le statut de l’opposition, Samy Badibanga a été donné favoris entre 2012-2013 par les sondages dans la course au poste de porte-parole de l’opposition face à Vital Kamerhe, (candidat extraparlementaire) et Jean-Pierre Bemba (sénateur prisonnier à la Cour Pénale Internationale).

Depuis, il assume avec dextérité les charges de Président du Groupe Parlementaire UDPS et Alliés à la Chambre basse du Parlement. Donc, le successeur de Patrice Emery Lumumba, de Général Mulamba, de Moïse Tshombe, de Joseph Ileo Songo Amba, de Singa Udju, de Mabi Mulumba, de Jean de Dieu Nguz A Karl-I-Bond, de Gérard Mulumba Lukoji, de Faustin Birindwa, de Mungul Diaka, de Lunda Bululu, d’André Boboliko, d’Evariste Kimba, de Samba Pita Bangi, de Pinga Kasenda, de Antoine Gizenga, de Muzito Adolphe, de Léon Kengo wa Dondo, du Général Likulya, d’Etienne Tshisekedi, est conscient des enjeux car, il est déterminé à relever les défis qui l’attendent.

Des réactions des différents responsables politiques

La nomination de Samy Badibanga a été diversement accueillie par les différents responsables politiques. A commencer par le message de félicitations de son prédécesseur direct Augustin Matata Ponyo lorsqu’il écrit : « Félicitations au nouveau Premier ministre Samy Badibanga. Nous lui souhaitons plein succès dans l’exercice de ses nouvelles fonctions ».

Pour Steve Mbikayi, la nomination de Samy Badibanga est un choix de la raison et une victoire dans son combat politique, précis au Dialogue Politique de la Cité de l’Union africaine. D’ajouter que ce choix donné par le Président du plus grand Groupe parlementaire de l’opposition à l’Assemblée nationale est non conflictuel mais aussi est compétent.

Par ailleurs, le favori des pronostics à ce poste, à savoir le leader de l’UNC et co-modérateur du Dialogue, Vital Kamerhe, qui a dit prendre acte de cette nomination avec sportivité, laissant cependant entendre que ses ambitions ont toujours été au-dessus du poste de Premier ministre, précisant que la proximité entre Samy Badibanga et Félix Tshilombo, le fils de son père, pourrait permettre le retour du Rassemblement dans le giron de l’Accord.

En outre, le Secrétaire général du PPRD, Henry Mova Sakanyi, a eu des mots justes lorsqu’il précise « il faut juger le Premier ministre Samy Badibanga sur ces actes. C’est un élu, chef de file de l’opposition au Dialogue.

Tandis qu’Emmanuel Ramazani Shadari, Secrétaire Général adjoint du PPRD, Samy Badibanga est un modéré.

Quant aux élus membres du Groupe parlementaire conduits par Serge Mayamba, estiment que cette nomination est le couronnement, mais aussi le fruit du combat de l’UDPS et recommandent au Premier ministre d’œuvrer pour la paix et la réconciliation nationale. Il en va de même des élus de la Ville de Kinshasa qui ont salué ce choix porté sur l’un d’eux, jugé l’un de plus raisonnables. Tandis que le Gouverneur de la province du Kasaï-Oriental, Alphonse Ngoyi Kasanji à la tête d’une organisation de la caravane motorisée dans les rues de Kinshasa a célébré cette nomination d’un fils kasaïen, symbole de l’unité, de la paix pour l’ensemble de la République.

Au nom de tous les ressortissant du Kasaï-Oriental, nous remercions le Chef de l’Etat, Joseph Kabila qui a  porté son choix à leur digne fils de la nation, qui va assumer les lourdes tâches lui confiées avec compétence et probité en ce moment exceptionnel du pays et que Dieu l’accompagne, déclare le ministre honoraire des Affaires Etrangères, Raymond Tsnhibanda N’Tunga Mulungo.

En sus, comme tout diable qui n’admet pas le bonheur des autres, le Rassemblement, par le Secrétaire général de l’UDPS Jean-Marc Kabund, a critiqué cette désignation, rappelant par la suite que l’actuel Premier ministre Samy Badibanga s’est auto-exclu du parti UDPS en 2011, en ne suivant pas les consignes du président Etienne Tshisekedi.

(Pius Romain Rolland)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse