Rituels de veuvage chez les Kasaiens: Lors de la période de veuvage, la femme et l’homme traités différemment

par -
0 302
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Au Kasaï central chez les luba, les rites de veuvage s’observent généralement durant une année. Ces  rituels comportent des pratiques imposées au survivant d’un couple après la mort de son conjoint (te), et sont très accentués sur la femme.

Lors de la période de veuvage, l’homme et la femme ne  sont pas traités de la même manière.  Le rituel de l’homme reste beaucoup plus symbolique. Ainsi,  il se rase la tête et doit observer une période d’abstinence sexuelle. Chez la femme, les rituels et normes du veuvage sont obligatoires et doivent être scrupuleusement respectés.  Celle-ci doit supporter un  certain nombre de contraintes morales et psychologiques, pendant et après les obsèques.  Elle doit avoir une tenue vestimentaire appropriée (souvent les habits noirs), se raser la tête, dormir à même le sol, observer une attitude de retenue, s’abstenir de tout rapport intime avec un homme durant toute la période de veuvage. Au village, la veuve reste confinée  dans la maison et ne peut sortir de la parcelle qu’au terme d’une année.

Ces pratiques sont organisées, selon la tradition dans le but d’honorer la mémoire du défunt et se déroulent  au domicile du défunt ou de la famille du disparu.

A la fin de cette période de deuil, l’oncle ou le frère du défunt peut hériter de la femme de la personne décédée (seulement si la veuve est consentante), car selon la tradition, la femme est considérée comme un bien ayant appartenu au mari.

Le jour de la fin du veuvage, la famille du défunt organise une grande fête, animée par des chansons folkloriques  au cours de laquelle la veuve doit se montrer  joyeuse et bien habillée. Cette cérémonie est appelé  chez les luba« kujikija  lufuila », elle se déroule la nuit avec un nombre bien déterminé des invités venant du cercle de sa belle-famille. Un rapport sexuel avec un jeune frère du défunt permet à la femme de se libérer de ce lien de mariage et d’orienter comme elle veut sa vie.

Ces rites, avouons-le, ont subi beaucoup d’influences religieuses au point où elles sont presqu’en pleine disparition. Plusieurs étapes sont remplacées à ce jour par des séances de prière et de rites chrétiens. Même dans les milieux ou ils sont encore observés, ces rites sont également appliqués en fonction de l’âge de l’homme ou de la femme concerné. Les jeunes sont plus contraints que les vieux à qui l’ont applique quelques exceptions. Au sein d’une même province kasaienne, quelques variantes de rites de veuvage existent selon les territoires et même les villages. La nature de la mort de l’homme ou de la femme détermine également la méchanceté ou la douceur de la communauté durant le veuvage. Une mort brutale et suspecte amènera un traitement cruel sur le conjoint soupçonné d’être complice.

( Winny Bakajika )

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse