Sa désignation entérinée à l’Assemblée nationale: Nadine Mishika remplace Micheline Bie à la CENI

par -
0 296
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Plusieurs matières étaient traitées à la séance plénière d’hier mercredi 14 juin 2017 à l’Assemblée nationale. D’abord, c’était la poursuite du débat général autour des questions orales avec débat adressées aux ministres Steve Mbikayi Mabuluki de l’Enseign  ement supérieur et universitaire (ESU) et celui de l’Industrie, Marcel Ilunga.

Le premier était convié à répondre aux questions de l’honorable Boris Mbuku Laka, portant sur un marché de construction d’un immeuble, l’impression des cartes biométriques d’étudiant, et sur l’arrêté signé par le ministre Mbikayi portant transfert de quelques membres du personnel académique et scientifique. Et le deuxième, le ministre de l’Industrie Marcel Ilunga était invité à s’expliquer sur les préoccupations du député national Awenze Makiaba Alphonse, relatives à la Cimenterie de Maïko dans la nouvelle province de la Tshopo (démembrée de l’ex Province Orientale).

Ces deux membres du Gouvernement ont donc répondu hier aux différentes questions des députés nationaux leurs posées au cours de la séance plénière de lundi dernier. A la suite de ces réponses, l’Assemblée plénière a sollicité du Bureau de l’Assemblée nationale, la mise en place de deux commissions d’enquête parlementaire en vue de faire toute la lumière sur ces deux dossiers cruciaux de la vie nationale.

En réponse, le Bureau de l’Assemblée nationale a promit de répondre aujourd’hui sur ces deux demandes de commission d’enquête. Pour sa part, l’honorable président de l’Assemblée nationale, Aubin Minaku Ndjalandjoko, a tenu à remercier et féliciter le ministre de l’ESU ainsi que son collègue de l’Industrie pour leurs interventions.

Cette plénière d’hier à la Chambre basse du Parlement s’est poursuivie avec les communications du président Aubin Minaku. Premièrement, sur le processus de remplacement de certains membres des bureaux des commissions permanentes de l’Assemblée nationale. Puis, sur la demande du groupe parlementaire MLC et Alliés concernant le remplacement de son délégué à la Commission électorale nationale indépendante (CENI).

Comme personne ne l’ignore à ce jour, la députée nationale Eve Bazaïba, en sa double qualité du secrétaire général du Mouvement de libération du Congo (MLC), parti politique cher à Jean-Pierre Bemba, et de la coordonnatrice du Front pour le respect de la Constitution (FRC), avait saisi le Bureau de l’Assemblée nationale pour la désignation de Mme Nadine Mishika Tshishima en qualité de questeur adjoint de la CENI, en remplacement de Mme Micheline Bie Bongenge. Ce, en conséquence de l’Accord politique du 31 décembre 2016.

Puisque Mme Micheline Bie ne voulait pas démissionner de ce poste, l’Assemblée nationale avait mis en place une commission sur cette affaire. A l’issue de son travail, cette commission a estimé que le MLC est en droit de procéder à ce remplacement de son délégué.

Et quant à la position du Bureau de l’Assemblée nationale, celui-ci soutient que l’Assemblée nationale en tant qu’institution, ne peut pas donner l’impression de bloquer la mise en œuvre de l’Accord politique du 31 décembre 2017. Aussi, ne peut-elle pas interférer dans les affaires internes des partis ou familles politiques.

Voilà pourquoi, une résolution a été adoptée quant à ce. Laquelle résolution, lue à l’intention de l’assemblée plénière par le rapporteur de l’Assemblée nationale, M. Nono Berocan, dispose qu’est entérinée, la désignation de Mme Nadine Mishika au poste de questeur adjoint de la CENI, en remplacement de Mme Micheline Bie, réputée démissionnaire.

 

Autorisation d’instruction accordée dans l’affaire Clément Kanku

Les autres communications du président de l’Assemblée nationale Aubin Minaku ont concerné deux réquisitoires du Procureur général de la République contre deux députés nationaux. Notamment, l’autorisation d’instruction dans l’affaire Ministère public contre l’honorable Clément Kanku Bukasa, afin de mener des enquêtes, d’entendre le député et réunir suffisamment des preuves. Ainsi que la levée de l’immunité parlementaire du député Ne Muanda Nsemi, présumé évadé de la prison de Makala, en application de l’article 107 de la Constitution aux fins des poursuites judiciaires devant la Cour de cassation.

Pour le premier réquisitoire, l’assemblée plénière a voté à main levée, et a accordé l’autorisation d’instruction dans l’affaire Ministère public contre l’honorable Clément Kanku Bukasa. Toutefois, l’assemblée plénière a recommandé qu’une commission spéciale soit mise sur pied et qui aura à entendre le Pgr pour les faits reprochés au député Clément Kanku. Aussi, les élus du peuple ont demandé que leur collègue poursuivi en justice soit accompagné d’un ou deux de leurs collègues de profession d’avocat.

Quant au deuxième réquisitoire du Procureur général de la République à propos de l’affaire Ministère public contre l’honorable Ne Mwanda Nsemi, le Bureau de l’Assemblée nationale a décidé de le retirer pour le moment. Et il pourra statuer sur cette affaire pendant les vacances parlementaires.

(Lepetit Baende)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse