Saison sèche à Kinshasa: Le taux de fous en divagation devient croissant

par -
0 520
Vue d’une folle demandant charité sur la place publique (ph Mamiengondo
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

La ville province de Kinshasa est empestée depuis quelques temps par des détraqués mentaux qui sont visibles à travers ses 24 communes.

Ce phénomène, loin de contribuer à la beauté de la capitale congolaise, la rend plutôt invivable et insalubre.  C’est là une réalité éprouvante et cette situation semble devenir familière  à la population kinoise qui n’en a cure.

Cas du jardin botanique au centre-ville. A cet endroit qui passe pour le centre de communication de plusieurs idéaux et où des touristes venus d’autres contrées passent pour se divertir, on y trouve de détraqués qui y passent la nuit à la belle étoile. Cela au vu et au su de tout le monde. Sans gêne, ils exposent en public tout ce qu’ils ont et n’hésitent pas, parfois, à inquiéter la quiétude des paisibles passants.

Qu’est-ce qui est à la base de cette situation ? D’après mademoiselle Lamine, infirmière à l’Hôpital de référence Sanatorium, plusieurs cas sont des maladies mal soignées qui se terminent par provoquer des dépressions mentales. Le paludisme est l’une de ces causes.

Une maman vendeuse aux environs du Jardin zoologique n’a pas mâché ses mots en disant : « Cette situation devient de plus en plus intenable. Nous ne comprenons pas pourquoi ces gens n’envahissent pour la plupart que le centre-ville ?».

Il y a aussi lieu de stigmatiser que de nombreux cas enregistrés sont dus au comportement de ses jeunes gens dont certains s’adonnent aux fétiches  en cherchant à vite gagner la vie. Les charlatans qu’ils consultent leur donner des gris-gris qui, malheureusement les poussent dans cette situation déplorable.

Imaginez une maman qui passe ses nuits dehors au croisement des avenues Kasa Vubu et Kato. Elle se fait passer pour  une détraquée alors qu’en réalité elle ne l’est pas. Elle a été chassée de toit conjugal et ne sais plus aujourd’hui ou aller. Un autre que nous avons observé quelque part en face du Jardin zoologique a été chassé du domicile familial parce que le Pasteur fréquenté par ses parents l’a qualifié de sorcier.

Il faudra que les autorités de la ville et singulièrement le bourgmestre de la commune de la Gombe puissent prendre leur responsabilité en cherchant à aller caser tous ces malades dans un endroit approprié comme dans un lazaret.  Les ONG qui luttent pour les biens de la population peuvent aussi saisir la balle en vol pour l’encadrement de ces malades.

(Shamy Amisi Betty/Stagiaire)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse