Risques de crises chez les drépanocytaires: APIPD limite les règles d’une bonne hygiène

par -
0 288
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Beaucoup de drépanocytaires connaissent au cours de leurs vies de graves crise de douleur, ce qui leurs rendent une vie pénible, insupportable et douloureuse.  Anémie, difficultés respiratoires, douleurs aux os, migraines… Les effets de la drépanocytose sur la santé sont très graves. Et pour atténuer cette souffrance, l’Association  Pour l’Information et la Prévention de la Drépanocytose, APIPD, limite les règles d’une bonne hygiène. La moitié des enfants qui en sont atteints meurent avant l’âge de 5 ans, faute de traitement adapté.

L’opinion pense que tel que le gouvernement a initié la gratuité de frais de soin de santé  chez les tuberculeux ainsi que chez les paludiques, il ferait amende honorable si les mêmes mesures étaient prises en ce qui concerne les drépanocytaires. Car la drépanocytose est une maladie qui tue sans pitié. En plus la société doit savoir se prévenir des unions à risque car la drépanocytose se transmet des deux parents porteurs de gène de cette maladie à l’enfant.

Chaque année, 50 000 nouveau-nés y sont touchés par la forme sévère de la maladie en RDC, et 6 % des enfants hospitalisés en pédiatrie sont drépanocytaires.

La drépanocytose est la maladie génétique la plus fréquente dans notre pays. Elle est aussi particulièrement méconnue. La journée mondiale de lutte contre cette affection, ce lundi 19 juin, constitue pour les associations, une bonne occasion de sensibiliser le grand public.

La drépanocytose est caractérisée par une modification de la forme des globules rouges, appelées hématies : en croissant ou en faucille plutôt que biconcave. Moins élastiques, elles peuvent alors obstruer les petits vaisseaux sanguins et bloquer la circulation sanguine.

Ces hématies vivent également moins longtemps, au point d’entraîner une anémie dite falciforme. Il en résulte une anémie chronique, des crises douloureuses vaso-occlusives et une sensibilité plus importante aux infections.

APIPD a justement édité ‘10 règles d’or’ susceptibles d’aider le drépanocytaire à être moins sujet aux crises :

Respecter une bonne hygiène de vie

Lavage des mains à l’eau et au savon pour limiter le risque microbien, hygiène buccale et corporelle ; Avoir une alimentation saine et variée, à base notamment de fruits et de légumes frais ;

Surveiller sa température : avoir constamment à portée de main, un thermomètre. Si celle-ci est supérieure à 38°C, consulter son médecin ;

Boire beaucoup d’eau, environ 2.5 litres par jour ; Éviter les endroits mal aérés ;

Éviter les écarts de température ;

Surveiller la couleur des yeux et les urines trop foncées ;

Eviter ce qui peut ralentir ou bloquer la circulation du sang : vêtements trop serrés, jambes croisées…Éviter l’alcool et le tabac ; Consulter régulièrement son médecin.

Rappelons que la drépanocytose est très répandue dans le monde. Elle est apparue indépendamment en Afrique et en Inde et touche tout particulièrement les populations de ces régions. Mais les mouvements de populations l’ont rendue très présente en

Amérique, plus précisément aux Antilles et au Brésil, et en Europe de l’Ouest.

 

(Mamie Ngondo)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse