Samedi devant l’Assemblée provinciale: André Kimbuta recommande le renforcement de la solidarité financière entre les institutions

par -
0 287
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Le gouverneur de la Ville de Kinshasa, André Kimbuta Yango a présenté, le week-end dernier à l’Assemblée provinciale, le projet d‘Edit budgétaire de la Ville pour l’exercice 2018.

D’entrée de jeu, le gouverneur a réitéré son engagement à préserver une bonne et franche collaboration entre l’Assemblée et l’Exécutif provincial. A ce sujet, il a paraphrasé le Président Joseph Kabila Kabange qui, à chaque session de la Conférence des Gouverneurs de Provinces, réitère : (citation) : « Chaque gouverneur se doit de veiller au maintien d’un climat de travail dans les rapports entre les deux institutions provinciales ».

Sans un briefing à la presse, le chef de bureau communication et presse, Jeannot ne Nzau Diop a indiqué l’autorité urbaine a reconnu, séance tenante, le bienfondé de la présentation du budget. « Cela est une occasion particulière pour l’Exécutif provincial de rendre compte aux élus de la Ville et, par-delà eux, à la population kinoise toute entière de la politique suivie, des actions menées, des difficultés  rencontrées face aux nombreux défis à relever ainsi que des perspectives et solutions envisagées par leur gouvernement », a-t-il fait savoir.

En ce qui concerne le budget de l’exercice 2017, son exécution en juin 2017, se présente comme suit, pour l’essentiel :

Volet Recettes 

Sur une prévision linéaire de francs congolais 206 milliards 408 millions 764 mille 492, les recettes budgétaires ont été mobilisées à hauteur de francs congolais 109 milliards 650 millions 692 mille virgule 60. Ce qui dégage un taux d’exécution de 54%.

La ventilation des recettes, pour ce bilan à mi-parcours, se présente comme suit, selon qu’il s’agit des recettes à percevoir sur les actes générateurs reconnus à la Ville, ou des recettes des organismes émargeant aux  budgets annexes de la Ville.

Recettes à caractère national  

Elles ont été exécutées à hauteur de francs congolais 75 milliards 501 millions 803 mille 368, contre des prévisions linéaires de francs congolais 107 milliards 821 millions 663 mille 732, soit un taux d’exécution de 70%.

Recettes à percevoir sur les actes générateurs des recettes reconnues à Ville 

Elles ont été exécutées à hauteur de francs congolais 30 milliards 901 millions 922 mille 009 virgule 60, contre des prévisions linéaires de francs congolais 36 milliards 827 millions 899 mille 228 virgule 50, soit un taux d’exécution de 84%.

Du fait que nos budgets constituent un facteur limitatif de croissance en raison de l’étroitesse de leur taille et que les ressources nécessaires pour exécuter ces budgets soient affectées par la période de crise que nous vivons, il y a lieu d’imputer à cette conjoncture, pour l’essentiel, le faible taux d’exécution que nous déplorons. 

La solidarité financière entre institutions, pour « lubrifier » la décentralisation et  impulser le développement

A cette cause importante du faible taux d’exécution de notre budget, viennent se greffer deux autres, à savoir le faible niveau de solidarité financière entre le pouvoir central et les provinces, ainsi que les contre-performances de notre administration fiscale provinciale.

S’agissant du faible taux de solidarité, nous n’arrêterons jamais de souligner la résistance du pouvoir central face au choix fondamental prôné dans la Constitution, qu’est la décentralisation. Ce choix est, pourtant, le fruit d’une réflexion longue et approfondie sur les résultats désastreux de la gestion fortement centralisée de l’Etat congolais pendant ses quarante-cinq premières années d’indépendance. Ceci sur le plan tant  économique, social que politique. Il est aussi l’expression d’une forte détermination à impulser autrement le développement de notre pays. Bref, il concrétise la résolution de la grande question sur la production et la distribution des services publics nécessaires pour le développement économique et social de notre pays.

A observer le comportement des uns et des autres, c’est-à-dire des gestionnaires au niveau du pouvoir central, on est loin de la solidarité qui doit régner dans la résolution des problèmes du bien-être de nos populations. La solidarité financière déficitaire entre échelons du pouvoir étatique contribue à l’enlisement de la décentralisation.

En mars 2013, le gouvernement de la République, à travers son ministère du Budget, avait signé un protocole d’accord sur les modalités de consommation des crédits d’investissements dans les secteurs à compétence exclusive des provinces. Il avait été convenu que la province qui mettrait en place des structures en rapport avec la passation des marchés publics se verrait dotée de ses allocations aux investissements. En exécution des dispositions dudit protocole, votre gouvernement a mis en place les structures nécessaires pour le respect des procédures relatives à la passation des marchés publics, conformément à la loi et aux textes d’application relatifs aux marchés publics.

(Payne)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse