Révolution de la modernité: Bientôt toutes les chaînes en Uhf dans le bouquet numérique de la Tnt

par -
0 858
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

La migration vers la télévision numérique terrestre (Tnt) est pour bientôt pour toutes les chaînes, captées en Uhf. Elle commencera d’abord par celles de la capitale, puis toute la république. C’est ce qu’a indiqué le coordonnateur national du Comité de la Migration vers la télévision numérique, Jean-Jacques Otshudiema.

« Depuis 2008, il y a eu une phase test de la Tnt, avant même l’implantation du comité. Une phase test qui est déjà opérationnelle avec une seule fréquence numérique dans la version Dvt ici à Kinshasa. Et pour ce qui nous concerne de manière particulière, nous pouvons dire que bientôt, au courant du mois d’avril, nous allons mettre le mécanisme de communication pour que la ville de Kinshasa principalement puisse migrer vers la Tnt. Mais, il y a un plan détaillé pour l’ensemble de la République », a affirmé le coordonnateur national, précisant que la primeur accordée à la capitale se justifie pour résoudre l’épineux problème de gestion des fréquences qu’il y a entre Brazzaville et Kinshasa.

En effet, explique Jean-Jacques Otshudiema, toutes les chaînes de télévision, qui diffusent en Uhf sont concernées. Cela veut dire que les chaînes qui utilisent les fréquences analogiques, ces fréquences seront récupérées par l’Etat, qui va les disponibiliser cette fois-là en numérique. Ce qui permettra à l’Etat de récupérer la gestion des fréquences analogiques pour l’émission des fréquences numériques. « Je dois préciser que les chaînes de télévision qui, demain, seront appelées les éditeurs de programmes, les éditeurs de contenus, n’auront pas besoin de fréquence pour faire leur travail. Elles seront beaucoup plus cantonnées à la conception, à la réalisation et à la production des programmes ou des contenus. Et donc, toutes ces chaînes vont migrer d’ici juin 2015 déjà au niveau de Kinshasa », a assuré le coordonnateur national du Comité national de la Migration vers la télévision numérique.

Pour le moment, précise-t-il, les textes de lois, qui vont régir cette transition, sont déjà faits et bientôt, la coordination va procéder au lancement de l’appel d’offre des soumissions des opérateurs qui vont accompagner cette noble initiative.

L’innovation de la Tnt

Dans la pratique, la Tnt apporte une vraie révolution. D’après le coordonnateur national, la nouveauté est d’abord l’amélioration de la qualité de l’image, puis du son, avant de préciser que l’image et le son seront proches des films captés sur Dvd.

A part ça, la Tnt aura l’avantage au niveau de la population de pouvoir avoir une panoplie de chaînes de télévision à sa disposition.

« Je dois préciser que la Tnt que le Gouvernement met en place est une Tnt pour les chaînes publiques gratuites. Et la population continuera à recevoir les chaînes publiques gratuites. Ici, on a juste changé le mode de réception. Les mêmes chaînes publiques qu’on recevait sur le format analogique, on continuera à les recevoir cette fois-là, sur le mode numérique. Comme autre avantage, la population aura la possibilité d’interagir avec la télévision, à travers l’internet… Aussi par la Tnt, la population pourra avoir accès en temps réel à certaines informations directement, diffusées, et à bien d’autres chaînes… », a fait savoir M. Jean-Jacques Otshudiema,

Les chaînes de télévision privées qui ont la vocation nationale pour être vues et suivies au niveau régional, pourront intégrer la Tnt dans l’aspect gratuité. Et ici, comme le souligne le coordonnateur, la Tnt va aider de créer une multitude de chaines de télévisions, dont il sollicite le renforcement au niveau de la production en termes de qualité de documentaires, d’images, de sons…

A cet effet, ces chaînes privées qui vont entrer dans le domaine de gratuité, doivent au préalable disposer des équipements adéquats pour produire des éléments de qualité. « Les productions doivent être numériques », a martelé le coordonnateur national, ingénieur de formation.

Tenant compte de la concurrence déjà rude sur le marché, le coordonnateur estime qu’il est impérieux pour ces chaînes privées de se spécialiser dans la production surtout en vantant la culture congolaise. «  …Vous pouvez, en étant chaîne privée concevoir du contenu intéressant pour la culture congolaise. Par exemple, une chaîne de télévision qui crée du contenu très intéressant sur la faune. Ce qui pourra attirer beaucoup d’investisseurs et disponibiliser un format payant sur ce contenu. Ici, les chaînes payantes sont du domaine du marché. Mais cette fois-là, par rapport aux chaînes gratuites que nous, nous allons rendre disponibles par rapport à tout le monde et les chaînes payantes. Cela dépend d’un chacun. Si quelqu’un veut en particulier suivre une chaîne payante, c’est à elle de faire le choix. Ce n’est pas une imposition. L’imposition est seulement la forme gratuite des chaînes qui vont être continues », a précisé le coordonnateur, insistant sur le fait que la Tnt, dont on dispose ne veut pas dire que l’on va tout payer. Pas d’amalgame. Et pour illustrer ses propos, Jean-Jacques Otshudiema présente les chaînes analogiques, captées gratuitement et au même moment, il y a d’autres chaînes de télévision proposées de manière commerciale dans des bouquets, qui ne sont pas obligatoires. Et n’accède que qui veut, en plus des chaînes analogiques reçues gratuitement, paie pour en recevoir d’autres.

Mêmement pour la numérique, mais avec la seule différence qu’il faudra ici se spécialiser pour créer du bon contenu et faire face à la concurrence aux chaînes étrangères…

« Ce que nous présentons comme Tnt, c’est quelque chose de positif. Nous avons étudié les aspects positifs par rapport à la population. Cette population va juste acquérir un décodeur, qui va lui permettre seulement de récupérer le signal sur le format numérique. C’est ça, la fonction du décodeur. Et nous prenons les dispositions pour que l’Etat puisse subventionner l’obtention de ce décodeur. Ça peut se terminer par une distribution gratuite au niveau de la population ou disponibiliser à très bas prix le coût de ce décodeur qu’on acquiert une seule fois », a rassuré le coordonnateur

Le Comité national de la Migration vers la télévision numérique prévoit des rencontres avec des opérateurs du secteur, les industriels, les producteurs, les responsables des chaînes de télévision, mais aussi la masse, afin de mieux faire passer les messages, mieux faire comprendre cette nouvelle acquisition numérique, qui est une obligation, pas du Gouvernement congolais, mais plutôt de l’Organisation internationale de télécommunication (Oit), qui a prévu l’extinction de la diffusion du signal analogique dans le monde télévisuel. Et la Rdc étant membre, fléchit à cette exigence.

Cela étant, conclut le coordonnateur national, les patrons de presse devront donc prendre toutes les dispositions pour s’adapter à ce nouvel environnement technologique pour ne pas se voir disparaitre pas par le Gouvernement, mais plutôt par l’évolution qui aura déjà caractérisé l’environnement. Inévitablement, lorsque la nouvelle technologie arrive, l’ancienne technologie va disparaître. Au niveau de la coordination nationale, les précautions sont prises afin de suivre cette migration, même si elle exige de toute évidence, certains moyens.

(Yassa)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse