Révision du fichier électoral: Gouvernement et partenaires d’accord pour le financement

par -
0 1212
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

*Les élections étant une question de souveraineté nationale, le Gouvernement s’est engagé à remplir ses obligations de financer la révision du fichier électoral afin de permettre à la CENI d’évoluer dans ses activités pré-électorales et électorales. Pour leur part, les partenaires internationaux invitent la CENI à procéder à la révision du fichier électoral, afin de donner la chance à la Rdc d’organiser des élections programmées par la loi et la Constitution, tout en donnant une feuille de route des préparatifs, en vue de permettre aux partenaires de présenter les éléments nécessaires à leurs gouvernements respectifs

*Dès la semaine prochaine, la CENI va procéder au test pilote du matériel qu’elle va acquérir pour l’enrôlement. A l’occasion, elle prendra quelques  institutions d’enseignements supérieurs dans le milieu urbain et va identifier aussi certains centres en milieu rural, pour tester pendant deux jours, afin de délivrer de nouvelles cartes d’électeurs qui sont des spécimens. Ceci permettra à la CENI de signer un contrat avec le seul fournisseur qui sera retenu pour le début de cette opération de révision du fichier électoral qui est vraiment imminent

Le Comité de Partenariat du Projet d’Appui au Cycle Electoral (PACEC) qui s’est réuni hier  en réunion mensuelle, a planché concrètement sur la problématique de financement du processus électoral en RDC, pour la révision du fichier électoral et le soutien logistique aux élections.

Au terme d’une heure et demie d’échanges, les trois parties se sont respectivement prononcées sur l’état des lieux du processus électoral en République Démocratique du Congo et les conditions pratiques de mise en œuvre dudit processus, en ce qui concerne le financement des élections nationales après la révision du fichier devant intégrer les nouveaux majeurs, les Congolais de la diaspora. Processus qui doit impérativement commencer par l’opération de révision du fichier électoral, qui prendra en charge environ 42 millions d’électeurs.

Dans sa communication, le Président de la CENI, Corneille Nangaa Yobeluo a tenu à montrer la nécessité pour les partenaires au processus électoral, de mettre toutes les batteries en marche pour s’impliquer dans la réussite du processus électoral en cours en mobilisant les moyens logistiques, financiers et humains nécessaires à travers le projet d’Appui au Cycle électoral de la RDC (PACEC/PNUD). Il a indiqué que le processus d’acquisition des Kits d’enrôlement se poursuit.

Dans la foulée, le président de la CENI a annoncé que les Secrétaires exécutifs provinciaux de la CENI sont à Kinshasa pour évaluer l’élection des Gouverneurs, mais aussi participer à l’élaboration des guides des procédures et autres modules pour la révision du fichier électoral.

Il a terminé sa communication en présentant les actions prioritaires qui nécessitent l’appui des partenaires, en vue d’accélérer le processus, il s’agit notamment : de l’acquisition du matériel complémentaire à la Révision du fichier électoral (imprimés électoraux, formulaires ; kits des Centres d’Inscription et matériels de télécommunication notamment);  l’identification, la sélection et le recrutement de 100.000 agents recenseurs, le déploiement des experts coordonnateurs des opérations électorales et logistiques dans les 26 provinces pour le compte du PACEC/PNUD, le lancement des activités de sensibilisation, d‘éducation civique électorale et de mobilisation de la population sur la Révision du Fichier électoral (RFE), la conception et le déploiement des supports de sensibilisation et de communication sur la RFE avant le déploiement des Kits d’enrôlements ainsi que la préparation et la multiplication des guides de procédures, modules de formation sur la RFE.

De l’appui logistique

Le président de la CENI a voulu recueillir les différents avis sur la contribution réelle de chaque partenaire et partie prenante au processus électoral. La question de l’appui logistique était également au rendez-vous de cette grande rencontre des bailleurs de fonds du processus électoral congolais. A cette occasion, le Président de la CENI a insisté sur l’importance de l’appui logistique de la MONUSCO, sans lequel il sera difficile d’organiser tout le déploiement du matériel électoral dans le délai. Il en est de même des activités de sensibilisation électorale qui méritent d’être coordonnées et orientées à travers le PACEC/PNUD.

En ce qui concerne le processus d’acquisition des Kits d’enrôlement des électeurs, le Président de la CENI a indiqué que le choix de l’entreprise qui signera  le contrat avec la CENI poursuit son bonhomme de chemin avec la tenue, le 7 mai prochain, du test pilote en milieu urbain dans deux sites universitaires et en milieu rural à 100km de la ville de Kinshasa, ainsi que simultanément dans trois villes du pays : Mbandaka, Goma et Lubumbashi. Tout cela, en vue de tester l’efficacité du matériel du fournisseur qui signera le contrat avec la CENI.

En ce qui concerne le financement du processus électoral par les partenaires extérieurs, le co-président la réunion, M. Diallo, complété par l’Ambassadeur Jean-Michel Dumond, chef de Mission de l’Union européenne en RDC, a tout d’abord salué les apports de financement manifestés ces derniers mois par le Gouvernement de la République Démocratique du Congo. Il a également félicité et salué chaleureusement la contribution annoncée par le Canada à hauteur de 3,5 millions de dollars canadiens, des Etats-Unis d’Amérique (USA) et du Royaume-Uni qui pourra permettre le démarrage effectif du PACEC.

A l’issue de la réunion, le Président de la CENI était satisfait de cette rencontre: « A la suite de la résolution des Nations Unies, il y a des éléments qui concernent certes le processus électoral ; mais comme d’habitude, tous les derniers mercredis du mois, nous nous réunissons dans ce cadre qui est le comité de partenariat pour échanger sur le processus électoral et partager des problèmes qui se posent autour de l’avancement du processus. C’est de cela qu’il était questions aujourd’hui, avec les partenaires au processus c’est-à-dire d’un côté  le Gouvernement de la République ainsi que les partenaires techniques et financiers de l’autre. Nous avons fait l’état des lieux du processus électoral. Nous avons en même temps échangé les uns et les autres sur ce qui reste comme contraintes devant nous et c’est pour permettre à ce que nous avancions. Le message important que nous avons annoncé, c’est que la semaine prochaine, nous allons procéder au test pilote pour du matériel que nous allons avoir pour l’enrôlement. Nous allons prendre quelques  institutions d’enseignement supérieur dans le milieu urbain et identifier certains centres en milieu rural, nous viendrons avec le test pendant deux jours, pour délivrer de nouvelles cartes d’électeurs qui sont des spécimens des ces cartes d’électeurs. Ceci permettra à la CENI de signer un contrat avec le seul fournisseur qui sera retenu pour le début de cette opération de la révision du fichier électoral qui est vraiment imminent ».

Le Gouvernement va  honorer ses engagements

Le Gouvernement congolais était représenté à cette réunion du Comité de Partenariat du Projet d’Appui au Cycle Electoral (PACEC). Outre le ministre d’Etat au Budget, M. Michel Bongongo, il y avait le ministre d’Etat à la Décentralisation et Affaires coutumières, M. Salomon Banamuhere, le ministre du Plan et des Vice-ministre des Finances, de la Justice et des Congolais de l’Etranger.

Les élections étant une question de souveraineté nationale, le Gouvernement, par la bouche du ministre d’Etat et ministre du Budget, s’est engagé à remplir ses obligations, à financer la révision du fichier électoral afin de permettre à la CENI d’évoluer dans ses activités pré-électorales et électorales.

Le ministre d’Etat et ministre au Budget, Michel Bongongo a confirmé à la presse, l’engagement du Gouvernement en ces termes : « Le Gouvernement sous l’impulsion du Chef de l’Etat, s’attèle résolument à soutenir la CENI,  à tenir ses engagements dans le décaissement mensuel de la quotité demandée au Gouvernement et quelles que soient les difficultés que nous avons, le Gouvernement veut absolument que la CENI ait les moyens nécessaires pour organiser ces élections, voilà la position du Gouvernement».

Les bailleurs de fonds réitèrent leur engagement

Le Représentant spécial adjoint du Secrétaire Général des Nations-Unies en République Démocratique du Congo et Représentant Résident du Programme des Nations-Unies pour le Développement (PNUD), Mamadou Diallo a indiqué que la Communauté internationale est prête à accompagner le processus électoral. Il a ainsi salué la présence de deux délégations de l’OIF  et des Nations-Unies, invitées à la réunion pour une mission concertée en RDC pour évaluer cet appui.

Les partenaires internationaux invitent la CENI à procéder à la révision du fichier électoral, afin de donner la chance à la RDC d’organiser des élections programmées par la loi et la Constitution, tout en donnant une feuille de route des préparatifs, en vue de permettre aux partenaires de présenter les éléments nécessaires à leurs gouvernements respectifs.

Le Représentant résident du PNUD a indiqué : « Je voudrais dire  que cette réunion nous a permis un peu de faire l’état des lieux de l’avancement des différents processus pour réaffirmer l’engagement du gouvernement  d’accompagner le processus par la mise à disposition des ressources déjà annoncées avec des décaissements mensuels qui se poursuivent jusqu’à ce jour et également l’engagement des partenaires du Congo à accompagner ce processus. Le Président a fait allusion également à l’adoption par le Conseil de sécurité résolution 2277 qui renouvelle le mandat de la MONUSCO mais aussi fixe les paramètres  d’accompagnement du processus électoral au Congo par la MONUSCO. Il me plait de rappeler ici, de confirmer effectivement que par cette résolution, nous avons reçu mandat de donner un appui technique et logistique d’abord au processus de révision du fichier électoral qui sera suivi, une fois certaines conditions seront remplies, d’un appui au processus électoral en entier. Cet appui est important étant donné la taille de ce pays et la situation topographique et les défis logistiques, l’appui de la MONUSCO sera nécessaire pour permettre à ce travail de ce faire. Je profite de la plateforme que vous m’offrez pour dire que la résolution 2277 appelle le Gouvernement du Congo et les partenaires congolais  à travailler dans le cadre de la recherche d’une approche consensuelle qui permettra d’obtenir des élections apaisées et inclusives au Congo avec le respect des échéances constitutionnelles. Donc l’appui des partenaires du Congo, c’est de permettre à la CENI de pouvoir faire son travail et de permettre aux Congolais dans quelques mois de se retrouver dans le cadre des élections qui leur permettront de  contribuer à décider des types d’institutions qui vont diriger leur pays au cours des prochaines années. C’est une œuvre importante et stratégique pour ce pays et l’ensemble des partenaires ici mobilisés veulent accompagner la CENI pour réussir ce pari ».

L’Union européenne a donné de sa voix aussi : « Tout d’abord, c’est important que nous ayons cette réunion régulière, tous les mois pour faire avancer le processus électoral. Ensuite, nous avons entendu les engagements du Gouvernement à travers le ministre du Budget et nous saluons le fait que la promesse du Premier ministre de verser sur l’ensemble de l’année 300 millions de dollars américains soit respecter mois par mois, c’est important. Nous avons également salué la présence de deux missions de l’OIF et de Nations Unies, c’est une occasion pour préciser les besoins, de voir quels sont les nécessités et de débattre également de l’état des lieux. Mais également le cadre de référence, elle est connue, c’est la résolution 2277 qui donne à  la CENI, comme acteur principal, la responsabilité de préparer les élections dans le cadre constitutionnel. Et à cet égard, nous soutenons à travers la déclaration quadripartite de l’UE, l’UA, l’OIF et des Nations Unies les efforts du facilitateur désigné par l’UA, Eden Kodjo et nous espérons qu’un consensus politique à travers un dialogue inclusif, incluant l’ensemble des forces politiques représentatives, permette de dégager un calendrier consensuel pour qu’il serve de base au travail à la CENI. Dès lors que nous aurons cet accord politique permettant  un calendrier consensuel, réaliste et global, et comme l’UE a toujours rappelé de sa disponibilité à soutenir le processus électoral ».

(JMNK)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse